La peur de la césarienne au moment de l’accouchement

· 28 février 2018
Dans cet article, nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir à propos de la césarienne, afin que vous puissiez surmonter vos craintes et vous préparer pour l'accouchement de la meilleure façon possible.

La peur de la césarienne au moment de l’accouchement est une peur très fréquente parmi les femmes enceintes, notamment chez celles qui accouchent pour la première fois. Cette peur est généralement infondée, basée sur des préjugés et sur le manque d’informations.

Il est nécessaire d’avoir à l’esprit que, dans certains cas, cette intervention chirurgicale est la façon la plus sûre d’accoucher sans mettre en danger la santé de la mère ni celle de l’enfant.

Les taux de césarienne en Espagne 

À l’heure actuelle, on estime que 25 % des bébés qui naissent en Espagne viennent au monde par césarienne. Ce pourcentage est supérieur à celui recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui est fixé à  10-15 % environ.

Ce n’est pas un phénomène isolé caractéristique de la péninsule ibérique : dans la majorité des pays occidentaux, le taux de césarienne monte en flèche depuis les années 80 et 90. Les causes de cette augmentation sont variées, mais entre elles figure la peur d’avoir mal lors d’un accouchement naturel.

Chaque femme a le droit de choisir l’accouchement qui lui convient le mieux, en comptant toujours sur l’avis de son médecin. ATTENTION ! Il est important de souligner que la césarienne ne devrait pas être considérée comme la procédure habituelle.

La césarienne est une intervention chirurgicale qui a été développée pour des cas spécifiques lorsque l’accouchement naturel représente un risque pour la vie de la maman et du bébé.

Le corps d’une femme en bonne santé est préparé à vivre un accouchement naturel, c’est à dire l’accouchement par le vagin, et à s’en remettre. Il est donc nécessaire de surmonter la peur de la douleur ; si l’organisme est en bonne santé, il n’y a pas de raison d’avoir peur.

Si, lors des contrôles périodiques de la grossesse, le médecin observe une condition qui peut être défavorable à un accouchement naturel, il est possible qu’il vous recommande la césarienne. Cette procédure doit être programmée, afin qu’elle soit couronnée de succès.

Nous vous recommandons de lire : La grossesse, cette union magique avec un être que l’on aime mais que l’on ne connaît pas encore 

Comment surmonter la peur de la césarienne pendant l’accouchement 

Femme enceinte à l'hôpital

Naturellement, les êtres humains sont néophobiques : nous avons peur de ce que nous ne connaissons pas. Pour une femme enceinte qui n’est jamais passée entre les mains d’un chirurgien, la césarienne est une source d’inquiétude, inquiétudes qui sont très compréhensibles.

La première chose à prendre en compte est que, la césarienne, comme toute intervention chirurgicale, exige une préparation. Choisir un bon professionnel pour réaliser l’accouchement n’est pas suffisant, bien qu’il s’agisse d’un aspect essentiel. Toute femme doit être accompagnée avant, pendant et après l’accouchement par un spécialiste de confiance.

Se préparer pour une césarienne exige également l’engagement de la femme enceinte et celui de tout son entourage. Il est primordial de créer une ambiance positive et des conditions appropriées pour assurer la bonne santé de la mère et de l’enfant.

La césarienne ne doit pas être une source de frustrations. Nombreuses sont les femmes qui se sentent tristes et impuissantes à l’idée de ne pas pouvoir accoucher naturellement. Un état d’esprit négatif peut nuire à la préparation de l’accouchement, et renforcer la peur de la césarienne. Ayez à l’esprit que, lorsqu’un médecin écarte la possibilité d’un accouchement naturel, il le fait pour protéger la vie de la mère et du bébé.

Comprendre mieux la césarienne

La connaissance est le meilleur allié pour combattre une peur qu’elle quelle soit. Ainsi, la femme enceinte doit adopter une attitude proactive en cherchant des informations sur l’objet de ses craintes, et en contrastant les idées avec son médecin de confiance.

Il est indispensable de clarifier tous ses doutes avec son médecin, afin de minimiser l’importance des préjugés et des mythes qui nuisent à une grossesse tranquille et confiante, notamment lors du dernier trimestre.

1. Avant la césarienne : se préparer à la chirurgie 

Femme enceinte avec son médecin

Dans la majorité des cas, la césarienne est programmée à l’avance. Ainsi, avant de passer entre les mains du chirurgien, la femme enceinte doit se préparer à l’intervention. Voici quelques recommandations :

  •  être à jeun pendant les 5-6 heures qui précèdent l’intervention
  • ne pas boire de liquides dans les deux heures qui précèdent l’intervention
  • se distraire avec un passe-temps, afin de ne pas accumuler des tensions inutiles et d’avoir un état d’esprit favorable ; une bonne disposition est fondamentale

Lisez aussi : La grossesse après 35 ans

2. Pendant la césarienne : l’intervention-même

L’anesthésie est la première étape de la césarienne ; elle s’applique dans la zone lombaire. À l’heure actuelle, l’anesthésie la plus utilisée est l’anesthésie rachidienne, car elle agit rapidement et « endort » seulement la partie inférieure du corps. L’anesthésie garantit une procédure sans douleurs.

L’accouchement en soi est l’étape la plus rapide de la césarienne. L’extraction du bébé prend entre 10 et 15 minutes.

L’étape la plus longue de la procédure est la suture de l’incision abdominale et de l’utérus de la femme. Cette étape peut durer une heure.

3. Après la césarienne : se remettre de l’intervention 

Bébé qui vient de naître

Un accouchement est suivi d’un temps de récupération. Si tout s’est bien déroulé, 24-48 heures après l’accouchement, la mère peut rentrer à la maison. Le repos commence alors à l’hôpital-même, et est supervisé pendant 4-6 jours approximativement.

Il est fondamental d’éviter les efforts physiques, d’être dans un environnement positif et de maintenir une bonne alimentation.

La césarienne n’est pas une intervention si terrible. Le tout est d’adopter une bonne attitude et d’avoir confiance à la fois en son médecin et en ses proches (conjoint, famille, amis).