Peut-on stopper le développement de la maladie d’Alzheimer ?

· 15 décembre 2018
Afin de prévenir le principe de la maladie d'Alzheimer, il est très important d'éviter son apparition, et pour cela, nous devons exclure ses facteurs de risque de notre routine.

La maladie d’Alzheimer est l’une des pathologies les plus alarmantes de ces dernières décennies, en raison du nombre croissant de diagnostics. Bien que les causes « déclencheurs » du processus ne soient pas connues avec précision, nous savons que les symptômes progressent à une vitesse remarquable.

La maladie fait des ravages sur les patients et les membres de la famille, et pour cette raison beaucoup de gens se demandent s’il serait possible de stopper le processus dégénératif.

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

Notre cerveau agit comme un centre multifonctionnel, ainsi responsable du contrôle des fonctions organiques de notre corps.

Il interprète des stimuli externes pour transmettre des ordres qui génèrent des réponses dans nos muscles, nos os, nos organes, mais aussi nos glandes.

Si nous avons soif, si nous pouvons marcher ou mémoriser de nombreuses données, c’est donc par l’action de notre cerveau. Cependant, cela peut être affecté avec l’âge.

La maladie d’Alzheimer est l’un des troubles qui affectent le plus souvent les cellules neuronales et, par conséquent, le cerveau.

C’est une maladie neuronale dégénérative qui entraîne l’apparition de nombreux symptômes de démence. Elle est généralement associé au vieillissement, bien qu’elle puisse également toucher les jeunes présentant des facteurs de risque.

  • En terminologie médicale, le terme « démence » fait référence à des tableaux cliniques qui impliquent des symptômes tels que la perte de la capacité cognitive et de la mémoire.

En vieillissant, nos neurones se détériorent et, comme ils ne peuvent pas se régénérer, ils meurent. Cela implique la réduction de nombreuses fonctions cérébrales et, par conséquent, les adultes âgés sont plus vulnérables à la démence.

A lire également : 5 habitudes simples qui régénèrent vos neurones (neurogénèse)

Les symptômes associés à la maladie d’Alzheimer

 

Dans le cadre de la maladie d’Alzheimer, la démence apparaît ainsi comme le symptôme principal d’une dégénérescence sévère des cellules nerveuses et cérébrales.

D’autre part, avec l’avancée de ce processus dégénératif, de nombreux patients enregistrent un changement profond dans leur comportement quotidien et dans leur personnalité. Aussi, dans les cas plus graves, un trouble grave de la personnalité peut apparaître.

L’International Alzheimer’s Association a développé une liste intitulée « Les 10 signes », dans laquelle elle alerte sur les signes les plus fréquents chez les patients.

Nous les listons ici pour que vous puissiez les reconnaître :

  • Changements de mémoire qui entravent les activités quotidiennes
  • Difficulté à résoudre des problèmes simples
  • Peine à effectuer les tâches habituelles
  • Perte de la notion d’espace et de temps
  • Difficulté à interpréter les images
  • Problèmes avec la langue écrite ou avec la parole
  • Rangement d’objets dans des endroits inhabituels et difficulté à les trouver
  • Difficultés à prendre des décisions et perte de jugement
  • Perte d’initiative ou de motivation
  • Changements d’humeur, de comportement ou de personnalité

Causes associées à la maladie d’Alzheimer

homme souffrant de la maladie d'alzheimer

Il n’y a toujours pas de consensus médical sur les causes « déclenchantes » du processus dégénératif de la maladie d’Alzheimer. En plus du vieillissement, les facteurs de risque suivants sont indiqués :

  • Tabagisme
  • Alcoolisme
  • Consommation de produits chimiques toxiques, tels que les narcotiques
  • Alimentation déséquilibrée
  • Sédentarité
  • Surpoids et obésité
  • Sommeil médiocre (faible qualité ou faible nombre d’heures de sommeil)
  • Troubles de l’alimentation, tels que l’anorexie mentale
  • Problèmes cardiovasculaires, tels que l’hypertension artérielle
  • Dommages cérébraux causés par des accidents, des traumatismes ou des maladies

Pouvons-nous ralentir le développement de la maladie d’Alzheimer ?

patiente touchée par la maladie d'alzheimer

 

Quand on parle de ralentir le développement de la maladie d’Alzheimer, cela en revient en fait à prévenir l »évolution des symptômes.

Cependant, nous devons comprendre que plus important encore que de ralentir un processus dégénératif, il est nécessaire d’éviter son émergence. Principalement en tenant compte de la progression rapide des lésions cérébrales dans les cas de démence.

Prévenir la maladie d’Alzheimer signifie exclure les facteurs de risque de votre routine. Par conséquent, ce que nous proposons ci-dessous est une proposition visant à changer les habitudes pour prendre soin de notre esprit et de notre corps tous les jours.

  • Adoptez un régime équilibré, en évitant l’excès de nourriture et les calories vides.

Cet article devrait aussi vous intéresser : 8 recommandations pour suivre un régime équilibré que vous allez adorer

  • Pratiquez régulièrement des exercices physiques (au moins 30 minutes par jour).
  • Maintenez une bonne gestion de votre poids pour prévenir les maladies cardiovasculaires et le surpoids.
  • Consommez des aliments riches en vitamine C et en antioxydants: agrumes, fruits rouges, légumes à feuilles vertes, fruits secs, poissons à haute teneur en oméga 3 et 9, etc.
  • Réduisez les niveaux de stress quotidiens, avec l’activité physique, la méditation, le yoga, certains passe-temps, etc.
  • Sachez respecter les moments de repos et de divertissement : le travail surchargé est contre-productif pour votre santé et votre capacité cognitive.
  • Dormez huit heures par jour et maintenez une bonne qualité de sommeil.
  • Maintenez des relations saines et évoluez dans des environnements positifs fréquents.
  • Gardez une bonne estime de vous-même, évitez les pensées négatives et n’ayez pas honte de demander un traitement psychanalytique si nécessaire.
  • Buvez modérément de l’alcool, ne fumez pas et ne consommer pas de substances toxiques.

Les femmes ménopausées peuvent consulter leur médecin au sujet d’un remplacement hormonal par des œstrogènes.

On estime que la réduction de la production naturelle de cette hormone peut favoriser l’émergence de la maladie d’Alzheimer.