Phlébotomie : tout ce que vous devez savoir

30 décembre 2019
La phlébotomie est indiquée chez les patients qui ont besoin d'avoir une veine canalisée et lorsqu'il n'est pas possible de réaliser le procédé par voie percutanée.

La phlébotomie désigne un procédé chirurgical qui consiste en la dissection d’une veine superficielle au niveau d’une extrémité quelconque ou au niveau du cou. Le but est d’introduire un cathéter court afin d’atteindre la veine cave ou l’oreillette droite.

L’accès consiste en un port d’accès veineux totalement implantable. Cela veut dire que l’accès à la veine est fiable et permanent.

Par conséquent, la phlébotomie est indiquée dans ces situations où il est nécessaire de maintenir une veine canalisée et lorsqu’il n’est pas possible d’y arriver par voie percutanée.

Ce procédé est souvent utilisé chez des patients qui ont besoin d’une administration continue de médicaments injectables. C’est le cas, par exemple, des patients qui suivent une chimiothérapie. Ce procédé porte également le nom de saignée.

Les bienfaits de la phlébotomie

La technique de la phlébotomie consiste en un procédé chirurgical ouvert. Plus concrètement, on ouvre et on accède à la veine céphalique.

Ce procédé peut s’avérer particulièrement favorable pour un patient en raison des caractéristiques suivantes :

  • il est possible d’introduire des cathéters longs sous visualisation directe de la veine
  • il est possible d’administrer une chimiothérapie, de la nutrition parentérale totale ou des solutions hypertoniques
  • la pointe d’un cathéter peut être posée au niveau d’un emplacement central de la veine
  • via le cathéter, il est possible d’enregistrer la pression veineuse centrale
  • les cathéters peuvent rester à leur place pour une durée prolongée, voire même pendant des années

Il est également important de préciser que, la pose de la pointe dans une veine épaisse ou dans l’oreillette droite étant possible, les professionnels peuvent alors éviter le développement de la maladie thromboembolique veineuse ainsi que le développement d’une sclérose.

Ces deux maladies se développement généralement lorsque l’on administre des traitements via l’injection de sang dans une veine périphérique au moyen de cathéters courts.

Cet article peut également vous intéresser : Comment détecter et prévenir la thrombose veineuse profonde ?

La technique de la phlébotomie

Une phlébotomie en cours

Le premier point à prendre en considération pour une correcte exécution de la technique est la position du patient. La position dépendra de l’emplacement choisi pour réaliser ce procédé.

Lorsque le patient est un adulte, la zone la plus fréquemment utilisée est la face antéromédiale du bras au tiers distal. Plus concrètement, au-dessus du pli du coude. L’objectif est de toucher la veine basilique. Les autres zones possibles sont les suivantes :

  • les veines jugulaires externes du cou
  • la veine céphalique au niveau de la région delto-pectorale
  • la veine saphène au niveau de la racine de la cuisse

Si le patient est mineur, le procédé va concerner la veine saphène interne à son point d’origine, soit un centimètre au-dessus et devant la malléole interne ou médiale de la cheville.

Il est fondamental de prendre en considération le fait suivant : si l’état du patient le permet, le chirurgien doit toujours expliquer à son patient le procédé et obtenir son consentement avant de passer à l’action.

Après avoir déterminé la zone où le procédé aura lieu, le patient sera mis dans la position adéquate. Si la phlébotomie est réalisée au niveau du bras ou dans la région delto-pectorale, le bras sera placé en abduction.

Le professionnel doit toujours porter une tenue médicale réglementaire qui comprend un bonnet, un masque, une blouse et des gants stériles.

Les complications

La réalisation d'une phlébotomie

Généralement, les complications associées à cette technique sont basées sur le processus chirurgical à suivre. Nous nous trouvons donc face à des risques chirurgicaux liés à l’essence du cathéter in situ ou à des risques postopératoires qui généralement se présentent pendant les soins postopératoires mêmes.

Tout d’abord, les complications chirurgicales sont généralement les suivantes :

  • identification ou canalisation de la veine impossibile ou difficile
  • lésions veineuses ou lésions artérielles dont les conséquences peuvent être réellement graves
  • lésion au niveau de la veine canalisée, hématomes ou ligature artérielle
  • pose du cathéter difficile

Par ailleurs, les complications postopératoires sont basées sur l’essence du cathéter dans la veine. Cela peut être dû à un manque de soins ou bien à une pose prolongée. Les risques sont les suivants :

  • thrombo-embolie
  •  maladie thromboembolique veineuse, un problème qui survient lorsque un cathéter reste trop longtemps dans la veine
  • accumulation de pus au niveau de l’incision, laquelle est généralement due à des hématomes infectés qui, dans le pire des cas, provoquent d’une septicémie généralisée

Cet article peut également vous intéresser : 4 remèdes antibiotiques naturels pour soulager une infection de la gorge

Pour ces raisons, il est fondamental d’apporter de bons soins postopératoires. Les professionnels recommandent de tenir le cathéter à l’écart des compresses stériles. Nous évitons ainsi la colonisation bactérienne. De plus, le cathéter se maintient fixe, il ne se déplace alors pas au cours d’une manipulation ou lorsque l’on bouge le patient.

 

  • Selene Aideé, V. F., José Ángel, B. C., Jesús, T. J., José Luis, J. C., Wulfrano, R. A., & Eduardo E, M.-J. (2012). Modelo biológico no vivo para la enseñanza de la técnica de venodisección en alumnos de pregrado de la carrera de medicina. Cir. Gen.
  • Rojas, G., Gerson, R., & Lázaro, M. (1992). Acceso vascular con catéteres Broviac-Hickman. Rev. Inst. Nac. Cancerol. (Méx.).
  • Cabrera, C., Méndez, M., Fierro, F., Molina, I., Niño, J., & Beltrán, J. (2011). Catéteres parcialmente implantables en niños con enfermedades onco-hematológicas. CIRUPED.