5 phrases et réflexions philosophiques sur la guerre

Tout au long de l'histoire, divers philosophes ont réfléchi sur la guerre. Découvrez ici quelques perspectives sur ce phénomène.
5 phrases et réflexions philosophiques sur la guerre
Maria Alejandra Morgado Cusati

Rédigé et vérifié par la philosophe et psychologue Maria Alejandra Morgado Cusati.

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Malheureusement, des conflits de guerre ont accompagné l’humanité à travers l’histoire. Cela a amené de nombreux philosophes à réfléchir sur la nature, les causes et les conséquences de la guerre dans la culture humaine et universelle.

En ce sens, les penseurs qui se sont penchés sur ce phénomène ont soulevé des questions, telles que :

  • Qu’est-ce que la guerre ?
  • Un monde sans guerre est-il possible ?
  • Quel est leur objectif ?

Voyons ci-dessous comment les philosophes ont répondu à ces questions à travers l’histoire. Nous vous invitons à découvrir les réflexions les plus pertinentes sur la guerre.

1. L’être humain a une tendance naturelle à la guerre

La guerre est l’état naturel de l’homme.

~ Arturo Pérez-Reverte ~

Depuis l’Antiquité, divers penseurs ont affirmé que le conflit et la guerre sont des qualités inhérentes à l’être humain. Par exemple, pour Thucydide, un historien grec du Ve siècle av. J.-C., la montée en puissance de l’une des parties est à l’origine des conflits de guerre ; aspect qu’il considérait comme naturel dans l’espèce humaine.

Pour sa part, Platon soutenait que l’état naturel des villes était la guerre, favorisée par l’antagonisme présent dans la nature de l’homme, qui est au-dessus de l’harmonie.

Cependant, Platon ne justifiait aucune sorte de guerre. Il a rejeté les guerres qui ont eu lieu à l’intérieur de la ville, bien qu’il ait défendu les combats avec l’ennemi extérieur : les barbares qui ont troublé la paix intérieure.

Pour Platon, la paix ne consistait pas seulement à maintenir une relation amicale entre les citoyens grecs eux-mêmes et à réglementer la guerre interne, mais signifiait également éviter l’ingérence extérieure des barbares sur leur propre territoire.

Enfin, le philosophe espagnol Gustavo Bueno a soutenu que la guerre était un phénomène profondément humain. Bien qu’il s’agisse d’un processus brutal et dangereux, il est lié à qui nous sommes en tant qu’espèce et à notre développement en tant que civilisation.



2. Le débat et les réflexions sur la guerre juste

Toutes les guerres sont saintes. Je vous mets au défi de trouver un belligérant qui ne pense pas avoir le paradis de son côté.

~ Jean Anouilh ~

Un autre sujet largement débattu au sein de la philosophie est la légitimation de la guerre. À ce sujet, Platon affirmait que la guerre était légitime, tant que le but était de défendre l’ordre d’un État.

Mais si les guerres sont le produit de la cupidité, alors elles sont illégitimes, bien qu’inévitables. Le philosophe athénien considérait que la cupidité faisait partie de notre nature.

Au Moyen Âge, les réflexions sur la guerre dans la culture occidentale étaient imprégnées de christianisme. Dans ce cas, saint Augustin d’Hippone considérait la guerre comme un mal, elle devait donc être évitée.

Cependant, il a défendu l’existence d’une guerre juste, sous des causes justifiées. En ce sens, piller et attaquer d’autres États ne pourraient être légitimes, mais la défense de l’État contre l’agression ou la réorientation des hérétiques vers le bon chemin de la foi le serait.

Pour sa part, Niccolò Machiavel a soutenu que la guerre et la force étaient au-dessus de la justice. Dès lors, la guerre ne pouvait être ni juste ni injuste, mais inévitable, nécessaire et utile pour imposer l’ordre dans un État.

Contraste avec ces positions est la perspective de Kant, qui a défendu qu’aucun être humain ne devrait être sacrifié. Nous ne sommes pas des moyens d’arriver à nos fins. Par conséquent, il a déclaré que la guerre doit être évitée à tout prix et qu’il n’y a aucune justification morale à cela.

Catastrophe causée par la guerre.
La destruction laissée par la guerre soulève également des questions sur ses résultats.

3. La nature humaine n’inclut pas les conflits

Il ne suffit pas de gagner la guerre, il est plus important d’organiser la paix.

~ Aristote ~

Tout comme il y a des penseurs qui défendent que le conflit est inhérent à la nature humaine, il y en a d’autres qui affirment que l’harmonie est ce qui nous définit en tant qu’espèce.

Parmi les penseurs qui défendent cette idée, nous trouvons Aristote, qui a également fait des réflexions sur la guerre. Selon lui, l’être humain est le seul animal capable d’apprécier la différence entre le bien et le mal, entre ce qui est juste et injuste. Par conséquent, nous serions la seule espèce capable d’éviter les conflits.

De plus, selon le Stagirite, l’être humain est un animal politique, qui tend par nature à vivre en union avec les autres, créant la société. Notre capacité de raisonnement nous permettrait de discerner que le conflit n’est pas toujours la meilleure option.

Cependant, Aristote admettait que l’ordre de la polis engendre des conflits, puisque des accords et des normes s’imposent. En ce sens, les conflits qui surgiront auront un certain degré de violence, qui ne sera jamais complètement réprimé. Dans ces cas, le but de la guerre sera de rétablir la paix.

4. Le projet de paix perpétuelle

Même les philosophes vanteront la guerre comme ennoblissant l’humanité, oubliant les Grecs qui disaient : le mal est la guerre qui engendre plus de mal qu’elle n’en élimine.

~ Kant ~

Le projet de paix perpétuelle a été abordé par certains philosophes tels que Rousseau, Leibniz et Kant. Il consiste à proposer un plan garantissant une paix universelle et durable.

À cet égard, Kant a écrit un traité politique intitulé Vers la paix perpétuelle. Il y présente quelques propositions pour garantir la paix des États :

  • Élimination de la possibilité que des États soient transférés ou donnés à des particuliers
  • Élimination des armées permanentes
  • Disparition de la dette nationale, puisqu’elle génère des tensions entre les nations
  • Adoption du républicanisme comme forme de gouvernement et la liberté des États fédérés au sein de chaque nation

Pour sa part, Hegel a soutenu qu’il ne peut y avoir de paix perpétuelle ou d’ordre juridique international. Car entre États, la volonté particulière est au-dessus du désir de maintenir la paix.

De plus, pour Hegel, la guerre ne doit pas être évitée. C’est le moyen qui permet à un certain peuple de dominer un autre.

Guerre civile.
De nombreux philosophes ont fait la distinction entre les guerres internes et externes, justifiant l’une ou l’autre.



5. Les conséquences dévastatrices des guerres mondiales

L’homme doit établir la fin de la guerre. Autrement, ce sera la fin de l’humanité.

~ John F. Kennedy ~

L’histoire nous a montré que la manière dont les conflits de guerre se déroulent a changé au fil du temps. Au fil des siècles, de nouvelles armes et stratégies se sont ajoutées, au point d’atteindre des niveaux de destruction et de barbarie plus élevés.

Au cours du 20e siècle, la capacité destructrice de l’être humain a été mise en évidence avec les guerres mondiales et le développement des armes nucléaires. Le philosophe Günther Anders considérait que ces faits étaient des raisons plus que suffisantes pour éviter désormais tout conflit guerrier.

C’est à partir du siècle dernier que l’humanité a réalisé sa capacité d’autodestruction et a commencé à la craindre. Depuis lors, les guerres ont continué, mais ont été abordées d’une manière différente : dépouillées de toute vertu et avec plus de prudence.

Aujourd’hui plus que jamais, il devient nécessaire de réfléchir à la guerre avec plus d’emphase. Les conflits internationaux qui se sont déroulés ces dernières années laissent sur la table des questions aussi importantes que l’avenir de l’humanité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que le mal ? Une vision philosophique du mal
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Qu’est-ce que le mal ? Une vision philosophique du mal

De nombreux philosophes ont émis des théories sur le mal depuis les temps anciens. Découvrez ici les définitions les plus importantes.