Pleurite : symptômes, causes et traitement

28 décembre 2019
En cas de pleurite, la membrane appelée plèvre s'enflamme. Cette membrane recouvre les poumons et lorsqu'elle est altérée, son principal symptôme est la douleur. Dans cet article, nous vous expliquons les causes de la pleurite et ses traitements.

La pleurite est également appelée pleurésie. Ces deux termes désignent la même situation : une inflammation de la membrane thoracique, la plèvre.

La plèvre est un tissu fin qui recouvre les poumons et les sépare de la paroi thoracique. En réalité, la plèvre se constitue de 2 parties. L’une d’elles adhère au poumon et l’autre à la paroi même du thorax.

Entre les 2 couches de la plèvre se trouve un espace minuscule. Cet espace est dit « virtuel » parce qu’il n’existe pas ni devient visible, à moins que quelque chose l’occupe. L’air peut occuper cet espace, ce qui constitue un pneumothorax. Tout comme une substance liquide, qui se transforme en épanchement pleural.

En effet, il n’est pas rare que la pleurite soit associée à un épanchement pleural. Lorsque la plèvre est enflammée, elle peut produire un liquide inflammatoire qui se dépose dans l’espace pleural.Cela indique que différents troubles de la plèvre peuvent répondre à une même cause.

Causes de la pleurite

Les causes de la pleurésie sont diverses. Parmi les troubles qui peuvent entraîner une inflammation, on trouve :

  • Maladies auto-immunes : certaines pathologies auto-immunes sont capables d’attaquer la plèvre. C’est le cas de l’arthrite rhumatoïde, par exemple, qui est une cause de pleurite
  • Cancer du poumon : la maladie oncologique du système respiratoire peut attaquer la plèvre. Parfois, les membranes pleurales s’enflamment en raison de leur proximité avec la tumeur primaire. D’autres fois, parce que les métastases du cancer se logent dans la plèvre
  • Pneumonie : en cas de pneumonie, qu’elle soit d’origine bactérienne ou virale, la plèvre s’enflamme par le même processus infectieux
  • Mycoses : il existe des champignons qui infectent l’être humain, précisément dans ses organes internes, et qui peuvent prendre la plèvre comme siège. Les pleurites fongiques sont difficiles à traiter car les antifongiques ont besoin de beaucoup de temps pour commencer à agir. Mais aussi parce que l’accès des médicaments à la plèvre n’est pas aussi rapide qu’avec les autres organes
  • Traumatismes du thorax : les traumatismes dans la poitrine et les côtés de la paroi thoracique, plus précisément dans les côtes, sont associés à la pleurite. L’inflammation a lieu en raison de la solidarité et de la proximité des structures voisines
Une jeune femme qui souffre de pleurite

Lisez également : 8 signes surprenants du cancer du poumon

Symptômes de la pleurite

Le signe caractéristique de la pleurite est la douleur thoracique. En général, il s’agit d’une douleur intensemais intermittente, qui est exacerbée en toussant et en effectuant des inspirations profondes.

La dyspnée disparaît avec la douleur. En effet, la dyspnée est ce que l’on appelle le manque d’air perçu par la personne, que ce soit à l’inspiration ou à l’expiration. Comme dans un cercle vicieux, un effort excessif pour respirer peut aggraver la douleur thoracique. Les autres symptômes dépendront de l’origine de la pleurite :

  • En cas de pneumonie, il y aura également de la fièvre et de la toux
  • Dans le cas du cancer du poumon, une perte de poids, de l’anémie ou des changements dans la coloration de la peau
  • Lorsqu’une maladie auto-immune survient, elle affecte généralement les articulations, par exemple

Si la pleurite s’accompagne d’un épanchement pleuralla douleur caractéristique variera légèrement. Le liquide accumulé dans l’épanchement augmente la douleur dans certaines positions et postures du corps. La dyspnée est également plus évidente à cause de la pression de l’épanchement sur le poumon

Faire une radiographie des poumons pour déceler une pleurite

Découvrez aussi : Épanchement péricardique : diagnostic et traitement

Traitements

Le traitement de la pleurite dépendra en grande mesure de la cause à l’origine. Rappelez-vous qu’il ne s’agit pas d’une maladie avec une entité en soi-même, mais plutôt d’une situation dérivée d’une autre pathologie.

La douleur de la pleurite se gère avec des anti-inflammatoires, indépendamment de la cause originale. Un médicament couramment utilisé dans la gestion de la douleur est l’ibuprofène. Dans les cas les plus graves, on peut recourir à la morphine et ses dérivés.

D’autre part, lorsque la douleur est accrue par la toux, l’utilisation d’antitussifs est possible. Cependant, ils ne sont pas toujours recommandés car la toux est un mécanisme de défense qu’utilise l’organisme pour résoudre une situation atypique.

Concernant les infections, le traitement sera à base d’antimicrobiens qui agit contre l’agent envahissant. Il existe des protocoles pour la pneumonie, les infections fongiques et les cas de grippes qui déterminent les mesures à prendre à chaque étape.

Par ailleurs, si l’épanchement pleural est associé à la pleurésie, le médecin évaluera la nécessité de pratiquer un drainage. En effet, le liquide contenu dans la plèvre peut être évacué vers l’extérieur avec certaines procédures. Tous les épanchements ne nécessitent pas un drainage.

Enfin, l’existence d’une pleurite oblige toujours à en trouver la cause. Les professionnels de la santé feront appel aux méthodes complémentaires qu’ils considèrent adéquates pour établir diagnostic. Une fois la cause établie, un traitement peut être effectué pour résoudre la situation sous-jacente.

 

  • Porcel, José M. « Advances in the diagnosis of tuberculous pleuritis. » Annals of translational medicine 4.15 (2016).
  • Porfyridis, Ilias, et al. « Outcome of patients with non specific pleuritis after medical thoracoscopy. » (2016): PA3392.
  • Lafitte, Juan Pablo. « Tratamiento de la pleuresía con derrame. » (2015).
  • Crisafulli E, Aredano I, Valzano I, Burgazzi B, Andrani F, Chetta A. Pleuritis with pleural effusion due to a Bacillus megaterium infection. Respirol Case Rep. 2018;7(1):e00381. Published 2018 Nov 28. doi:10.1002/rcr2.381
  • Sharma JK, Marrie TJ. Explosive pleuritis. Can J Infect Dis. 2001;12(2):104–107. doi:10.1155/2001/656097