Pollution nocturne : causes et caractéristiques

8 janvier 2020
La pollution nocturne, également appelée rêve mouillé, embarrasse certains et en intrigue beaucoup d'autres. Dans cet article, nous répondons à vos questions.

Vous dormez profondément en plein milieu de la nuit et, soudainement, vous ressentez un orgasme stimulé par un rêve agréable et vous mouillez vos habits avec l’éjaculation. Ce scénario fréquent pour de nombreuses personnes est la pollution nocturne, également connu comme rêve mouillé.

La pollution nocturne n’est en aucun cas un problème. Il s’agit d’une simple réaction à un besoin physique, stimulé généralement par une image mentale. Bien que le fait d’avoir des orgasmes nocturnes ne soit ni bon ni mauvais, ils soulèvent de multiples questions auxquelles nous allons essayer de répondre.

Quelles sont les raisons de la pollution nocturne ?

Un homme sujet à la pollution nocturne

Aucune cause claire n’a été établie pour expliquer la pollution nocturne, même si elle est en lien avec des taux élevés de testostérone. Une étude a révélé que les hommes ayant une testostérone élevée étaient plus propices aux orgasmes nocturnes. Cependant, 13% des volontaires avec un niveau normal ont également expérimenté des rêves humides.

D’autres études suggèrent que de longues périodes d’abstinence sexuelle peuvent aussi générer la pollution nocturne. « Si vous n’avez aucun soulagement sexuel, vous aurez davantage d’éjaculations nocturnes », affirme la psychologue et sexologue Marelize Swart.

En général, la pollution nocturne a lieu dans la phase du sommeil paradoxalA ce moment-là, le corps est plus oxygéné et le flux sanguin vers les parties génitales est plus abondant. Cela peut entraîner une érection chez l’homme ou l’excitation du clitoris chez la femme, qui favorise la stimulation et l’orgasme.

Découvrez également : Hémospermie ou présence de sang dans le sperme

Les femmes font-elles également des rêves mouillés ?

Effectivement, la pollution nocturne n’est pas une expérience exclusive aux hommes. Lors d’une étude publiée dans Diarios de Estudios Sexuales, 37% des femmes de moins de 21 ans ont déclaré avoir des orgasmes pendant leur sommeil.

Beaucoup plus tôt, en 1953, le polémique « Report Kinsey » estimait que 70% des femmes avaient eu des orgasmes dans leur sommeil à un moment donné de leur vie.

Néanmoins, la sécrétion de fluides vaginaux nocturnes n’est pas nécessairement accompagnée d’un orgasme. Dans le cas des hommes, la pollution nocturne occasionne toujours l’éjaculation. La sécrétion vaginale des femmes signifie qu’il y a une excitation sexuelle, mais elle peut passer sans atteindre l’orgasme.

La pollution nocturne ne se produit-elle qu’à l’adolescence ?

Un homme au lit au réveil constatant une pollution nocturne

Non, les rêves mouillés n’ont pas de date d’expiration. Tant qu’il y a une activité sexuelle, ils peuvent se produire. Par contre, la pollution nocturne est plus fréquente pendant l’adolescence car les changements hormonaux sont importants à cette étape. A l’âge adulte, les hormones sont plus stables et les éjaculations nocturnes moins courantes.

Faut-il faire un rêve érotique pour avoir un orgasme nocturne ?

En général, la pollution nocturne s’accompagne de rêves érotiques qui la stimulent, mais ce n’est pas toujours le cas. Il peut y avoir une éjaculation sans un rêve érotique et même sans se souvenir des rêves.

Par ailleurs, l’orgasme pendant le sommeil peut être causé également par des stimulations extérieures. Le frottement des draps et des vêtements sur les parties génitales par exemple. Une étude publiée par l’Association Américaine de Psychologie suggère que dormir sur le ventre pourrait favoriser l’éjaculation nocturne.

Nous pouvons aussi faire des rêves érotiques qui se terminent par un orgasme sans que cela ne génère une éjaculation, même quand l’érection est présente.

Lisez ceci : Comment atteindre l’orgasme prolongé ?

L’absence de pollution nocturne est-elle le reflet d’un problème quelconque ?

 

Toutes les personnes n’expérimentent pas de rêves humides et c’est aussi normal que d’en avoir. Le fait d’éprouver ou non des orgasmes nocturnes n’est pas un signe de dysfonctionnement sexuel.

En effet, il y a des personnes qui ne font jamais de rêves humides et qui ont des relations sexuelles et des orgasmes de manière normale. Il n’existe pas de relation directe entre la pollution nocturne et les relations sexuelles de chacun.

D’autre part, il y a des individus qui font des rêves mouillés et qui ne parviennent pas à atteindre l’orgasme lors de leurs relations sexuelles. Certains psychologues considèrent que cela est dû au fait que, pendant le sommeil, les inhibiteurs psychologiques qui empêchent l’orgasme lors d’un état de conscience n’existent pas.

Peut-on contrôler la pollution nocturne ?

Les orgasmes nocturnes sont totalement involontaires. Il n’existe donc pas de moyen de les éviter ni de les stimuler afin qu’ils aient lieu. Des études de l’Université McGill au Canada, soulignent que les rêves peuvent généralement être contrôlésMais les recherches ne présentent pas de preuves évidentes que cela est possible.

Enfin, comme vous le voyez, la pollution nocturne n’est en aucun cas un problème. Toutefois, si cela vous préoccupe, il est toujours préférable de consulter un spécialiste qui pourra clarifier vos doutes.

 

  • Effects of Estrogen or Testosterone on Self-Reported Sexual Responses and Behaviors in Hypogonadal Adolescents. Jordan W. Finkelstein Elizabeth J. Susman Vernon M. Chinchilli M. Rose D’Arcangelo Susan J. Kunselman Jacqueline Schwab Laurence M. Demers Lynn S. Liben Howard E. Kulin. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, Volume 83, Issue 7. (1998). Pages 2281–2285
  • Wells, B. L. (1986). Predictors of female nocturnal orgasms: A multivariate analysis. Journal of Sex Research, 22(4), 421-437.
  • Sexual Behavior in the Human Female. Kinsey, A.; Pomeroy, W.; Martin, C., & Gebhard, P. Philadelphia: Saunders (1953). ISBN 978-0-253-33411-4.
  • The effect of sleep position on dream experiences.Yu, Calvin Kai-Ching. American Pscological Association(2012). Dreaming, 22(3), 212-221
  • Lucid dreaming as a treatment for recurrent nightmares. Zadra AL, Pihl RO. Department of Psychology, McGill University, Montreal. (1997) 66(1):50-5
  • Schmidt, M. H. (2015). Impotence and erectile problems in sleep medicine. In Sleep Medicine (pp. 457-463). Springer, New York, NY.
  • Cochran, W. G., Mosteller, F., & Tukey, J. W. (1953). Statistical problems of the Kinsey report. Journal of the American Statistical Association, 48(264), 673-716.
  • Yu, C. K. C. (2012). The effect of sleep position on dream experiences. Dreaming, 22(3), 212.