Pourquoi mon bébé veut-il toujours être dans mes bras ?

9 avril 2019
Le contact physique est une source de santé et de bien-être pour les bébés. Lorsqu’un bébé pleure car il veut être dans les bras de sa mère, le mieux est de suivre son instinct et d’aller à son encontre.

« Mon bébé veut toujours être dans mes bras depuis son premier souffle », reconnaissent souvent les mamans. Beaucoup d’entre elles sont exténuées et d’autres surprises. Or, au lieu de se laisser guider par leur intuition, les mères écoutent souvent ce que pensent les autres mamans ou les spécialistes.

Donner naissance à un bébé est une expérience exceptionnelle pour les parents. Le début d’une longue aventure pour bébé. Ce petit être qui s’est développé dans le ventre de sa maman loin de tout le brouhaha extérieur, se retrouve subitement dans un monde nouveau plein de voix et de visages étrangers.

Il a besoin d’être rassuré pour s’intégrer aisément à son nouvel espace. Il a surtout besoin du contact physique de sa maman.

À sa naissance, un bébé peut ne pas reconnaître sa mère. Cependant, depuis son premier souffle, les senseurs qui lui permettent la préservation de la vie s’activent de manière instinctive. La ligne brune qui traverse le ventre de sa mère lui indiquera aussi le chemin pour arriver jusqu’au sein de sa maman qui lui apportera le réconfort.

Le bébé passe neufs mois dans l’utérus maternel. Il est encore immature à sa naissance. Il dépend entièrement de sa mère pour pouvoir survivre. L’attachement sera la manière de garantir son bien-être depuis la naissance jusqu’à la maturité. L’amour sera la force vitale dont il aura besoin pour vivre.

Mon bébé veut toujours être dans mes brasmon bébé

« Avec amour je te tiens bébé et j’apprécie ta lumière vive, ton souffle, la petitesse de ses parties qui me donnent de la tendresse et conquièrent mon cœur », dira une mère avec plus d’inspiration.

Mais nous laissons souvent emporter par des opinions extérieurs au lieu de le prendre dans nos bras. Des opinions qui disent que chaque fois que le bébé pleure, nous ne devrions pas le faire. Il se dit que le bébé peut apprendre à nous manipuler si nous faisons cela. Que cela limitera sa capacité future à être indépendant.

Comme si un bébé comprenait en quoi consiste la manipulation ou l’indépendance. Le bébé est un mammifère. En tant que tel, il dépend de la proximité de la mère pour survivre et grandir.

L’amour est le meilleur stimulant pour créer des liens affectifs et favoriser son bon développement. Le bébé veut être toujours dans les bras de sa mère parce que l’amour est un besoin primordial. De la même manière que la nourriture ou l’hygiène.

Le toucher est le sens qui se développe le plus rapidement chez bébé. Il lui permettra par la suite de découvrir son entourage et d’interagir avec lui.

En le stimulant par des massages doux ou des caresses, et en donnant à bébé tout l’amour et les soins dont il a besoin, il acquiert une certaine confiance. Il acquiert également une perception positive du monde où il évolue, ainsi qu’un attachement émotionnel envers ses parents.

Lisez également cet article : Un jour quelqu’un vous aimera si fort que tous vos morceaux cassés s’assembleront de nouveau

Le bébé a besoin d’une deuxième gestation

Le bébé a besoin de la proximité de sa mère pendant au moins neuf mois, pour pouvoir s’adapter à la vie extra-utérine. C’est seulement de cette manière que l’on pourra garantir le développement intégral de l’enfant. C’est ce qu’on appelle la deuxième gestation.

Le bébé reconnaît l‘amour maternel par la proximité et le contact physique. Un bébé qui pleure ne le fait pas seulement parce qu’il a faim, qu’il a sommeil ou que sa couche est sale. Le bébé veut toujours être dans les bras de sa mère car sa peau est le principal capteur de l’amour de sa mère. De plus, son instinct le lui dicte naturellement.

En même temps, le bébé éveille des instincts de liens et d’attachement chez la mère. La nature a en effet aussi des instincts pour les mères. Ces dernières sont néanmoins capables de faire taire ce qu’elles ressentent et de prêter attention à une opinion extérieure.

Elles le font principalement pour confirmer une théorie ou pour reprendre une vie active. Le bébé n’arrêtera cependant pas de demander qu’on le prenne dans ses bras. Il aura toujours besoin de la proximité de sa mère.

Le manque de contact physique

Dès leur naissance, les bébés comprennent la signification du toucher. La peau fait en effet partie des organes des sens. Il s’agit de celui qui se développe le plus vite, qui occupe le plus de place et qui a le plus besoin d’être satisfait. Même la physiologie ne fonctionne pas correctement sans contact physique.

Dans les années 1940, le Dr René Spitz, un médecin psychanalytique autrichien, mena une étude qui le poussa à conclure que la mort massive des bébés dans les orphelinats était due au manque d’amour. Il compara des bébés isolés dans des lits d’hôpital hospitalisés avec des bébés élevés par leur propre mère dans une prison.

Les bébés élevés par leur mère, même lorsqu’ils étaient incarcérés, grandissaient plus vite et étaient en bonne santé. En revanche, les bébés isolés grandissaient avec des déficiences physiques et mentales.

Malheureusement, 37% des bébés dans les orphelinats, qui n’ont pas eu l’étreinte et les soins de leurs mères, n’ont pas survécu. La thèse de Spitz a été sévèrement critiquée et remise en question pendant des décennies. Cependant, en 2007, le magazine « Science » publia un essai en Roumanie, qui visait à vérifier la véracité de la théorie de Spitz.

Dans une nouvelle recherche, toutes les critiques cliniques faites sur l’étude autrichienne ont été prises en compte.

Les résultats aboutirent à la même conclusion. L’amour est une source de bien-être et de développement pour le bébé. Les bébés élevés dans des orphelinats roumains qui n’avaient pas la proximité de leur mère avaient plus de problèmes à grandir et à survivre que les enfants placés en famille d’accueil.

L’amour est naturel

«De la même manière que mon bébé veut toujours être dans mes bras, je veux toujours l’avoir avec moi», dit une mère qui veut élever son enfant en créant un lien étroit. Elle tient son bébé toujours près de son corps parce que c’est naturel.

Il est vrai qu’on ne doit pas élever les enfants pour qu’ils soient incapables de décider par eux-mêmes du sort de leur vie. Mais nous avons souvent du mal à attendre que les enfants arrivent à bout de chacune des étapes de maturation en temps voulu.

Nous vivons dans un monde accéléré. Et, que cela nous plaise ou non, nous accélérons d’une certaine façon la croissance de nos enfants.

Les neuf mois de gestation préparent l’enfant à commencer la route vers son autonomie. Un parcours qui se complète juste à 2 ans. Après avoir franchi différentes étapes d’indépendance de l’enfance et de l’adolescence, ce parcours prend fin 15 ou 18 ans plus tard.

Tenir son bébé dans ses bras est la meilleure façon de le faire se sentir aimé et heureux. Il n’y a pas de limites à l’expression de l’amour. Ou il ne devrait pas en avoir, si nous voulons vivre dans un monde meilleur.

Conclusions

L’expérience la plus importante que fait l’enfant est certainement celle de l’amour de ses parents. Cet amour peut lui permettre de surmonter les effets négatifs de bien des agressions et traumatismes de la vie.

Si un enfant reçoit l’amour et les soins qui lui sont nécessaires à ce stade, alors il considérera que le monde est bon et qu’on peut lui faire confiance.

En fait, l’enfant décidera non seulement qu’il peut faire confiance au monde, mais aussi qu’il peut se faire confiance à lui-même. Car, de cette façon, l’enfant sera capable de constater ses propres besoins. Par conséquent, il sera aussi un enfant épanoui et satisfait.

En prenant souvent son bébé dans ses bras, son rythme cardiaque se régularise, le niveau d’oxygène augmente et sa température corporelle se stabilise, ce qui aide à l’apaiser et à faciliter son sommeil. Ceci aide également à réduire les crises de pleurs, les douleurs provoquées par les coliques et le stress.

En effet, les marques d’affections prodiguées au bébé, qu’elles soient caresses, massages ou câlins, favorisent la sécrétion de l’ocytocine, une hormone qui joue un rôle important dans la détente du corps et le calme émotionnel.

Donc, plus son niveau augmente, plus bébé est calme et rassuré. De plus, on a montré que ce contact physique régulier facilite la prise de poids et renforce le système immunitaire. Par ailleurs, cela améliore aussi le développement cognitif chez les nourrissons.

Nous insistons sur le fait que vous devez dormir seul dans une chambre et que vous devez nourrir votre enfant en suivant des horaires fixes. D’autre part, souvenez-vous que vous n’êtes pas obligé de prendre votre bébé dans vos bras chaque fois qu’il pleure.

Souvenez-vous qu’un enfant a passé neuf mois dans l’utérus et qu’il a dormi collé à coté de votre cœur.  Par ailleurs, il a été continuellement alimenté par le cordon ombilical de sa mère et a toujours été à ses côtés.

Vous aimerez aussi découvrir cet article : Comment interpréter les pleurs de votre bébé ?

Interpréter les pleurs de son bébé peut s’avérer difficile. Nombreux sont les parents qui éprouvent de l’angoisse lorsque leur bébé pleure, ce qui les empêche de bien interpréter le message que leur enfant est en train de leur transmettre. C’est pourquoi il est essentiel d’apprendre à interpréter les pleurs de son enfant.

De cette façon, vous pourrez le rassurer et satisfaire ses besoins. À travers ses pleurs, le bébé exprime ses besoins, tels que la faim, le sommeil, le froid, la chaleur, la soif, ou encore une gêne. C’est pourquoi il est essentiel d’apprendre à interpréter les pleurs de son enfant. De cette façon, vous pourrez le rassurer et satisfaire ses besoins.


  • Bernardi, R., Díaz Rossello, J. L., & Schkolnik, F. A. N. N. Y. (1982). Ritmos y sincronías en la relación temprana madre-hijo. Revista uruguaya de psicoanálisis61, 93-100.
  • Carrillo, S., Maldonado, C., Saldarriaga, L. M., Vega, L., & Díaz, S. (2004). Patrones de apego en familias de tres generaciones: abuela, madre adolescente, hijo. Revista Latinoamericana de Psicología36(3).
  • García Quiroga, M., & Ibáñez Fanes, M. (2007). Apego e hiperactividad: un estudio exploratorio del vínculo madre-hijo. Terapia psicológica25(2), 123-134.