Pourquoi se faire tatouer peut être dangereux ?

12 janvier 2014
Si nous ne suivons pas les mesures hygiéniques adéquates, nous risquons de contracter des maladies telles que le sida ou l'hépatite.

Un joli dessin sur la peau peut être très attrayant pour beaucoup, mais peut également se révéler dangereux à cause de ses effets secondaires dont on ne s’informe pas toujours. Avant de se faire tatouer, nous devrions savoir en quoi cela consiste et quelles sont les conséquences du tatouage sur notre santé. 

Normalement, on utilise une machine électrique avec des aiguilles jetables qui nous injectent une encre de couleur dans la couche inférieure de la peau, le derme. La couche supérieure ou l’épiderme perdrait facilement l’encre, car elle pèle après les blessures. Voilà pourquoi on utilise la couche intérieure où l’encre reste indéfiniment, et c’est aussi pour cela qu’il est difficile de se défaire d’un tatouage

Pourquoi est-ce dangereux ?

Premièrement, il faudrait trouver un salon autorisé par le Ministère de la Santé, avec des professionnels qualifiés, pour que les instruments et les produits utilisés soient de qualités et que toutes les mesures d’hygiènes soient prises pour éviter les maladies contagieuses comme le SIDA, le tétanos, l’hépatite, ou d’autres infections contagieuses par le sang.

De toute manière, les tatouages peuvent provoquer différentes complications de la peau comme les granulomes (grains rouges) et les cicatrices chéloïdes qui surgissent tout d’un coup à cause d’une inflammation ou de réactions allergiques, même des années après la réalisation du tatouage. Il n’est pas non plus recommandé de se faire tatouer sur un  grain de beauté,  car cela empêcherait de futures analyses en cas de complications cancéreuses.

Comment prévenir les complications ?

tatouage

Il est important qu’il s’agisse d’un salon de tatouage autorisé par les autorités de santé. Il faut bien s’assurer que les tatoueurs prennent toutes les mesures nécessaires pour éviter les maladies contagieuses. Il faut ainsi vérifier qu’ils utilisent des aiguilles jetables neuves pour chaque client et qu’ils jettent bien après usage les encres et les bandes utilisées qui représentent une autre source d’infection.

L’établissement doit compter dans ses outils sur un autoclave pour stériliser toutes les blessures, et les plans de travail doivent être nettoyés avec un désinfectant. Le tatoueur doit se laver les mains avec du savon anti-bactérien et utiliser des gants en latex jetables. Une fois le travail terminé, il doit offrir un guide qui expliquant comment éviter les infections et garder le tatouage intact. Il est toujours bon de pouvoir discuter de tous ces points avant de commencer le tatouage.

À prendre en compte…

Avant de réaliser un tatouage permanent, il faut savoir que si un jour on s’en lasse, l’éliminer coûtera cher et sera très douloureux. De plus, il est fort probable que cela laisse une cicatrice. Beaucoup de personnes se dirigent vers des centres de santé pour éliminer d’anciens tatouages ou pour soigner des complications qui surgissent après quelques temps.

D’autre part, si nous prenons du poids, des vergetures peuvent apparaître et modifier le dessin du tatouage, qui peut aussi être altéré avec la grossesse. Voilà pourquoi on conseille aux femmes de ne pas se faire tatouer le sein ou le ventre, notamment.

Alternatives modernes

tatouage2

Si vous désirez un tatouage mais que vous n’êtes pas sûr de vouloir le garder longtemps, vous avez de la chance : il existe des encres biodégradables moins toxiques et plus faciles à éliminer qui sont en train de se développer. L’unique inconvénient est le prix, car elles sont plus chères que les encres habituelles et ne sont pas très courantes.

Il est très important de prendre en compte la qualité des encres : parfois, les tatouages bon marché coûtent plus cher si par la suite nous devons aller chez le médecin ou l’éliminer pour des raisons médicales. Il faut savoir que les encres et les pigments sont dangeureux pour diverses raisons :

  • L’utilisation d’ingrédients contaminés à la fabrication.
  • Des procédés de fabrication qui introduisent des éléments contaminants.
  • Des pratiques anti-hygiéniques qui contaminent les flacons d’encre.
  • L’utilisation d’eau non stérilisée pour diluer les encres.
  • L’utilisation d’encres périmées dont la date de péremption est dépassée.

Photographies reproduites avec l’aimable autorisation de Renato et Luis Fernandez.

A découvrir aussi