Que sont les arythmies ?

30 juin 2018
Les arythmies sont des altérations de la fréquence et du rythme cardiaque très fréquentes parmi la population. Heureusement, dans de nombreux cas, cela ne suppose pas d’autres complications.

Les arythmies sont des altérations de la fréquence et du rythme cardiaque très fréquentes parmi la population. Heureusement, dans de nombreux cas, cela ne suppose pas d’autres complications.

Que sont exactement les arythmies ?

que sont les arythmies 

Premièrement, une arythmie est une altération qui n’a pas de justification physiologique mais qui affecte à la fois la fréquence et le rythme cardiaque. Rappelez-vous que la fréquence se réfère au nombre de battements par minute et que le rythme peut être régulier ou irrégulier. Par conséquent, les arythmies sont des troubles qui affectent le rythme et la fréquence cardiaque.

Si la fréquence cardiaque augmente parce que nous sommes nerveux pour une certaine raison, ce n’est pas quelque chose de pathologique. C’est simplement que la fréquence augmente en raison de la tension provoquée par cette tension. Par exemple, lorsque nous faisons face à une menace.

D’un autre côté, si les altérations se produisent «sans motif», c’est-à-dire quand il n’existe pas de raison tangible à l’augmentation de la fréquence, alors elles sont considérées comme pathologiques. Dans ces cas, il est temps de consulter le médecin à la recherche d’un examen évaluation plus complet.

Par conséquent, les arythmies peuvent être dues aussi bien à l’augmentation qu’à la diminution de la fréquence cardiaque mais sont aussi provoquées par des altérations du rythme normal du cœur.

Les arythmies sont dues à :

  • Troubles de la génération des battements
  • Altérations dans la conduction des battements
  • Une combinaison des deux

Voulez-vous en savoir plus ? Lisez aussi : 7 symptômes qui prouvent que votre cœur ne travaille pas comme il le devrait

Tachyarythmies

Une tachyarythmie est une succession d’au moins trois battements à une fréquence supérieure à 100 battements / minute.

Selon le point d’origine, elles se divisent en plusieurs catégories :

  • Supraventriculaires : l’origine est au-dessus du faisceau de His. Sur l’électrocardiogramme, apparaissent des complexes QRS étroits (<0,12 sec)
  • Ventriculaires: l’origine est en dessous du faisceau de His. De larges complexes QRS apparaissent dans l’électrocardiogramme (> 0.12 sec)

EXTRASYSTOLES

extrasystole auriculaire

L’extrasystole auriculaire se produit à la suite de la présence d’un foyer ectopique dans l’oreillette. Une dépolarisation avancée se produit, qui produit un battement de cœur « avant l’heure ».

Après le battement ectopique, il y a une brève pause suivie d’un battement normal.

L’extrasystole auriculo-ventriculaire est produite par l’apparition d’une impulsion au niveau du nœud auriculo-ventriculaire. En conséquence, les oreillettes sont activées postérieurement et les ventricules normalement.

Après le battement ectopique, il y a une pause compensatoire suivie d’un battement normal.

Les extrasystoles sont très fréquentes, et en fait sont le type le plus fréquent d’arythmie. Elles ne posent généralement aucun problème et ne nécessitent pas de traitement.

Nous vous recommandons de lire : 5 symptômes insoupçonnés des problèmes cardiaques qu’il faut connaître

TACHYARDIES

1. La tachycardie sinusale : C’est une réponse normale à de nombreuses situations, telles que l’exercice, l’anxiété, la douleur, la fièvre, la consommation de caféine, entre autres. Il n’est pas nécessaire de traiter spécifiquement la tachycardie, seulement la cause qui la produit.

Lors d’une tachycardie sinusale, la fréquence à laquelle les battements se produisent augmente simplement. Dans ce cas, les battements cardiaques proviennent du nœud sinusal, notre «véritable stimulateur cardiaque», mais à une fréquence supérieure à 100 battements / minute.

2. La tachycardie auriculaire : C’est ce qu’on appelle un « phénomène de chauffage ». Elle a pour origine un foyer ectopique auriculaire dont la fréquence est supérieure à la normale. Cela provoque l’inhibition de la focalisation normale et la focalisation ectopique pour « prendre le relais » produisant le rythme cardiaque. Elle a un tracé très caractéristique.

La fréquence cardiaque augmente progressivement jusqu’à atteindre un maximum et diminue progressivement à nouveau. Cette tachycadie se traite avec des bêtabloquants ou des antagonistes du calcium.

3. La tachycardie ventriculaire : son origine est située dans un foyer ectopique situé sous le faisceau de His. La principale cause de l’apparition d’une tachycardie ventriculaire est un ancien infarctus du myocarde.

FIBRILLATION AURICULAIRE

La fibrilation auriculaire ou atriale est le type le plus commun d’arythmie après les extrasystoles.

Elle se caractérise par un rythme très rapide, désorganisé et désynchronisé qui provoque des contractions auriculaires inefficaces. Puisque les oreillettes ne se contractent pas comme elles le devraient, le sang stagne à l’intérieur.

  • La stase sanguine augmente le risque de formation de thrombus et, par conséquent, le risque d’embolie. En effet, la fibrillation auriculaire (FA) est la première cause d’embolie (embolie pulmonaire, ictus cérébral …)
  • Lorsque les ventricules ne se remplissent pas correctement, la quantité de sang que le cœur pompe vers le corps diminue
  • Lorsque le sang s’accumule dans les oreillettes, la pression à l’intérieur de l’oreillette augmente au-dessus du niveau normal. Cela peut entraîner l’apparition d’un œdème pulmonaire

Le traitement s’axe principalement sur :

  • Revenir au rythme sinusal et arrêter les ventricules
  • Prévenir les embolies
  • Prévenir l’apparition de nouveaux épisodes d’arythmie

Le rythme sinusal est réalisé par cardioversion, soit électrique, soit pharmacologique. Rythme contrôlé, les bétabloquants sont administrés pour contrôler la fréquence.

La prévention des embolies se fait par l’administration d’anticoagulants ou d’antiagrégants. On administre habituellement des médicaments antiarythmiques pour éviter les récidives.

Lisez également : Les maladies cardiaques et cardiovasculaires n’affectent pas que le cœur

FIBRILLATION VENTRICULAIRE

La fibrillation ventriculaire est généralement le résultat d’une tachycardie ventriculaire rapide et répétée. Apparaît alors un rythme désorganisé, rapide et complètement inefficace qui mène à l’asystolie et à la mort en quelques minutes.

Le temps est fondamental. Si un défibrillateur n’est pas disponible, il est nécessaire de commencer la RCP manuelle jusqu’à ce que vous l’ayez. Par conséquent, une défibrillation électrique immédiate est nécessaire pour éviter la mort du patient.

Bradyarythmie

SYNDROME DE BRADIARRHYTHMIE SINUSAL DU NŒUD SINUSAL MALADE

la bradyarythmie sinusale

Il y a une diminution de la fréquence cardiaque en dessous de 60, en raison de l’altération du nœud sinusal, le « stimulateur cardiaque ». Les dommages au nœud sinusal sont souvent la cause des affections suivantes :

Actuellement, la bradyarythmie sinusale est la deuxième cause la plus fréquente d’implantation de stimulateur cardiaque.

BLOCAGE AURICULAIRE – VENTRICULAIRE

Il y a un retard dans la transmission de l’impulsion électrique entre les oreillettes et les ventricules.

Ces arythmies se calssent selon le degré de gravité, du premier au troisième :

  • Blocage au premier degré : diminue la vitesse de transmission des impulsions, mais ne bloque pas
  • Blocage au troisième degré : toutes les impulsions électriques se bloquent. Les oreillettes des ventricules sont « déconnectées ». Les symptômes dépendront de la mise en mouvement d’un «rythme d’échappement». Il consiste en la production de battements à un point situé en dessous du blocage, ce qui permet au cycle cardiaque de continuer L’implantation d’un stimulateur cardiaque est nécessaire
  • Blocage au second degré : une partie des impulsions est bloquée et une partie ne l’est pas. Il existe deux types, le type de blocge 1, Mobitz 1 ou Wenckebach, et le type de blocage 2 ou Mobitz 2
  1. TYPE UN : la vitesse de conduite diminue progressivement jusqu’à ce que la transmission d’un ou plusieurs d’entre eux soit bloquée. Ensuite, le rythme normal se rétablit. Ce type de bloacge se considère comme bénin et asymptomatique
  2. TYPE DEUX : le blocage apparaît soudainement. C’est moins fréquent, mais c’est aussi plus grave car cela peut entraîner un blocage complet. Ce blocage peut suivre une certaine séquence ou être variable. Normalement, il nécessite l’implantation d’un stimulateur cardiaque

Lisez aussi cet article : Quels sont les symptômes d’une crise cardiaque ?

Les symptômes de l’infarctus varient en fonction du sexe, surtout s’il existe des antécédents ou des facteurs à risque. Aussi bien pour les hommes que pour les femmes, il est fondamental de suivre des habitudes saines et un régime alimentaire équilibré.

 

A découvrir aussi