Quelle est la différence entre la démence sénile et Alzheimer ?

· 22 février 2019
La démence sénile et Alzheimer sont deux termes qui s'utilisent énormément. Cependant, tout le monde ne connaît pas la signification de chacun d'entre eux. Nous vous l'expliquons donc dans cet article.

La démence sénile et Alzheimer sont des pathologies distinctes. Néanmoins, il est vrai qu’elles ont toutes les deux quelque chose à voir avec la démence. Mais, qu’est-ce que la démence ?

La démence se définit comme une diminution du niveau intellectuel par rapport au niveau de connaissance préalable. Lors de celle-ci, ce sont les fonctions supérieures qui se détériorent. On perd donc, la capacité d’attention, de concentration et de mémoire. Tout comme la compréhension et l’expression du langage, les capacités mathématiques et la coordination psychomotrice.

D’autres fonctions supérieures sont également touchées pendant la démence, comme la planification et l’exécution de tâches et la résistance à la fatigue. Mais aussi la capacité de jugement, la volonté, la pensée abstraite, la régulation affective et le contrôle des impulsions.

Il existe de nombreuses causes de démence possibles. Parmi elles on retrouve Alzheimer, les maladies vasculaires et autres maladies du système nerveux central.

Démence sénile et Alzheimer

Dans cet article, nous tenterons de définir ces deux pathologies pour clarifier la distinction entre l’une et l’autre.

Démence sénile

On appelle démence sénile ces démences qui apparaissent chez les personnes âgées. Ce n’est pas réellement une maladie concrète. Selon l’Alzheimer Association, il s’agit d’un ensemble de symptômes qui inclut notamment la détérioration de la mémoire et les autres capacités de raisonnement. Ces symptômes sont suffisamment graves pour perturber la vie quotidienne.

Les symptômes de la maladie d'Alzheimer

On entend par là que la démence sénile peut faire référence à n’importe quel type de démence et peut être provoquée par diverses maladies. Ainsi, une démence sénile peut concorder avec Alzheimer, une maladie vasculaire ou une autre maladie du système nerveux central.

Sagrario Manzano coordine le Groupe d’Étude de Conduite et Démences de la Société Espagnole de Neurologie. Selon la docteure, employer le terme de démence sénile est une erreur. En effet, la démence peut affecter des personnes de n’importe quelle âge.

Cela peut aussi vous intéresser : Dépression chez les personnes âgées: comment la détecter à temps ?

Alzheimer

Alzheimer est un autre type de démence. Cependant, son étiologie est bien précise. Elle se caractérise par une perte de neurones, avec la perte de densité synaptique conséquente (synapse faisant référence à la connexion entre deux neurones). De plus diverses substances se déposent dans le tissu nerveux comme la substance amyloïde.

De même, des altérations dans les neurotransmetteurs se produisent et le cortex cérébral s’atrophie.

Différences entre démence sénile et Alzheimer

Localisation des lésions

Alzheimer est une démence de type cortical. Par conséquent, la substance grise encéphalique est touchée. Par ailleurs, les fonctions contrôlées par la substance grise (cortex) sont également affectées. Elles constituent essentiellement le jugement, la mémoire, le langage, l’attention et la concentration.

l'influence d'Alzheimer sur le cerveau

La démence sénile peut être corticale ou sous-corticale. Ainsi, en plus d’affecter les fonctions antérieures, elles peuvent également impliquer les fonctions gouvernées par la couche encéphalique sous-corticale. Celles-ci comprennent la psychomotricité, la dérégulation affective, le ralentissement, l’apathie et la perte de mémoire. De plus, ces deux conséquences sont propres à la démence sous-corticale :

  • Apraxies : perte de la capacité à réaliser des mouvements droits.
  • Agnosies : perte de la capacité à reconnaître les stimuli

Malgré cela, pratiquement toutes les démences deviennent mixtes au fur et à mesure de leur évolution.

Découvrez : Les types de démence qui ne sont pas Alzheimer

Progression du tableau clinique

Le tableau clinique d’Alzheimer progresse pendant approximativement 5 à 10 ans. Il se développe par étapes. La première d’entre elles implique une diminution de la résistance à la fatigue et de la capacité d’adaptation pendant des activités spéciales. Des petits oublis et un refus de la maladie apparaissent, tout comme de l’inquiétude et de l’anxiété.

Pendant la deuxième étape, des difficultés d’adaptation face à des tâches spéciales apparaissent. Celle-ci implique également une perte d’attention, de concentration ainsi que de mémoire et des symptômes dépressifs.

Dans la troisième étape, on retrouve une diminution de la capacité d’adaptation face à des tâches ordinaires. De plus, on ressent une dérégulation affective. Lors de la quatrième étape, la capacité d’adaptation face à des tâches ordinaires diminue gravement. La personne n’est plus consciente de sa maladie et sa personnalité change.

Lors de la cinquième étape, on ressent une détérioration cognitive très grave. Enfin, à partir de la sixième étape, on ne reconnaît plus sa famille et on devient totalement dépendant.

D’autre part, les démences vasculaires se développent à cause d’accidents ischémiques transitoires (AIT). Cela veut dire que les dommages s’accumulent et l’évolution se fait par bonds. Des diminutions brusques des fonctions supérieures se produisent suivi de stabilisations.

D’autres démences obéissent à des maladies plus concrètes du système nerveux. Leur tableau clinique obéira donc à la maladie en particulier.

En outre, Alzheimer est une maladie qui progresse petit à petit. Cependant la démence sénile peut évoluer :

  • Progressivement : si la démence sénile est du type Alzheimer
  • Par bonds : si la démence sénile est de type vasculaire
  • Selon les maladies concrètes du système nerveux

 Épidémiologie

Enfin, la démence de type Alzheimer affecte en majorité les femmes. Néanmoins, la démence sénile touchera plus les hommes si la cause est vasculaire.

 

Morley, J. E., Farr, S. A., & Nguyen, A. D. (2018). Alzheimer Disease. Clinics in Geriatric Medicine. https://doi.org/10.1016/j.cger.2018.06.006