Quels sont les traitements de l’hyperplasie de la prostate ?

· 3 mars 2019
L'hyperplasie de la prostate est une pathologie très courante chez les hommes d'âge moyen. Il est nécessaire de différencier si elle est bénigne ou maligne au moment du diagnostic afin d'établir un traitement adéquat.

L’hyperplasie de la prostate est le terme médical qui fait référence à une augmentation de la taille de la prostate chez l’homme au-dessus des valeurs normales.

Il est très important de différencier s’il s’agit d’une hyperplasie bénigne, c’est-à-dire lorsque la glande s’est seulement développée et qu’il n’y a pas d’altération de sa fonction, sauf la compression possible que cet organe peut exercer sur les autres structures. Au contraire, l’hyperplasie maligne de la prostate fait référence à un carcinome in situ.

De plus, l’âge du patient est un facteur clé à prendre en compte. Cela s’explique par le fait que la taille de la prostate n’est pas toujours la même. On dit qu’après 40 ans, la glande prend de l’ampleur.

Pour cette raison, tout homme de plus de cet âge qui présente des symptômes de compression de la prostate doit aller chez le médecin pour confirmer qu’il s’agit d’une hyperplasie et l’étudier en profondeur.

Quels sont les signes et les symptômes de l’hyperplasie prostatique ?

symptômes de l'hyperplasie de la prostate
L’hyperplasie prostatique provoque une compression inconfortable des organes adjacents.

Il y a un certain nombre de signes et de symptômes communs à toutes les hyperplasies de la prostate. Cependant, lorsqu’il s’agit d’une pathologie maligne comme le cancer de la prostate, il existe des particularités qui permettent d’accélérer son diagnostic, et c’est pourquoi nous les verrons dans la section suivante.

Dans le contexte hospitalier, il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’une maladie bénigne ou maligne d’après les antécédents du patient et son examen physique. Il faut toujours effectuer des tests complémentaires pour confirmer la nature de l’hyperplasie. Cependant, la symptomatologie la plus courante est la suivante :

  • Douleur en urinant
  • Incapacité d’uriner
  • Présence de sang dans l’urine : ce signe est appelé hématurie
  • Besoin d’uriner très souvent et en petites quantités (le plus souvent la nuit)
  • Sensation de vidange incomplète de la vessie après la miction
  • Écoulement irrégulier de l’urine pendant la miction, avec interruptions ou phénomène de goutte à goutte.
  • Sentiment d’urgence à uriner

Ces signes et symptômes peuvent être confondus avec ceux d’une infection des voies urinaires. C’est pourquoi il est si important de se rendre au centre médical pour consultation, quelle que soit la pathologie.

Vous pourriez être intéressé : Le sabal pour traiter la prostate et les voies urinaires

Comment diagnostique-t-on l’hyperplasie de la prostate ?

Tout d’abord, les symptômes et les antécédents médicaux du patient doivent être pris en compte. Comme nous l’avons déjà dit, s’il s’agit d’un homme d’âge moyen, le cancer de la prostate devrait être dépisté.

Ceci est particulièrement pertinent s’il y a des antécédents personnels ou familiaux de cancer de la prostate ou de tout autre type de cancer. Un examen physique complet, y compris un toucher rectal, devrait alors être effectué. Différentes anomalies de la taille de la prostate peuvent être observées pendant l’examen.

Il existe un test simple pour établir le diagnostic : l’antigène spécifique de la prostate (aussi connu sous l’acronyme ASP). Cette substance est un marqueur qui peut être obtenu lors d’un test sanguin. De cette façon, nous évitons de soumettre le patient à des tests plus inconfortables ou plus coûteux si cela n’est pas nécessaire.

Il peut également s’accompagner d’un test d’imagerie. La première option est toujours l’utilisation d’ultrasons pendant l’échographie. D’autres tests d’imagerie peuvent offrir une meilleure résolution. Cependant, étant donné que la région génitale est impliquée, des radiations peuvent être émises qui affectent la fertilité de l’homme. C’est pourquoi l’échographie est préférable.

Découvrez : Le piment fort contre le cancer : le miracle de la capsaïcine

Comment traite-t-on l’hyperplasie prostatique ?

diagnostic de l'hyperplasie de la prostate
Le traitement à appliquer dépend de la nature de l’hyperplasie : bénigne ou maligne ?

Le traitement de cette pathologie dépend de la nature de l’hyperplasie. Lorsqu’il s’agit d’un processus bénin, il est simplement nécessaire de corriger la compression que la prostate exerce sur d’autres structures, étant donné que les symptômes affectent fréquemment l’état psychologique du patient.

L’incontinence urinaire chez les hommes d’âge moyen est l’une des raisons les plus fréquentes de consultation en urologie. On peut corriger cela avec des médicaments dès les premiers stades.

Par contre, si la taille de la glande est importante, on peut envisager une résection chirurgicale pour enlever l’excès de tissu. Une autre option est d’élargir l’urètre pour faciliter la miction ou la chirurgie au laser. Cependant, la chirurgie de résection est l’option la plus courante car elle est facile à réaliser et offre de bons résultats.

S’il s’agit d’une hyperplasie maligne, il est nécessaire d’étudier le patient plus en détail afin de faire des biopsies, voir de quel type de cancer il s’agit, à quel stade il se trouve, rechercher des métastases dans d’autres régions (il comme généralement par une atteinte osseuse), etc. Il est souvent nécessaire de diriger le patient vers une étude adjuvante en oncologie.

 

  • Briolat, G. M. (2016). Benign prostatic hyperplasia. In The Nurse Practitioner in Urology. https://doi.org/10.1007/978-3-319-28743-0_5
  • National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases. (2014). Prostate Enlargement : Benign Prostatic Hyperplasia. NIH Publication.
  • Barry, M. J., Fowler, F. J., O’leary, M. P., Bruskewitz, R. C., Holtgrewe, H. L., Mebust, W. K., & Cockett, A. T. K. (2017). The American Urological Association Symptom Index for Benign Prostatic Hyperplasia. Journal of Urology. https://doi.org/10.1016/j.juro.2016.10.071
  • Pinheiro, L. C., & Martins Pisco, J. (2012). Treatment of Benign Prostatic Hyperplasia. Techniques in Vascular and Interventional Radiology. https://doi.org/10.1053/j.tvir.2012.09.004