Le piment fort contre le cancer : le miracle de la capsaïcine

· 8 mars 2014
En la combinant avec de la caféine, nous pouvons décupler les effets anticancéreux de la capsaïcine. Si nous ne supportons pas son côté piquant, nous pouvons l'ingérer sous forme de capsules.

Les laboratoires recherchent depuis longtemps des substances pour combattre le cancer. L’efficacité de certains traitements naturels est connue de façon empirique chez nombreux peuples. Aucune substance ne s’est néanmoins jusqu’à présent révélée efficace du point de vue médical et scientifique.

Certaines substances et certaines plantes, telles que le piment et le corossol, s’avèrent néanmoins efficaces pour freiner et parfois même pour soigner cette maladie.

Diverses études démontrèrent le pouvoir anti-cancer d’une substance présente dans le piment. Ces études furent menées sur des cultures cellulaires de cancer des poumons et du pancréas. Elles démontrèrent même qu’une certaine dose de cette substance provoque la mort des cellules cancéreuses, sans pour autant affecter les cellules saines !le cancer

La substance dont nous parlerons aujourd’hui se retrouve dans les piments qui ont un goût particulièrement fort. Leur pouvoir anti-cancérigène est provient de la capsaïcine. Il s’agit d’une substance qui provoque le « suicide » des cellules cancéreuses. Son action peut non seulement freiner le développement de la maladie, mais aussi éradiquer.

Qu’est-ce que la capsaïcine et comment produit-elle son effet ?

Nous expliquerons donc ci-après la manière dont nous pouvons utiliser les aliments contenant de la capsaïcine. Nous indiquerons également les quantités dans lesquelles nous devons les inclure à notre alimentation pour tirer profit de leur action préventive et même curatrice contre le cancer.

L’action de la capsaïcine contre le cancer

La capsaïcine fait partie d’une famille de molécules dénommées vanilloïdes. Ces molécules occasionnent la mort des cellules cancéreuses.

Elles y parviennent en se collant littéralement aux protéines des mitochondries, organites indispensables aux cellules, entraînant ainsi la mort de celles-ci. Les vanilloïdes tuent par ailleurs les cellules cancéreuses sans nuire aux cellules saines entourant la tumeur !

Ce qui distingue les mitochondries des cellules cancéreuses de celles des cellules saines est que les premières ont un comportement biochimique tout à fait différent. C’est l’une des raisons fondamentales de l’action sélective de la capsaïcine. Cette vulnérabilité à la capsaïcine est propre aux cellules cancéreuses.

La consommation de cette substance est donc particulièrement recommandée pour renforcer notre système face au cancer. 

Nous l’avons préalablement dit, elle est présente à forte dose dans diverses sortes de piments forts.  Les vanilloïdes (dont la capsaïcine) étant présent dans de nombreux aliments, nous présumons donc que la recherche pharmaceutique permettra d’obtenir un médicament dans un futur proche et à bas coût.

Le Cancer Research UK conseille actuellement de réduire le risque de cancer par l’adoption d’un régime sain et équilibré. Un régime riche en fruits et légumes.

Découvrez cet article : Les fruits qui préviennent le cancer du sein

Il existe aujourd’hui des formules contenant de la capsaïcine pour les traitements topiques de la myogélose et du psoriasis. Ceci laisse donc entrevoir la possibilité de l’employer également pour le traitement du cancer de la peau.

Comment utiliser le piment pour prévenir le cancer

La capsaïcine est ce qui donne au piment son goût fort. Elle pousse les cellules des tumeurs de la prostate à leur autodestruction. L’Université de Californie (Centre médical Cedars-Sinai) conduisit récemment une étude sur la capsaïcine.

Elle démontra que ce composant présent à hautes doses dans le piment produit l’activation d’une mort cellulaire programmée, ou suicide cellulaire (aussi dénommé apoptose) chez 80% de ces cellules tumorales du cancer de la prostate. Elle réduit ainsi la taille des tumeurs à un cinquième de la taille des tumeurs non traitées !

Selon ces études, une personne de 90 kg doit consommer environ 400 milligrammes de capsaïcine 3 fois par semaine pour obtenir l’effet anti-cancer recherché. Cela correspond à la consommation de trois à huit piments antillais frais.Soyez néanmoins prudent.

Il s’agit en effet des piments qui ont la plus haute teneur en capsaïcine. Leur force est de plus de 300 000 unités dans l’échelle de Scoville. En d’autres termes, ils sont extrêmement forts. Votre palais pourrait ne pas le supporter. Pour vous faire une idée, d’autres variétés, comme le piment jalapeño, contiennent 2 500 à 8 000 unités Scoville.

Analysons plus en détail le mécanisme par lequel le piment agit pour inhiber ou éliminer le cancer :

L’apoptose ou mort cellulaire est un phénomène normal qui se produit dans les tissus et les organes de notre corps. C’est grâce à elle qu’existe un équilibre entre les cellules neuves et les plus âgées ou détériorées.

Les cellules cancéreuses deviennent néanmoins immortelles. Elles sont en effet préparées de par leurs conditions génétiques pour éviter les mécanismes moléculaires d’apoptose.

Les chercheurs observèrent que la capsaïcine inhibe l’activité d’un mécanisme moléculaire qui se trouve altéré dans les cellules cancéreuses, le NF-Kappa Bêta. Ce dernier joue, dans des conditions normales, un rôle dans l’apoptose ou mort cellulaire de nombreux types de cellules.

Le dysfonctionnement du système NF-KB dans les cellules cancéreuses est l’une des raisons de leur immortalité.

Le composant piquant du piment réduit également la production d’une protéine que les tumeurs de la prostate produisent souvent en grandes quantités et dont le pourcentage peut indiquer la présence de ce type de tumeur chez les hommes. Cette protéine est connue sous le nom d’antigène prostatique spécifique (PSA).

Une alimentation pour combattre le cancer

Nous venons de présenter les merveilleuses propriétés des aliments contenant de la capsaïcine. Il convient donc d’incorporer à notre alimentation la plus grande quantité possible d’aliments qui en contiennent pour prévenir le cancer.

Ces aliments sont, entre autres, les piments et le gingembre. Il faut garder à l’esprit que plus un piment est fort, plus il contient de capsaïcine. N’oublions pas que ces aliments conservent toutes leurs propriétés lorsqu’ils sont crus. Il convient donc de les consommer ainsi.

  • Les piments forts. Il s’agit de la source la plus connue et la plus concentrée de capsaïcine. Certaines variétés, comme les jalapeños ou les habaneros, figurent en effet au plus haut de l’échelle de Scoville.
  • Le tabasco. Cette sauce est élaborée avec les piments forts de la variété tabasco, provenant de l’état mexicain du même nom, auxquels on ajoute du vinaigre et du sel. Quelques gouttes de cette sauce dans votre met se feront sentir allègrement sur votre langue.
  • Le cumin. Beaucoup moins fort que les précédents, il contient de la capsaïcine. Il peut bien relever vos légumineuses. Le cumin constitue l’ingrédient principal de diverses sauces comme le mojo canario.

Découvrez cet article : Boisson au gingembre, au curcuma et au piment de Cayenne pour détoxifier le corps

le cancer

  • Le curry. L’un de ses ingrédients principaux est le curcuma, qui lui donne sa couleur jaune. Il contient de petites quantités de capsaïcine.

La capsaïcine et la caféine agissent par ailleurs de manière synergique. Autrement dit, la combinaison de ces deux substances est encore plus efficace pour prévenir et soigner le cancer. Pour brûler les graisses également.

Si l’idée de tremper des piments jalapeños dans le café de votre petit-déjeuner ne vous réjouit pas, vous pourrez toujours prendre de la capsaïcine et de la caféine en gélules pour épargner votre langue. Vous n’échapperez néanmoins pas aux bouffées de chaleur !


  • Clère, F. (2009). La capsaïcine sort son patch. Douleurs. https://doi.org/10.1016/j.douler.2009.07.005
  • Ricard, E., Saule, E., Barnetche, T., Treves, R., Vergne-Salle, P., & Bertin, P. (2013). Efficacité de la capsaïcine dans le traitement des douleurs neuropathiques: Méta-analyse des essais randomisés contrÔlés. Douleurs. https://doi.org/10.1016/j.douler.2013.10.005