Quels sont les types d’additifs alimentaires ?

22 novembre 2020
Il est très difficile d'éviter complètement l'ingestion d'additifs alimentaires. Cependant, diminuer leur consommation peut avoir des effets bénéfiques sur la santé. Voici les plus utilisés dans l'industrie alimentaire.

Les additifs alimentaires constituent un ensemble de substances qui s’utilisent dans l’industrie pour souligner les caractéristiques organoleptiques des aliments ou améliorer leur conservation. Même si, dans la plupart des cas, ils sont sans danger pour la santé, certains d’entre eux génèrent des divergences parmi les experts.

Tout d’abord, il est nécessaire de préciser qu’il existe différents types d’additifs alimentaires, qui se classent en groupes. Certains sont inoffensifs pour l’organisme, voire même bénéfiques. C’est le cas des gélifiants. D’autres, en revanche, suscitent des controverses par leurs effets sur le microbiote intestinal. Nous faisons référence aux édulcorants.

Types d’additifs alimentaires

Passons maintenant en revue les principales catégories d’additifs alimentaires ainsi que leurs effets sur la santé de l’être humain.

1. Les conservateurs

Les conservateurs sont des substances qui parviennent à réduire le risque microbiologique des aliments, augmentant alors leur durée de vie. Beaucoup d’entre eux sont inoffensifs pour l’être humain car ils ne sont pas métabolisés ou absorbés au niveau des intestins.

Toutefois, l’un des plus communs, les nitrites, augmente l’incidence de certains types de cancer. C’est ce que met en évidence une recherche publiée dans le journal Nutrients.

Ces agents de conservation s’utilisent principalement dans l’industrie de la viande. Ils sont la principale raison pour laquelle la consommation de viande rouge transformée est déconseillée. Ce type d’aliments est effectivement associé à une mauvaise santé en raison de la présence de nitrites, parmi d’autres additifs.

Assortiment de viande rouge.

“La viande rouge transformée contient des nitrites, liés à des dommages sanitaires à plus ou moins long terme.”

2. Les aromatisants

Les aromatisants sont des substances chargées, comme son nom l’indique, de modifier ou de renforcer l’odeur des aliments. En règles générales, ils sont inoffensifs pour la santé, au-delà de quelconque trouble intestinal qui pourrait résulter de leur surconsommation.

Ainsi, les conséquences les plus communes sont les diarrhées. Cependant, ils ne sont pas nocifs à long terme. Ou, du moins cela n’a pas encore été démontré par la littérature scientifique.

Lisez également : Comment cultiver des plantes aromatiques ?

3. Les colorants

Ce type d’additifs alimentaires s’utilise pour apporter de la couleur. Certains colorants ont été interdits en raison de leur lien avec l’apparition de cancers.

Cependant, de nos jours, de nombreux colorants sont utilisés pour apporter également une saveur. Et non seulement ils ne génèrent pas d’effets négatifs, mais ils contribuent aussi à la prévention du développement de maladies. Un exemple sont les anthocyanines, responsables de la couleur des myrtilles et capables d’exercer un effet antioxydant. C’est ce qu’indique une étude publiée dans Critical Reviews in Food Science and Nutrition.

Lors de la lecture des emballages alimentaires, il est judicieux de consulter la partie concernant les additifs. Si des colorants naturels sont utilisés (en particulier des phytonutriments provenant des végétaux), le produit ne doit pas être classé comme nocif. Sauf si une autre substance dans sa composition indique le contraire.

4. Les édulcorants

Ce groupe est le plus controversé par les experts en nutrition. Les édulcorants sont des substances dotées d’un pouvoir sucrant qui remplacent le sucre. Nous ne savons pas avec certitude s’ils sont meilleurs que le sucre. Au sein de ce groupe, nous pouvons citer la saccharine, la stevia, le sucralose et l’aspartame.

Même si de nombreuses personnes prétendent que ces produits chimiques ne sont pas métabolisés au niveau intestinal, la plupart des études à leur sujet signalent des effets négatifs sur le microbiote intestinal.

Découvrez davantage : Les édulcorants contre l’obésité: mythe ou réalité ?

5. Les exhausteurs de goût

Au sein de ce groupe, nous trouvons un ensemble d’additifs alimentaires qui sont responsables de l’amélioration des caractéristiques organoleptiques des produits diététiques. L’un des plus importants est le glutamate monosodique qui donne la fameuse saveur “umami” récemment identifiée, et surtout présente dans la cuisine orientale.

De nombreux produits industriels contiennent ce type d’additifs. Car ils parviennent à améliorer l’acceptation des aliments et à augmenter leur appétence. Ils ne sont, à priori, pas nocifs pour la santé. Il faut cependant se méfier des doses excessives de sel.

6. Les stabilisants, gélifiants et émulsifiants

Cette classe d’additifs est chargée d’améliorer la texture des aliments. Ils n’exercent pas d’effets négatifs sur l’organisme, mais plutôt le contraire.

En effet, certains additifs de ce groupe présentent des propriétés stimulantes du microbiote intestinal, améliorant ainsi ses fonctions. C’est le cas, par exemple, de l’algue agar-agar.

La consommation régulière de ce type de gélifiants permet d’obtenir une fermentation au niveau intestinal qui favorise la croissance des bactéries colonisant l’intestin. Ce processus peut améliorer le métabolisme des nutriments, réduisant ainsi le risque d’obésité et de pathologies métaboliques. Les recherches publiées dans le journal Gut Microbes en sont la preuve.

Algue agar-agar.

“L’algue agar-agar est un additif bénéfique pour la santé.”

7. Les amidons modifiés

Les amidons sont généralement utilisés dans les produits de boulangerie afin d’offrir de meilleures qualités élastiques aux aliments et à la pâte. Ils se composent d’un mélange de polysaccharides. Ils font donc partie des glucides. En soi, ils ne sont pas nocifs pour l’organisme.

Pour les personnes sédentaires, la consommation excessive de glucides n’est pas bénéfique. Ce n’est pas le cas des sportifs qui doivent satisfaire leurs besoins en glucides afin de reconstituer les réserves de glycogène utilisées pendant l’exercice.

Cependant, le fait de soumettre les amidons modifiés à des températures élevées génère un certain nombre de produits de déchets toxiques tels que l’acrylamide. Ces derniers se sont avérés nocifs pour la santé.

8. Les acidifiants

Les acidifiants s’utilisent également pour renforcer la saveur des aliments. Parmi eux, les plus courants sont le sulfate de sodium et le sulfate de potassium. Ils ne provoquent pas d’effets indésirables dans l’organisme. A condition de ne pas dépasser les doses stipulées.

Sinon, ils pourraient entraîner un symptôme laxatif important. Cela a lieu, par exemple, lorsque l’on consomme beaucoup de bonbons ou de chewing-gums.

9. Les enzymes

Les enzymes sont spécifiques aux aliments pour les personnes intolérantes ou aux produits générés par l’industrie des compléments diététiques. Le cas le plus fréquent est celui des personnes intolérantes à la lactose qui disposent de l’enzyme lactase dans leurs produits afin d’améliorer le métabolisme du sucre.

Il est également fréquent de trouver des isolats ou des concentrés de protéines avec des enzymes digestives pour améliorer la digestion des nutriments et éviter la formation de gaz. Les enzymes ne sont pas nocives pour la santé et leur usage est considéré comme sûr.

10. Les antioxydants

Les antioxydants sont des additifs alimentaires qui bloquent ou retardent l’oxydation des aliments. Augmentant ainsi leur durée de conservation. Cette fonction est assurée, par exemple, par l’acide ascorbique (vitamine C).

Ils s’utilisent pour éviter le rancissement des fruits, tels que l’avocat ou la pomme. Leur introduction dans l’alimentation entraîne un impact positif sur le fonctionnement du système immunitaire. En effet, il a été démontré que l’augmentation de l’ingestion de vitamine C réduit la durée des rhumes.

Fonctions générales des additifs alimentaires

Nous commentons maintenant les principales fonctions des additifs alimentaires afin de comprendre pourquoi ils sont si souvent utilisés.

Ils conservent la valeur nutritionnelle

De nombreuses substances utilisées dans l’industrie alimentaire ont pour but de préserver la valeur nutritionnelle des produits. Par conséquent, le fait de prévenir l’oxydation génère une meilleure conservation des vitamines en réduisant leur contact avec l’oxygène.

Ils préservent la salubrité des aliments

Les conservateurs parviennent à augmenter la durée de vie des aliments. Ils améliorent ainsi leur conservation et diminuent le risque de contaminations par des micro-organismes. Cela permet alors de protéger la santé des individus en réduisant le risque d’intoxications.

Les additifs alimentaires assurent l’équilibre du pH dans les aliments et permettent la fermentation

Une bonne partie des additifs alimentaires utilisés dans l’industrie parviennent à garantir l’équilibre acido-basique des produits. Permettant alors une meilleure conservation. En outre, les gélifiants ou stabilisants peuvent conduire à des fermentations plus efficaces, apportant une valeur ajoutée aux aliments grâce à la prolifération des bactéries bénéfiques.

Davantage de couleur et de saveur

C’est l’une des raisons pour lesquelles on utilise de nombreux additifs alimentaires dans l’industrie. Le fait d’améliorer les caractéristiques organoleptiques des aliments permet d’augmenter sensiblement les ventes. L’impact est donc positif pour les entreprises. Néanmoins, il est nécessaire de s’assurer que cela ne constitue pas un danger pour la santé humaine. Ce n’est pas toujours le cas malheureusement.

Les additifs alimentaires améliorent la texture et la consistance des aliments

Vous vous êtes certainement déjà demandé pourquoi la texture des aliments transformés était toujours parfaite et différente des produits maison. C’est sans aucun doute grâce à la présence d’additifs alimentaires.

Ce type de substances parvient effectivement à compacter les ingrédients et à donner aux mélanges un aspect plus moelleux et gommeux. Cela affecte bien évidemment l’expérience lors de la dégustation.

Assortiment de charcuterie.

“Les produits ultra-transformés possèdent un aspect particulier en raison des additifs alimentaires qui rehaussent les textures et les couleurs.”

Effets secondaires des additifs alimentaires

Bien que les additifs alimentaires aient un cadre d’application et un objectif concret, ils ne sont pas toujours sûrs pour la santé. Surtout lorsqu’ils sont consommés en excès car ils génèrent un ensemble d’effets secondaires. Il est donc préférable d’être prudent avec leur ingestion.

D’autre part, les nitrites et les édulcorants artificiels sont ceux avec lesquels il faut faire attention. Ces derniers sont capables de provoquer des altérations dans les populations de bactéries qui vivent dans l’intestin. Cela a un impact sur le métabolisme des nutriments et sur la digestion.

Additifs alimentaires : des substances toujours présentes

Il faut savoir que les additifs alimentaires sont présents dans presque tous les régimes qui existent aujourd’hui. Leur consommation est très difficile à éviter. Cependant, il est important d’en modérer l’ingestion.

Enfin, n’oubliez pas que la base d’une alimentation saine est la variété et la prédominance des produits frais par rapport aux produits transformés. Par ailleurs, elle doit être équilibrée d’un point de vue calorique afin d’éviter de prendre du tissu adipeux.

  • Song P., Wu L., Guan W., Dietary nitrates, nitrites, and nitrosamines intake and the risk of gastric cancer: a meta analysis. Nutrients, 2015. 7 (12): 9872-95.
  • Valenzuela, Rodrigo, and Ana María Ronco. “Acrilamida en los alimentos.” Revista chilena de nutrición 34.1 (2007): 8-16.
  • Yousuf B., Gul K., Wani AA., Singh P., Health benefits of anthocyanins and their encapsulation for potential use in food systems: a review. Crit Rev Food Sci Nutr, 2016. 56 (13): 2223-30.
  • Pearlman M., Obert JI., Casey L., The asociation between artificial sweeteners and obesity. Curr Gastroenterol Rep, 2017.
  • Holscher HD., Dietary fiber and prebiotics and the gastrointestinal microbiota. Gut Microbes, 2017. 8 (2): 172-184.
  • Bucher A., White N., Vitamin C in the prevention and treatment of the common cold. Am J Lifestyle Med, 2016. 10 (3): 181-183.
  • Díaz, María Consuelo, and Alice Glaves. “Relación entre consumo de alimentos procesados, ultraprocesados y riesgo de cáncer: una revisión sistemática.” Revista chilena de nutrición 47.5 (2020): 808-821.
  • Carbonero-Carreño, Rocío. “Glutamato monosódico “la trampa de los alimentos sabrosos”.” Trastornos de la conducta alimentaria 17 (2013): 1863-1876.
  • Durán, Samuel, Karla Cordón, and María del Pilar Rodríguez. “Edulcorantes no nutritivos, riesgos, apetito y ganancia de peso.” Revista chilena de nutrición 40.3 (2013): 309-314.