Qu'est-ce que la codéine ?

La codéine, comme tous les autres médicaments opioïdes, n'altère pas le seuil de douleur et n'affecte pas les impulsions nerveuses. Son action est de modifier la perception de la douleur.
Qu'est-ce que la codéine ?

Dernière mise à jour : 17 mars, 2021

La codéine est un médicament qui appartient à la famille des opiacés. Elle présente une structure similaire à celle de la morphine, leurs effets seront donc semblables. Toutefois, la codéine a une activité analgésique moindre et produit moins d’effets secondaires que la morphine.

Ce médicament peut s’administrer aussi bien par voie orale que par voie sous-cutanée ou intramusculaire. Le choix de la voie d’administration dépendra de la situation de chaque patient.

La codéine fut découverte en 1832 par un chimiste et pharmacien français à qui l’on avait déjà attribué d’autres découvertes dans le monde de la pharmacologie.

Indications de la codéine

Médicaments dans une main.

“La codéine est un médicament utile pour le traitement de la toux sèche et improductive ainsi que le soulagement de la douleur.”

Il s’agit d’un opiacé qui s’utilise dans le but de traiter aussi bien la toux sèche et improductive, que les douleurs légères à modérées. En Espagne, les formes présentes sur le marché ne comportent que l’indication antitussive.

Cependant, il existe également des formes combinées avec du paracétamol dans des proportions différentes pour le traitement de la douleur légère à modérée. Par ailleurs, des études ont été menées pour comparer son efficacité dans le traitement oncologique.

Mécanisme d’action : quel est l’effet de la codéine dans l’organisme ?

La codéine doit ses effets analgésiques et antitussifs à son activité agoniste des récepteurs du système nerveux central. Néanmoins, cet agonisme est faible par rapport aux autres médicaments opioïdes.

Pour pouvoir déclencher son action analgésique, la codéine doit se transformer en morphineC’est ce qu’elle fait une fois qu’elle est métabolisée, mais nous le verrons plus loin.

En ce qui concerne les récepteurs opioïdes, nous en trouvons trois principaux types: μ, κ et δ. Tous sont couplés à la protéine G et fonctionnent comme modulateurs positifs et négatifs de la transmission synaptique par les protéines G.

D’autre part, de même que les autres médicaments opiacés, la codéine n’altère pas le seuil de la douleur et n’affecte pas les impulsions nerveuses. Son action est de modifier la perception de la douleur.

Quant à l’action antitussive de ce médicament, elle est médiée par l’action directe qu’il exerce sur les récepteurs de la toux dans le centre médullaire. La codéine est également capable de produire une sécheresse des sécrétions des voies respiratoires et d’augmenter la viscosité des sécrétions bronchiques.

Par ailleurs, un autre avantage est que la dose administrée pour obtenir son action antitussive ne déclenche pas d’analgésie.

Pharmacocinétique : que se passe-t-il une fois que la codéine est dans l’organisme ?

Comprimés dans une main.

“La codéine peut s’administrer aussi bien par voie orale que par voie intraveineuse.”

La pharmacocinétique comprend les processus d’absorption, de répartition, de métabolisme et d’élimination d’un médicament. En ce sens, la codéine est un principe actif qui peut s’administrer aussi bien par voie orale que par voie parentérale.

Une fois qu’elle est administrée, elle s’absorbe bien. Le début de son action commence 10 à 30 minutes après l’administration intramusculaire. Et entre 30 et 60 minutes après une ingestion orale.

Cependant, les effets analgésiques maximums ne sont pas atteints avant environ 60 minutes pour une dose intramusculaire, et 90 minutes pour une administration orale. L’effet maximal dure plus ou moins cinq heures.

Concernant les effets antitussifs caractéristiques de ce médicament, ils atteignent leur efficacité maximale une à deux heures après l’administration orale. Ils peuvent même durer six heures.

D’autre part, quant à sa répartition, la codéine ne se relie pratiquement pas aux protéines plasmatiques. Elle est finalement métabolisée dans le foie. Une étape fondamentale pour qu’elle se transforme en morphine et puisse ainsi déclencher son action. Par conséquent, la codéine est un métabolite de la morphine.

Les patients qui présentent un problème lié au cytochrome CYP2D6 peuvent être résistants au traitement avec ce médicament.

Enfin, une fois qu’elle est métabolisée et que l’effet opportun est accompli, la codéine et ses principaux métabolites (morphine et norcodéine) sont excrétés à travers l’urine. Néanmoins, une petite quantité peut s’éliminer à travers les selles.

Conclusion

La codéine est un promédicament qui, une fois dans le corps, se transforme en morphine lorsqu’elle est métabolisée dans le foie. En Espagne, nous la trouvons uniquement pour le traitement de la toux. Cependant, elle présente également des actions analgésiques à des doses plus élevées.

Au moindre doute au sujet de ce médicament, consultez votre médecin ou pharmacien. Enfin, si vous prenez de la codéine, n’hésitez pas à avertir des effets et symptômes qui pourraient survenir, afin d’éviter toute complication.

Cela pourrait vous intéresser ...
Naproxène : quelle est son utilité ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Naproxène : quelle est son utilité ?

Le naproxène fait partie de la famille des AINS. Il s'agit d'un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien indiqué pour certaines affections



  • Bowery, N. G. (2007). Codeine. In xPharm: The Comprehensive Pharmacology Reference. https://doi.org/10.1016/B978-008055232-3.61504-1
  • Crews, K. R., Gaedigk, A., Dunnenberger, H. M., Klein, T. E., Shen, D. D., Callaghan, J. T., … Skaar, T. C. (2012). Clinical pharmacogenetics implementation consortium (CPIC) guidelines for codeine therapy in the context of cytochrome P450 2D6 (CYP2D6) genotype. Clinical Pharmacology and Therapeutics. https://doi.org/10.1038/clpt.2011.287
  • Koren, G., Cairns, J., Chitayat, D., Gaedigk, A., & Leeder, S. J. (2006). Pharmacogenetics of morphine poisoning in a breastfed neonate of a codeine-prescribed mother. Lancet. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(06)69255-6