Qu’est-ce que la colostomie ?

29 décembre 2019
La colostomie est une procédure médicale inévitable chez certains patients. Parfois, c'est la seule alternative pour continuer à vivre. Dans cet article, nous vous expliquons en quoi consiste cette intervention chirurgicale.

La colostomie est l’une des formes de la technique de la stomie. En médecine, le terme “stomie” définit une communication entre un organe interne creux et l’extérieur. Les stomies peuvent être dans le système digestif ou l’appareil urinaire.

Dans le cas spécifique de la colostomie, il s’agit d’une ouverture de l’abdomen qui permet à une partie du gros intestin de communiquer avec l’extérieur. Ce point de contact est connu sous le nom de “stomate“.

La colostomie divise les intestins de manière artificielle en 2 parties. La section qui se place avant le stomate est fonctionnelle et maintient des activités relativement normales. En revanche, la partie située après le stomate ne fonctionne plus puisque les selles sortiront par cette ouverture.

De même, en plus de la dernière partie du gros intestin, le rectum et l’anus ne sont également plus fonctionnels pour les matières fécales. Néanmoins, il est possible que la muqueuse continue à produire des liquides qui s’expulsent vers l’extérieur.

Comme la colostomie se situe dans le gros intestin, l’absorption des nutriments reste intacte. Rappelez-vous que ce processus appartient à l’intestin grêle, situé au-dessus et qui n’est pas affecté par cette intervention. Par contre, ce qui est touché, c’est la production de selles et leur élimination.

Types de colostomie

La technique chirurgicale qui entraîne la colostomie chez un patient peut se classer dans l’un de ces 3 types :

1. Temporaire

Une colostomie temporaire, comme son nom l’indique, répond à des pathologies ou des interventions dont on sait qu’elles évoluent mieux avec une partie du gros intestin au repos.

Par exemple, lorsque l’on réalise une chirurgie des intestins qui doit cicatriser. Dès lors, pour empêcher le passage des matières fécales, on crée un stomate momentané qui sera fermé plus tard. Lors de la fermeture, tout le système digestif fonctionne à nouveau normalement.

2. Permanente

Dans ce cas, la technique est effectuée dans le but de laisser la colostomie pour toujours. Il peut s’agir d’un cancer du colon, par exemple, qui, diagnostiqué à un stade avancé, ne permet pas d’autre solution que l’ablation d’une grande partie du gros intestin. Lorsque l’on prévoit que le transit sera irréparable, on place alors une colostomie permanente.

3. Transverse

Les colostomies de ce type se nomment en fonction de leur emplacement. Il faut savoir que le gros intestin comporte 3 parties. Et l’une d’entre elles est le colon transverse, placé dans la partie haute de l’abdomen.

Cela n’est pas habituel de réaliser la colostomie dans cette portion d’intestin, mais elle peut être nécessaire pour des conditions anatomiques. Il est possible également de planifier une intervention temporaire ou permanente à cet endroit.

Le cancer du colon et la colostomie

Lisez également : 5 conseils pour prévenir le cancer du colon

Les poches de colostomie

La colostomie produit alors la sortie des matières fécales à travers le stomate vers l’extérieur. Les selles ne passent donc plus de manière traditionnelle par le rectum et l’anus.

Pour recevoir les selles, qui sortiront involontairement, il existe des poches de colostomie. Ces dernières se fixent fermement à la stomie et agissent comme un réservoir afin que le gros intestin fonctionnel expulse régulièrement.

Bien qu’il existe de multiples modèles et conceptions de poches, elles coïncident toutes en ayant deux parties fondamentales : le système d’adhésion -qui se fixe sur la peau et le stomate- et le système de collecte -qui peut être une simple poche ou un mécanisme avec vidange.

Il existe de nombreux fabricants pour les poches de collecte, d’où la différence de prix. En effet, il y a des poches bon marché, avec des matériaux plus ou moins résistants, petites, moyennes, grandes, transparents, colorées, avec ou sans couvercle.

Une autre différence concernant ces poches est le système de vidange. Dans ce cas, c’est le confort du patient, la disponibilité des modèles et le pouvoir d’achat de la personne qui oriente le choix. Précisément, la vidange peut être :

  • Une recharge de sac : la poche s’utilise une seule fois, et lorsqu’elle est pleine, on la retire et on en place une autre
  • Un fond ouvert : la poche dispose d’une fermeture intérieure qui permet d’expulser le contenu et de continuer à utiliser la même poche
  • Lavable : certaines poches disposent d’un système d’adhésion spécifique qui permet de les retirer. Elles sont conçues avec un matériau lavable et, une fois qu’elles sont propres, elles sont à nouveau collées sur la peau
L'intervention chirurgicale de la colostomie

Découvrez également : Traitement du cancer du colon

Les éventuelles complications

Le fait d’altérer la fonction excrétrice normale de l’intestin et d’avoir une poche de selles collée au corps, entraîne logiquement certaines complications. Quelques-unes sont plus difficiles à résoudre que d’autres. Voici les plus courantes :

  • Dermatite : autour de la stomie, la peau est souvent rouge à cause de la colostomie et du flux de matière fécale. En général, avec des soins hygiéniques appropriés et l’utilisation de certaines crèmes spécifiques, l’effet indésirable est gérable
  • Rétrécissement de la stomie : après la chirurgie, la stomie diminue son diamètre. Cela est normal, mais si elle devient trop petite, il est nécessaire de la recanaliser avec une nouvelle intervention. Sinon, cela pourrait obstruer l’évacuation des selles
  • Mouvement de la stomie : à l’endroit de la colostomie, les intestins ont changé de position et peuvent donc exercer une pression vers l’extérieur en provoquant une hernie de la stomie. Cela peut également avoir lieu dans l’autre sens, et la stomie se rétracte vers l’intérieur. Ces 2 situations requièrent une consultation médicale pour prendre les mesures nécessaires au bon fonctionnement de la colostomie

 

  • De Frutos Muñoz, Rocío, et al. “Calidad de vida de los pacientes con colostomía e ileostomía a corto y medio plazo.” Metas de enfermería 14.2 (2011): 24-31. En línea: https://medes.com/publication/65145.
  • Ponce Gómez, Ghandy, Beatriz Carmona Mejía, and Sara Huerta González. “Tener una colostomía: transformación de la corporalidad.” (2017). http://dx.doi.org/10.14198/cuid.2017.48.03.
  • Pedro Pita Miño; Paula Seco Ramos; Manuela Cupeiro García; María del Carmen Castañeda Cuevas; Alexandra López Leira; María del Carmen Aramburu García.  Caso clínico de dermatitis periestomal y dehiscencia en una colostomía. Enfermería Dermatológica, ISSN-e 2386-4818, ISSN 1888-3109, año 9, Nº. 24 (enero-abril), 2015, págs. 54-58. Complejo hospitalario Universitario de Ferrol. https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=5185639.
  • Jimeno Gozalo, Natalia (2017). Condicionantes de la respuesta de adaptación de las personas portadoras de una colostomía. UAM. Departamento de Cirugía. http://hdl.handle.net/10486/680425.
  • Batista, M. do R. de FF, Rocha, FCV, Silva, DMG da, y Silva Júnior, FJG da. (2011) Autoimagen de clientes con colostomía en relación con la bolsa coletora. Revista Brasileira de Enfermagem, 64 (6), 1043-1047. https://doi.org/10.1590/s0034-71672011000600009.
  • ¿Qué es una colostomía? 2020 American Cancer Society. En línea: https://www.cancer.org/es/tratamiento/tratamientos-y-efectos-secundarios/tipos-de-tratamiento/cirugia/ostomias/colostomia/que-es-una-colostomia.html.
  • Tipos de colostomías y sistemas de bolsa recolectora. 2020 American Cancer Society. En línea: https://www.cancer.org/es/tratamiento/tratamientos-y-efectos-secundarios/tipos-de-tratamiento/cirugia/ostomias/colostomia/tipos-de-colostomias.html.