Qu'est-ce que la mydriase et pourquoi se produit-elle ?

Lorsque vos pupilles sont dilatées, cela peut être léger, parce que vous aimez beaucoup quelqu'un ou à cause d'une maladie. Si vous voulez savoir ce que cela signifie, lisez la suite et apprenez-en plus.
Qu'est-ce que la mydriase et pourquoi se produit-elle ?

Dernière mise à jour : 21 septembre, 2021

Lorsque nous sommes dans des endroits peu ou pas éclairés, l’œil réagit involontairement, produisant une distension des muscles radiaux de l’iris. Ceci est connu comme mydriase, qui est aussi appelé la dilatation.

Avec cette réponse, le corps active une forme de vision nocturne, graduant ou ajustant la quantité de lumière qui entre. Bien que chez l’homme, l’acuité visuelle ne s’intensifie pas autant que chez certains animaux, comme le chat et le hibou.

Ce n’est pas la seule raison pour laquelle ce phénomène se produit. La mydriase peut également être due à diverses causes, notamment l’humeur (peur), les blessures, la maladie et les réactions médicamenteuses, entre autres.

Qu’est-ce que la mydriase ?

La pupille est ce cercle noir au centre de l’œil ; plus exactement, l’iris. Sa fonction est de réguler la quantité de lumière qui pénètre dans la rétine. En fonction de cela, la pupille peut se dilater ou se contracter. On estime que sa taille peut varier entre 2 et 8 millimètres.

Étant plus exposée à la lumière, une contraction ou un myosis se produit. Et au contraire, lorsqu’elle se dilate, le phénomène inverse se produit, qui s’appelle mydriase. Cela permet un certain degré de vision nocturne, bien que chez l’homme, elle soit plutôt limitée.

Son étymologie n’est pas tout à fait claire. En latin, le terme « mydriase » était déjà utilisé pour désigner la dilatation pupillaire. On pense, en revanche, qu’il pourrait être lié au mot enclume, en grec ancien.

Ce que l’on sait, c’est que deux groupes de muscles interviennent dans ce processus, qui sont ceux qui contrôlent la taille de la pupille. Ce sont le sphincter circonférentiel et le muscle dilatateur de l’iris.

La raison la plus courante de la dilatation pupillaire est le fait d’être dans un environnement peu ou pas éclairé. La même chose se produit généralement au réveil le matin, car après avoir passé du temps les yeux fermés ou dans l’obscurité, cela peut prendre un certain temps pour s’adapter à nouveau à la lumière du jour.

L’excitation, l’enthousiasme et même le désir sexuel sont mis en évidence dans la dilatation pupillaire. C’est un bon signe pour savoir si quelqu’un vous aime.

Yeux d'une femme.
La dilatation de la pupille est liée aux émotions et même au degré d’intérêt pour l’autre.

Causes de la mydriase

Dans les situations précitées (faible luminosité, peur, excitation), la dilatation pupillaire est présente pendant un temps relativement court. Mais il y a plusieurs raisons pour lesquelles la mydriase continuerait, constituant un signe possible que quelque chose de différent se passe.

Test de vision

Parfois, la pupille doit être dilatée afin d’examiner ce qui se trouve à l’intérieur de l’œil, y compris l’état de la rétine et du nerf optique. Ceci est important pour diagnostiquer, prévenir ou même traiter certaines affections oculaires.

Dans ce cas, des médicaments tels que l’atropine sont utilisés. L’effet peut durer quelques heures ; chez certaines personnes, jusqu’à une journée entière. Mais ensuite, ça s’en va naturellement.

Blessures aux yeux

Certaines blessures oculaires pourraient endommager les muscles ou les nerfs liés au contrôle de l’iris et de la pupille, provoquant ce que l’on appelle une mydriase traumatique, qui s’accompagne d’autres symptômes, tels que des douleurs, une photophobie, une gêne lors de la lecture ou de la focalisation prolongée.

Elle se produit généralement dans un seul œil, celui qui a été blessé. Pendant ce temps, l’autre se dilate et se contracte normalement.

Traumatisme crânien ou cérébral

La mydriase survient également chez les personnes qui ont subi des lésions cérébrales traumatiques qui exercent une pression, affectant le fonctionnement du système oculaire. Elle peut être unilatérale ou bilatérale.

Selon les recherches, une mydriase bilatérale de longue durée, sans réflexion lumineuse dans la pupille après un traumatisme crânien grave, est considérée comme un signe de dommage irréversible.

Médicaments

Divers médicaments peuvent altérer le fonctionnement des pupilles, déclenchant une mydriase. Il s’agit notamment des éléments suivants :

  • Atropine.
  • Anticholinergiques dérivés de ce qui précède, tels que l’ipratropium.
  • Antidépresseurs à effets sérotoninergiques.
  • Scopolamine.
  • Amphétamines.
  • Relaxants musculaires.
  • Antihistaminiques.

Consommation de drogues

Selon des études sur le sujet, des drogues comme la cocaïne, les méthamphétamines, l’ecstasy et le LSD auraient un effet sur les récepteurs de la sérotonine. Par conséquent, ils affectent également le fonctionnement des muscles de l’œil.

Autres causes

Des niveaux élevés d’ocytocine, ainsi qu’une exposition à certaines espèces végétales contenant de la scopolamine et de l’atropine (belladone ou herbe de Jimson), peuvent déclencher une mydriase légère à modérée.

Maladies associées à la mydriase

Une mydriase d’un œil, qui devient permanente ou survient fréquemment et s’accompagne d’autres symptômes, tels que maux de tête, vision floue ou double, perte de vision ou de sensibilité, est un signe possible de certaines pathologies. Les plus pertinents sont les suivants :

  • Migraine : selon les recherches, les migraines peuvent provoquer une mydriase unilatérale temporaire, due à une hyperactivité du système sympathique ou une sous-activité du parasympathique.
  • Neuropathie : lorsque le troisième nerf crânien (nerf moteur oculaire commun) est atteint, la pupille peut rester fixée dans un état dilaté, en raison d’une paralysie du sphincter de l’iris.
  • Lésion du trijumeau : ce nerf est lié au contrôle de certaines parties du visage. Lorsqu’il est affecté, par exemple par un traumatisme, en plus de la paralysie, de la douleur et d’autres symptômes, il existe une mydriase.
  • Syndrome de Claude-Bernard-Horner : dans ce syndrome, une pupille est rétrécie ou il y a une différence de taille entre les deux pupilles (anisocorie).
  • Pathologies oculaires : si l’affection n’est pas neurologique, la mydriase peut être causée par une blessure à l’œil, par un glaucome ou par une ischémie de l’iris.
  • Une tumeur au cerveau ou un œdème : ainsi qu’un accident vasculaire cérébral.

Différents types de mydriase

La plupart des cas de dilatation pupillaire ne sont pas graves ; bien qu’elle puisse être associée à certaines maladies. En général, il existe différents types de mydriase :

  • Physiologique : c’est la réponse pupillaire normale à une lumière faible ou faible.
  • Bilatéral : comme son nom l’indique, elle se produit dans les deux yeux. Il peut s’agir d’une réaction pupillaire à la consommation de drogue ou d’alcool, à une intoxication alimentaire ou à des maladies telles que la méningite.
  • Unilatérale bénigne : caractérisée par une asymétrie dans laquelle une seule pupille est dilatée et l’autre non. Si son apparition est occasionnelle, elle peut être associée à des migraines ou à un problème du système parasympathique.
  • Fixe unilatéral : elle survient également dans un seul œil. Si elle devient fixe ou permanente, c’est un signe de lésions cérébrales possibles.
  • Arreactiva : fait référence au fait que les pupilles se dilatent, mais ne se contractent pas lorsqu’elles reçoivent une lumière intense. Elle survient en cas de lésion cérébrale, d’arrêt cardiorespiratoire ou de coma.
Miosis et myrase.
Le myosis est la constriction de la pupille, qui devient de plus en plus petite. La mydriase est le contraire.

Traitement de la mydriase

Dans la plupart des cas, la dilatation pupillaire disparaît d’elle-même après un court laps de temps. Le cas échéant, le traitement de la mydriase dépendra de la cause et sera établi après l’évaluation correspondante par le spécialiste.

Une intervention chirurgicale n’est généralement pas nécessaire, sauf en cas de paralysie du troisième nerf crânien. Et cela n’est recommandé que s’il n’y a aucune preuve d’amélioration dans les 6 mois.

Il en va de même pour le glaucome à angle fermé. Dans cette situation, l’intervention consiste en une iridotomie au laser, qui est considérée comme une intervention chirurgicale rapide, simple et moins risquée que l’iridectomie.

En cas de doute, consultez si la mydriase persiste

La mydriase n’est pas une affection très courante et elle est rarement dangereuse. Les personnes sujettes aux migraines ont un risque plus élevé de dilatation pupillaire, bien que les épisodes soient peu fréquents (deux ou trois fois par mois) et durent quelques heures.

Maintenant, si en plus de la dilatation il y a d’autres signes, comme une vision floue, des douleurs oculaires ou des maux de tête, vous devriez aller chez le médecin pour écarter une blessure à l’œil ou une pathologie qui affecte le cerveau. Le spécialiste effectuera les tests correspondants.

L’ouverture peut être mesurée avec un pupillomètre automatique. De cette façon, la façon dont la pupille réagit à la lumière est évaluée. Si un traitement est nécessaire, le médecin l’indiquera.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment nos yeux perçoivent-ils les couleurs ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment nos yeux perçoivent-ils les couleurs ?

Souhaitez-vous savoir comment les yeux perçoivent les couleurs ? Poursuivez votre lecture, nous vous en dirons plus ici !



  • Castañeda-Díez R, Mayorquín-Ruiz M, Jiménez-Román J. Glaucoma de ángulo cerrado. Perspectiva actual. Rev Mex Oftalmol. 2007; 81(5):272-282.
  • Maas RP, Verrips A. Episodic unilateral mydriasis and recurrent headache: Not necessarily an ominous combination. Cephalalgia Reports. doi: 10.1177/2515816318772305.
  • Martínez-Fresneda M. Historia de un término médico: midriasis. Epos: Revista de filología. 1989; 5: 11-18.
  • Mathôt S, Fabius J, Van Heusden E, Van der Stigchel S. Safe and sensible preprocessing and baseline correction of pupil-size data. Behav Res Methods. 2018 Feb;50(1):94-106. doi:10.3758/s13428-017-1007-2
  • Modi P, Arsiwalla T. Cranial nerve iii palsy. In: StatPearls. StatPearls Publishing; 2021. P.MID: 30252368
  • Pérez-González H, Garcia-Concha Y, Gómez-Martínez N. Cierre angular primario: opciones quirúrgicas. Revista Mexicana de Oftalmología. 2014; 88(4): 182-185.