Causes des pupilles punctiformes ou myosis

23 octobre 2020
Les pupilles peuvent refléter l'existence d'une lésion nerveuse ou même orienter le diagnostic d'une intoxication. Nous vous expliquons dans cet article les causes du myosis ainsi que les signes avant-coureurs de la présence éventuelle d'un processus pathologique.

Le myosis est un terme médical utilisé pour faire référence au fait que les pupilles deviennent punctiformes. Autrement dit, il s’agit de la contraction de la pupille. Bien que ce phénomène semble sans importance, la taille de la pupille peut en dire long sur l’état de santé d’une personne.

Cette partie de l’œil réagit de manière physiologique aux changements de lumière, en se contractant ou en se dilatant. Mais, en outre, sa taille varie lors de la consommation de produits toxiques ou en cas de lésions cérébrales. Dans cet article, nous vous en disons davantage sur le myosis.

En quoi consiste le myosis ?

Tel que nous venons de le souligner, le myosis est une contraction de la pupille. La pupille est un orifice situé dans le cœur de l’iris, autrement dit, la partie obscure de l’œil. Elle est responsable du contrôle de la quantité de lumière qui passe vers l’intérieur du globe oculaire, en direction de la rétine.

Pour ce faire, elle peut se dilater ou se contracter, en fonction de la quantité de lumière présente dans l’environnement. Par conséquent, lorsque l’environnement est sombre, la pupille se dilate (ce que l’on appelle la mydriase). En revanche, lorsqu’il y a beaucoup de lumière, la pupille se contracte. Il s’agit d’un réflexe physiologique normal et contrôlé par le système nerveux parasympathique.

Ces mouvements s’effectuent grâce à un muscle présent dans l’œil appelé muscle ciliaire. Quand la pupille se dilate, le muscle qui agit est le dilatateur de l’iris. Dans ce cas, le système nerveux sympathique est celui qui coordonne l’action.

Gros plan sur un oeil.

“La pupille réagit à la lumière externe de diverses manières, en se fermant ou en s’ouvrant.”

Causes des pupilles punctiformes ou myosis

Comme nous l’avons expliqué, le myosis est un processus physiologique qui se produit en réponse à la quantité de lumière. Cependant, ce n’est pas la seule situation qui peut occasionner cette réaction. En effet, certaines substances ou maladies peuvent en être à l’origine. Nous les énumérons ci-dessous.

Consommation d’opioïdes

Les opioïdes sont des substances dérivées de l’opium qui agissent sur le système nerveux central. Elles s’utilisent aussi bien sous forme de médicaments que de drogues à usage récréatif. Il s’agit notamment du fentanyl, de la morphine, de l’héroïne et de la méthadone.

Leur action a un mécanisme dépresseur sur le système nerveux. Les pupilles se contractent et réagissent à peine aux stimuli lumineux. Selon un article publié dans l’Universidad Libre Seccional Barranquilla, l’intoxication aux opioïdes se caractérise par un myosis, une dépression respiratoire ainsi qu’une dépression de la conscience, entre autres.

Intoxication chimique

En plus des opioïdes, il existe de nombreux autres produits chimiques qui peuvent être à l’origine du myosis. Effectivement, plusieurs médicaments comptent le myosis dans leurs effets secondaires. Par exemple, certains antipsychotiques, comme l’halopéridol. Il en va de même pour les médicaments utilisés par voie topique pour le traitement du glaucome.

Syndrome de Horner et myosis

Le syndrome de Horner est un ensemble de symptômes qui surviennent à la suite d’une lésion nerveuse. Il provoque l’affaissement de la paupière et le développement d’une myose de la pupille. De plus, la transpiration de cette zone du visage affectée est généralement diminuée.

Selon un article publié dans l’Acta Médica del Centro, l’une des causes principales de ce syndrome est la iatrogénie. Autrement dit, il résulte d’un échec médical après des opérations chirurgicales du visage. Par exemple, des interventions dentaires ou thérapeutiques appliquées pour une névralgie du trijumeau.

Lisez également : 9 messages que les pupilles transmettent

Hémorragie cérébrale

Dans certains cas, selon la zone du cerveau touchée par l’hémorragie cérébrale, un myosis peut apparaître. Par exemple, en cas d’accident vasculaire cérébral très étendu ou lorsque le thalamus est impliqué.

Tumeur de Pancoast-Tobias

La tumeur de Pancoast-Tobias est un type de cancer qui survient dans les poumons. Il peut affecter certaines parties du système nerveux sympathique, responsable de la production de l’effet contraire à la myosis (mydriase). Par conséquent, comme la pupille ne peut pas se dilater, elle reste contractée à la suite de cette tumeur.

Découvrez aussi : 7 informations étonnantes sur nos pupilles

Comment diagnostiquer la cause des myosis ?

Pour diagnostiquer la cause du myosis, l’essentiel est d’observer l’état général du patient. Bon nombre des étiologies qui provoquent ce symptôme, comme l’intoxication aux opioïdes ou l’hémorragie cérébrale, s’accompagnent généralement d’une altération du niveau de conscience.

Si la personne est consciente, il est conseillé de lui demander si elle a ingéré des médicaments ou des drogues. De plus, il est important d’observer la réaction des pupilles aux stimulations lumineuses. Le médecin ou l’infirmier étudiera les différents réflexes oculaires pour vérifier l’état neurologique.

Parmi eux, le réflexe photomoteur, qui consiste à observer si la pupille se contracte davantage face à l’exposition à la lumière. Un autre est le réflexe consensuel, qui confirme si la pupille de l’autre œil (celui qui n’est pas éclairé) se contracte également. Cela permet de savoir si la lésion concerne l’un des nerfs périphériques ou la région supérieure du cerveau.

Myosis dans un oeil.

“Les accidents vasculaires cérébraux, certaines tumeurs et certains médicaments peuvent être à l’origine d’un myosis persistent.”

Un réflexe physiologique

Le myosis est un mécanisme physiologique qui survient en réponse à la lumièreNéanmoins, il peut également être la conséquence d’un dommage neurologique ou d’une intoxication à certaines substances.

Enfin, il s’agit d’un élément essentiel de l’examen médical qui fournit de nombreuses informations sur l’état du patient. Lorsque le signe est persistant, il existe peut-être un processus pathologique sous-jacent.

  • Síndrome de Claude-Bernard-Horner. Presentación de un caso. (n.d.). Retrieved September 7, 2020, from https://www.medigraphic.com/cgi-bin/new/resumen.cgi?IDARTICULO=39027
  • Exploración de los reflejos pupilares | Oftalmología en la práctica de la medicina general, 4e | AccessMedicina | McGraw-Hill Medical. (n.d.). Retrieved September 7, 2020, from https://accessmedicina.mhmedical.com/content.aspx?bookid=1498§ionid=99962670
  • Filippa, R., Toso, A., Cordero, J., & Olivos, P. (n.d.). Intoxicacion por Haloperidol (Haldol ).
  • Vista de Intoxiación opioide | Biociencias. (n.d.). Retrieved September 7, 2020, from https://revistas.unilibre.edu.co/index.php/biociencias/article/view/2783/2203
  • Panagopoulos, Nikolaos, et al. “Pancoast tumors: characteristics and preoperative assessment.” Journal of thoracic disease 6.Suppl 1 (2014): S108.
  • Carrera, Maria Alicia Vera, et al. “Manejo de intoxicación por opioides.” RECIMUNDO 3.4 (2019): 494-510.
  • Garófalo, Mariano, and Germán Píccolo. “CAPÍTULO 3 Efectos oculares adversos provocados por medicamentos.” Manual práctico: optometría clínica: 43.