7 informations étonnantes sur nos pupilles

18 janvier 2019
Les pupilles sont ces fenêtres de l'âme, qui sont capables de s'épanouir comme des fleurs.

Nos pupilles sont un petit univers à part entière, dans lequel se cachent des émotions et des sentiments.

Vous êtes-vous déjà demandé quels secrets renfermaient ces si petites, mais si importantes, parties de notre corps ?

Dans cet article, nous vous invitons à un fabuleux voyage à travers nos yeux, au cœur de ces sphères obscures, magiques et inquiétantes que sont les pupilles.

Comme vous le savez sûrement déjà, cette partie de l’œil est chargée de réguler la quantité de lumière qui pénètre dans le globe oculaire.

Mais les pupilles recèlent bien d’autres secrets que vous allez adorer apprendre sur cet organe si méconnu de notre corps.

1. L’optographie

L’optographie n’est pas un terme très connu de nos jours. Cependant, au XIXe siècle, c’était un mot très célèbre et sujet à de nombreuses études.

Cette discipline fut créée par le physiologiste Wilhelm Friedrich Kuhne, en 1881. Elle avait pour finalité l’analyse de la pupille des personnes victimes d’assassinats.

À cette époque, les scientifiques croyaient que l’image de l’assassin pouvait s’être fixée sur la pupille, d’une manière photographique.

De nombreuses études ont été menées, au niveau microscopique, pour vérifier si de telles allégations pouvaient être véritables.

L’optographie a notamment été utilisée pour tenter de résoudre les meurtres de Jack L’Éventreur, mais aucune conclusion probante n’a pu être tirée de l’analyse des pupilles de ses victimes.

De fait, l’optographie est désormais classée dans les sciences paranormales, car elle n’a jamais donné de résultats.

Lisez aussi : 9 messages que les pupilles transmettent

2. Nos pupilles et nos émotions

Les émotions sont trahies par les pupilles.

Les émotions fortes, comme la joie, l’enthousiasme, voire le désir sexuel, dilatent les pupilles  de manière évidente.

Cela peut paraître étrange, mais ce résultat a été validé par une célèbre expérience, menée en 1977 par l’Université de Californie aux États-Unis, qui a impliqué l’étude de 150 personnes.

Chaque sujet de l’expérience s’est vu remettre un livre érotique, et n’avait que pour seule tâche de le lire.

Il a été observé que, durant certains passages du livre, les pupilles des sujets se dilataient grandement, ce qui a démontré la relation entre les émotions et les pupilles.

Vous allez également aimer lire : Pourquoi il est important d’exprimer ses émotions ?

3. La résolution d’un problème complexe

Les pupilles peuvent se dilater selon notre état d'esprit.

Lorsque nous sommes face à un problème, ou que nous nous retrouvons face à une situation qui demande une forte concentration mentale, nos pupilles se dilatent.

Ce phénomène est accentué par le stress et l’anxiété. La personne est alors dans une situation qui implique le stress d’un côté, et la saturation cognitive de l’autre.

4. La répulsion

Les émotions agissent sur les pupilles.

C’est une réaction naturelle et instinctive. L’être humain ressent une sensation de rejet et de répulsion, face à différentes choses comme :

  • une odeur désagréable,
  • des êtres morts ou en état de décomposition,
  • des situations que nous considérons comme dangereuses, comme un phénomène de violence.

Toutes ces expériences affectent nos pupilles, en les dilatant. Il s’agit d’un impact psychologique qui mélange des émotions, une réaction physiologique naturelle, et une envie de fuir.

5. La douleur et les pupilles

La douleur agit sur les pupilles.

Il est certain que vous aviez déjà pensé à ce phénomène. Lorsque notre système nerveux autonome réagit face à une sensation de douleur, il active toutes les fonctions dont il a besoin pour fuir.

Et l’une des premières réactions de notre corps face à la douleur est la dilatation des pupilles.

Ce phénomène se produit, car devant la nécessité de fuir, notre cerveau  a besoin que tous nos sens soient au maximum de leur rendement.

Cela peut vous paraître surprenant, mais la vue doit être fonctionnelle à 100% pour permettre de détecter tout danger potentiel alentour.

6. Les pupilles et les agents chimiques environnants

Nos yeux, et donc nos pupilles, sont très sensibles.

Inévitablement, nos yeux, et donc nos pupilles, sont très sensibles à tous les agents chimiques présents dans notre atmosphère.

Si vous remarquez qu’au réveil vos pupilles sont toujours dilatées, il est vivement conseillé de consulter votre médecin dans les plus brefs délais.

En plus d’un dommage cérébral, la dilatation des pupilles peut survenir dans les situations suivantes :

  • La présence de substances vénéneuses, ou d’agents chimiques allergènes, par exemple l’écorce de caroubier.
  • Le combustible pour avions, le chloroforme et certaines drogues provoquent également une dilatation de la pupille. C’est un indicateur qui doit vous inciter à aller chez le médecin.

7. Les maladies neurologiques

Les maladies neurologiques agissent sur les pupilles.

Si après un choc à la tête, vous ou l’un de vos proches remarquez que vous avez les pupilles dilatées, il est important de consulter un médecin immédiatement.

En effet, cela peut être le signe d’une hémorragie interne, ou de tout autre problème neurologique. Dans ce cas, une intervention rapide est obligatoire.

Parfois, les pupilles dilatées peuvent également indiquer la présence d’une tumeur cérébrale ou d’un œdème.

Si c’est le cas, vos pupilles se dilatent en permanence, et ne se rétractent pas lorsqu’elles sont soumises à une forte luminosité.

Comme vous pouvez le constater, les pupilles ne sont pas seulement le reflet de nos émotions.

Elles nous apprennent également des choses sur notre santé, qu’il vaut la peine de connaître pour notre propre sécurité.  

  • Froehly, C., Lacourt, A., & Viénot, J. C. (1973). Notions de réponse impulsionnelle et de fonction de transfert temporelles des pupilles optiques, justifications expérimentales et applications. Nouvelle Revue d’Optique. https://doi.org/10.1088/0335-7368/4/4/301
  • Wilhelm, H. (2008). The pupil. Current Opinion in Neurology. https://doi.org/10.1097/WCO.0b013e3282f39173