Qu’est-ce que le botulisme ?

24 septembre 2020
Le botulisme provoque des symptômes tels que des vomissements, de la diarrhée et une paralysie du corps. Manger des aliments emballés sous vide qui n'ont pas subi de protocole de stérilisation est un facteur de risque pour contracter la maladie.

Savez-vous comment identifier un aliment capable de transmettre le botulisme ? Connaissez-vous la bactérie qui provoque la maladie ? Ce micro-organisme peut apparaître dans tout type d’aliment, qu’il soit d’origine animale ou végétale, mais il a besoin d’un manque d’oxygène pour sa croissance et sa prolifération.

Des symptômes tels que la vision double, les nausées, les vomissements ou la faiblesse accompagnés d’une paralysie généralisée, sont l’indication d’une infection générée par la bactérie Clostridium botulinum. Les aliments en conserve sont responsables de presque toutes les épidémies, et dans cet article nous expliquons pourquoi.

À propos de la bactérie du botulisme : Clostridium botulinum

Le Clostridium botulinum est un microorganisme qui est catalogué parmi les bactéries anaérobies obligatoires, car en plus de ne pas avoir besoin d’oxygène pour effectuer ses processus métaboliques, son existence les tue. Cela signifie qu’ils sont obligés de vivre avec de faibles concentrations de gaz.

Le Clostridium botulinum a une forme de bâtonnet, et une autre caractéristique qui le distingue de nombreuses bactéries est sa capacité à générer des spores. Cette forme de subsistance lui permet de rester en dormance pendant de longues périodes et de devenir actif lorsque l’environnement est propice à sa croissance et à sa prolifération.

Le microorganisme a une résistance variable à l’oxygène. Cependant, plusieurs études soutiennent et s’accordent à dire qu’il ne se développe jamais dans des atmosphères contenant plus de 10 % de ce gaz.

Qu’est-ce qui le rend dangereux ?

La toxine botulique est une neurotoxine produite par ce microorganisme, qui agit sur la couche myoneurale du corps humain. Ainsi, elle empêche la trajectoire correcte de l’impulsion nerveuse. Son mécanisme d’action peut être appréhendé en trois phases différentes :

  1. La chaîne d’hydrogène de la toxine se lie à des récepteurs sur la membrane présynaptique du neurone. Cela signifie qu’elle concentre son action sur le système nerveux humain.
  2. La toxine pénètre dans le neurone par un mécanisme actif similaire à celui de l’endocytose. La cellule neuronale admet l’entrée en absorbant la molécule.
  3. À l’intérieur du neurone, la toxine interfère avec la libération d’acétylcholine. Parce qu’elle est insuffisante, la jonction nerf-muscle ne fait pas son travail de signalisation de la contraction des fibres en cas de besoin ou lorsqu’un ordre est envoyé par le cerveau.

En conclusion, la toxine botulique, en empêchant l’acétylcholine de quitter le neurone, rend impossible l’excitation des muscles. Le résultat final sera un manque de tonus et de contraction.

bactéries
La forme de la bactérie Clostridium botulinum est celle d’un bâton allongé.

Pour en savoir plus : Découvrez ces astuces faciles pour purifier l’air et vous débarrasser des bactéries

Types de botulisme

La toxine botulique sera alors la cause de la pathologie que nous connaissons sous le nom de botulisme. Il existe trois types de base et différents d’infection à Clostridium botulinum :

  • Par la nourriture : principalement par la mise en conserve, dans laquelle la bactérie se développe par manque d’oxygène, imprégnant la nourriture de la toxine.
  • Dans les plaies : par la production de la toxine dans les lésions contaminées de la peau.
  • Chez l’enfant : par l’ingestion de spores et la prolifération subséquente des bactéries dans l’intestin du nourrisson. Le groupe à risque le plus élevé est celui des enfants de moins de 2 ans, et c’est l’une des raisons pour lesquelles il est recommandé de ne pas incorporer d’aliments tels que le miel avant qu’ils ne soient plus âgés.

Symptômes du botulisme

Le botulisme s’exprime de différentes manières, mais ses symptômes ne passent généralement pas inaperçus. Il s’agit notamment des éléments suivants :

  • Faiblesse avec paralysie des deux côtés du corps
  • Crampes abdominales
  • Difficulté à parler et à avaler
  • Problèmes respiratoires
  • Nausées et vomissements
  • Baisse de la vigilance

Après tout, la toxine empêche le mouvement des muscles, avec toutes les défaillances systémiques que cela implique. Par conséquent, s’il n’est pas traité à temps, le pronostic du patient peut être fatal.

Diagnostic et traitement

Afin d’identifier la bactérie, des analyses du contenu gastrique et fécal du patient sont effectuées, et dans ces analyses la présence de la toxine botulique est recherchée. Une fois l’intoxication identifiée, le traitement primaire est basé sur une assistance respiratoire immédiate.

Une antitoxine est alors appliquée pour inverser les effets potentiellement mortels. Le patient est généralement intubé pendant une durée variable pour l’administration de liquides, dans les cas où la capacité à avaler n’est pas rapidement rétablie.

Le pronostic est positif tant que la maladie est identifiée rapidement et que le patient est maintenu en vie. La disponibilité de l’antitoxine et la traçabilité des cas qui peuvent se présenter parmi les connaissances, les membres de la famille, les amis ou les voisins qui ont consommé les mêmes aliments contaminés sont également essentielles.

conserves
Les conserves et les produits en boîte sont les principaux vecteurs de la toxine botulique lorsqu’ils ne sont pas correctement emballés.

Vous pourriez être intéressé par : Les maladies du système digestif les plus communes

Que faut-il retenir du botulisme ?

Connaître les mécanismes d’action de cette bactérie et les symptômes de la maladie est important, mais l’essentiel est de savoir comment la prévenir. Pour ce faire, divers protocoles de contrôle des aliments ont été établis pour les aliments en conserve.

Le fait de soumettre les aliments en conserve à une température de 121 °C pendant la durée établie devrait suffire à tuer les bactéries et les spores. La prévention du botulisme dépend, dans une large mesure, de la conformité de l’industrie alimentaire et des produits faits maison.

  • LEDERMANN, WALTER. “Historia del Clostridium botulinum.” Revista chilena de infectología 20 (2003): 39-41.
  • Flores Soto, M. E., and J. E. Segura-Torres. “Estructura y función de los receptores acetilcolina de tipo muscarínico y nicotínico.” Rev Mex Neuroci 6.4 (2005): 315-326.
  • Tornese, Mariela, et al. “Epidemiología y factores de riesgo asociados al botulismo de los alimentos y al botulismo infantil:¿ Dónde y cuándo?.” Revista chilena de infectología 25.1 (2008): 22-27.
  • do Nascimento, Maria Vanessa Sales, et al. “Botulismo Infantil Pela Ingestão do Mel: uma Revisão Literária.” International Journal of Nutrology 11.S 01 (2018): Trab218.
  • Pérez, H. Pérez, et al. “Botulismo y toxina botulínica.” Revista de Toxicología 20.1 (2003): 8-12.
  • Junco García, Raquel. Caso clínico de botulismo. BS thesis. Universidad Francisco de Vitoria, 2015.
  • García, M. Tejada, and C. Guindel Jiménez. “Tratamiento con antitoxina botulínica en dos casos de botulismo alimentario.” Farmacia Hospitalaria 34.n01 (2010).
  • Flores, Tania González, and Rafael Antonio Rojas Herrera. “Enfermedades transmitidas por alimentos y PCR: prevención y diagnóstico.” Salud pública de México 47 (2005): 388-390.