Qu’est-ce que le ganglion sentinelle ?

11 août 2020
Le ganglion sentinelle est un ganglion lymphatique très important dans le diagnostic, la stadification et le traitement des cancers, en particulier le cancer du sein. Son identification correcte permet d'éviter les opérations chirurgicales et les interventions sur le patient oncologique.

Les pathologies oncologiques entraînent, parmi d’autres nombreux problèmes, une utilisation excessive des procédures chez les patients. La technique du ganglion sentinelle permet d’éviter certaines étapes ainsi que les chirurgies qui seraient inutiles.

Le ganglion sentinelle se définit comme le premier ganglion vers lequel se dirigent les cellules cancéreuses lorsqu’elles se séparent de la tumeur primaire. Il ne s’agit pas d’une métastase au sens large du terme, mais le mécanisme est le même. A partir d’un point cancéreux dans un organe, les cellules malignes se déplacent vers un autre site et certaines atteignent un ganglion lymphatique voisin.

Dans le cas du cancer du sein, le ganglion sentinelle joue un rôle clé dans la stadification. Autrement dit, lorsque l’on considère l’étendue réelle de la tumeur dans le corps. Grâce à la biopsie du ganglion sentinelle, il est possible de prévoir l’évolution de la pathologie chez la personne.

Par ailleurs, les données du ganglion sentinelle aident à planifier la thérapie postérieure à la biopsie. En fonction de l’étendue du cancer, le choix sera fait de recourir à la chirurgie seule, à la chimiothérapie couplée à la radiothérapie ou à toute autre combinaison.

L’évolution grâce au ganglion sentinelle

La biopsie du ganglion sentinelle a constitué une avancée majeure en oncologie. En effet, rendez-vous compte qu’avant cette technique, une femme atteinte du cancer du sein subissait une intervention chirurgicale importante au cours de laquelle une partie de la chaîne lymphatique de l’aisselle, la plus proche de la tumeur, était retirée.

Il ne s’agit pas d’une intervention mineure. L’un de ses effets indésirables les plus communs est le lymphœdèmequi consiste en l’obstruction de la circulation de la lymphe. Dès lors, face à l’impossibilité de circuler, le liquide s’écoule dans les tissus mous, ce qui fait gonfler le membre supérieur dans ce cas.

L’opération chirurgicale visant à retirer toute la chaîne lymphatique avait deux objectifs : diagnostiquer l’étendue puis traiter une métastase déjà située à cet endroit. Malheureusement, le soucis avec cette technique était que, si le résultat de la biopsie ultérieure était négatif, toute l’intervention avait été vaine et la femme devait ensuite en supporter les effets adverses.

L’idée de réduire la taille de la chirurgie est d’améliorer la qualité de vie des patientes. En effet, l’opération est toujours nécessaire, mais l’incision est moindre et les ganglions ne sont retirés que si l’anatomie pathologique signale la présence de cellules malignes.

Le ganglion sentinelle dans le cas de cancer du sein.

Lisez également : Combattre l’inflammation des ganglions lymphatiques

Biopsie du ganglion sentinelle

La procédure de biopsie du ganglion sentinelle fait partie du protocole de certains cancers du sein. Des expériences ont été réalisées dans le cas de mélanomes, mais son utilité fait encore l’objet de discussions.

Comme nous l’avons expliqué auparavant, cette biopsie prélève un échantillon du premier ganglion vers lequel draine la tumeur primaire, dans le but de localiser les cellules malignes. Si le résultat est négatif, nous pouvons alors être certain que la tumeur est située et contenue dans l’organe.

Il s’agit d’une incision plus petite que celle qui est nécessaire à une chirurgie majeure pour extirper les chaînes lymphatiques. Mais elle n’est pas sans effets indésirables. Les plus fréquentes sont les saignements postérieurs de la plaie ainsi que l’infection du point de ponction. Néanmoins, le risque est très faible.

Découvrez davantage : Qu’est-ce qu’une biopsie liquide ?

Comment identifier le ganglion sentinelle ?

Un examen de détection du ganglion sentinelle dans le cadre du cancer du sein.

Pour procéder à la biopsie, il faut avant tout identifier le ganglion sentinelle. Pour cela, les équipes de santé utilisent des techniques qui mettent en évidence ce ganglion par rapport aux autres. De cette façon, le chirurgien travaille dans la bonne direction.

Un moyen d’identifier le ganglion sentinelle consiste en la radioactivité. Dans un premier temps, on place une solution avec un pouvoir de radiation dans les zones proches de la tumeur primaire. Cette solution migre ensuite vers le système lymphatique et rend radioactif le premier ganglion de la chaîne.

Il existe également la technique du colorant bleu. Au lieu d’une substance radioactive, l’injection comporte un colorant bleu qui effectue le même trajet de la tumeur primaire au premier ganglion voisin.

Le choix de la meilleure méthode dépend de l’équipe médicale. Les deux sont efficaces pour localiser le ganglion sentinelle et leurs effets adverses sont minimes. Effectivement, la substance radioactive est faible et ne génère pas de problèmes de radiation interne dans les cellules. D’autre part, le colorant bleu peut entraîner une coloration bleutée de l’urine pendant un certain temps.

Que signifient les résultats de la biopsie ?

Il y a deux voies à suivre après une biopsie du ganglion sentinelle. Si le résultat est négatif, cela signifie qu’aucune cellule maligne n’a été détectée et qu’aucune autre opération ne sera pratiquée. La situation du patient est alors stadifiée et le traitement adéquat, mis en place.

Face à un résultat positif, l’opération doit se poursuivre. Autrement dit, la présence de cellules cancéreuses ont été détectées dans les ganglions voisins et la tumeur s’est propagée.

Enfin, il est très important, comme nous le soulignons toujours, de réaliser les examens de façon précoce en ce qui concerne le cancer. Plus tôt l’intervention est effectuée, plus vite les résultats seront disponibles et meilleur sera le pronostic.

 

 

  • Jaimovich, León. « Micrometástasis en el ganglio centinela en melanoma maligno. » Arch. Argent. Dermatol 60 (2010): 133-138.
  • Colmenares, Josepmilly Peña, et al. « Detección ganglio centinela con azul patente cáncer de mama localmente avanzado después de quimioterapia neoadyuvante. » Revista Venezolana de Oncología 24.3 (2012): 217-225.
  • Álvarez, Nadia Jesús López, et al. « Biopsia ganglio centinela en cáncer de mama. » RECIMUNDO 3.4 (2019): 279-295.