Qu'est-ce que l'exercice physique oncologique ?

Les études qui ont été réalisées au fil des ans ont démontré les bénéfices de l'exercice physique sur la qualité de vie des patients atteints de cancer.
Qu'est-ce que l'exercice physique oncologique ?

Dernière mise à jour : 13 avril, 2021

L’exercice physique oncologique est cet exercice établi et contrôlé par un professionnel qui se réalise afin de réduire ou prévenir les effets secondaires des traitements contre le cancer. Il s’agit d’un plan d’entraînement individualisé qui, grâce à ses effets globaux sur l’organisme, améliore la santé, la qualité de vie et la survie des patients.

Ainsi, l’exercice physique oncologique présente quatre caractéristiques principales :

  • Il est développé et surveillé par un professionnel.
  • Il est individualisé en fonction des besoins de chaque patient.
  • Cet exercice s’adapte à chaque niveau.
  • Il s’appuie sur des évidences scientifiques.

Il existe beaucoup d’évidences qui suggèrent que l’exercice physique régulier réduit le risque de plusieurs formes de cancer. Entre autres, il réduit l’incidence du cancer du sein, du côlon, de la prostate et de l’endomètre. Plus concrètement, l’activité physique régulière de moyenne à haute intensité s’associe à un plus faible risque de développer un cancer (cela peut aller jusqu’à 24 %).

L’étude scientifique de l’exercice physique oncologique

C’est dans les années 80 et, après cela, dans les années 90, que l’on a commencé à prendre en compte les possibles effets bénéfiques de l’exercice physique dans le traitement contre le cancer. Au cours de ces années, les premières études sur l’effet de l’exercice physique sur la réduction de comorbidités oncologiques ainsi que sur le mauvais effet de l’inactivité ou sédentarisme ont été réalisées.

Un peu plus tard, au début des années 2000, des études se sont développées sur l’effet de l’exercice physique et la survie chez des patients atteints d’un type de cancer concret : le cancer du sein. Des études ont également été menées pour connaître l’effet de l’exercice physique oncologique sur les biomarqueurs qui affectent l’évolution du cancer ainsi que sur le microenvironnement tumoral chez des animaux et des patients atteints de cancer.

C’est au début du siècle qu’ont été publiés les premiers guides sur ce type d’exercice physiqueDe grandes révisions se sont développées pour déterminer le bénéfice de l’exercice physique sur la qualité de vie des patients atteints de cette maladie.

Exercice physique.

Quels sont les bénéfices de ce type d’exercice physique ?

Grâce à toutes les études qui ont été réalisées au fil des ans, on a pu confirmer, comme nous le commentions un peu plus tôt, le bénéfice physique sur la qualité de vie des patients qui souffrent de cancer. Ainsi, dans ces études, il a été démontré qu’avoir un plan spécifique d’exercice physique peut renforcer le système immunitaire, augmenter la survie et améliorer la fonction cardiaque.

D’autres bénéfices associés à cette pratique sont :

  • Amélioration significative de la qualité de vie.
  • Récupération d’un poids sain.
  • Diminution de la fatigue.

Exercice physique oncologique et cancer du sein

En se concentrant sur le cancer du sein, qui a été l’un des plus étudiés à ce sujet, on a pu noter que l’exercice régulier :

  • Améliore la capacité fonctionnelle.
  • Augmente la densité minérale.
  • Augmente le rang de mobilité de l’épaule.
  • Aide au soutien psychologique pendant le traitement.
  • Maintient les niveaux d’hémoglobine.

L’exercice pourrait également atténuer les symptômes et les effets indésirables de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Il réduirait ainsi la thrombocytopénie, la diarrhée, la douleur et les séjours à l’hôpital.

Sport et lutte contre le cancer du sein.

L’un des cancers les plus étudiés en lien avec le sport a été le cancer du sein.

Lisez aussi : Une avancée décisive dans le dépistage du cancer du sein

Mécanisme d’action de l’exercice sur le cancer

Les études sur les mécanismes à travers lesquels l’exercice pourrait agir sur ces patients sont rares. La majorité d’entre elles décrivent ses effets à travers des modifications dans la croissance tumorale. Il y parviendrait à travers plusieurs faits :

  • Modification de la vascularisation et de la perfusion sanguine.
  • En stimulant le système immunitaire.
  • En changeant le métabolisme de la tumeur.
  • Et en diminuant des substances internes : des facteurs de croissance d’insuline ou des marqueurs inflammatoires.

Conclusion

En définitive, il est important de réaliser un exercice physique au cours du traitement contre le cancer. Il convient néanmoins d’adapter son intensité aux besoins de chaque étape. Si l’on avait une vie active avant le développement de la maladie, ce sera beaucoup plus simple.

L’exercice aidera à maintenir l’indépendance physique et à améliorer la capacité cardiovasculaire ainsi que la qualité de vie des patients qui sont soumis à des traitements si agressifs. Souvenons-nous que cet exercice doit toujours être supervisé par une équipe professionnelle qui soit experte en la matière.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les 5 habitudes qui améliorent notre qualité de vie
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Les 5 habitudes qui améliorent notre qualité de vie

Pour optimiser notre qualité de vie, il suffit de mettre en pratique une série d'habitudes simples et quotidiennes que vous allons partager avec vo...



  • Azevedo, M. J., Viamonte, S., & Castro, A. (2013). Prescripción de ejercicio en pacientes de oncología: principios generales TT – Exercise prescription in oncology patients: general principles. Rehabilitación (Madr., Ed. Impr.).
  • Barrio, S. C., Molinuelo, J. S., De Durana, A. L. D., López, F. J. C., & Carballo, R. O. B. (2012). Cáncer de mama y ejercicio físico: Estudio piloto. Revista Andaluza de Medicina Del Deporte. https://doi.org/10.1016/S1888-7546(12)70021-7
  • Guil Bozal, R., Zayas García, A., Gil-Olarte Márquez, P., Guerrero Rodríguez, C., & Mestre Navas, J. M. (2017). Ejercicio físico y aspectos psicosociales y emocionales en mujeres con cáncer de mama. International Journal of Developmental and Educational Psychology. Revista INFAD de Psicología. https://doi.org/10.17060/ijodaep.2017.n1.v4.1061