Qu'est-ce que l'homophobie intériorisée ?

L'homophobie intériorisée regroupe les actes homophobes qui sont pratiqués entre les membres de la communauté LGTB+. Apprenez-en plus ici à ce sujet.
Qu'est-ce que l'homophobie intériorisée ?

Dernière mise à jour : 17 octobre, 2021

Le terme homophobie désigne le rejet de l’homosexualité. Ce rejet provoque des épisodes de discrimination et de violence. Bien que l’on parle beaucoup d’homophobie, l’homophobie intériorisée est rarement évoquée.

L’homophobie intériorisée est un concept utilisé depuis quelques années pour décrire les actes homophobes qui se produisent entre des personnes faisant partie de la communauté LGTB+. Bien que ces actes puissent être dirigés vers les autres, ils peuvent aussi être dirigés vers soi-même.

Les caractéristiques de l’homophobie intériorisée

Il est logique de trouver paradoxal le fait qu’il y ait des actes d’homophobie au sein de la communauté homosexuelle elle-même. Très souvent, il s’agit d’un problème que les personnes tentent de cacher.

Quoi qu’il en soit, l’homophobie intériorisée renvoie à tous ces actes conscients et inconscients qu’un membre de la communauté LGTB+ pratique envers lui-même ou envers les autres membres. Bien que chaque cas soit différent, la plupart des épisodes de ce type sont la conséquence de préjugés développés pendant l’enfance ou de l’adolescence.

Grosso modo, elle ne diffère pas de l’homophobie pratiquée par ceux qui ne font pas partie de la communauté LGTB+. Il peut s’agir d’actes discriminatoires liés à l’apparence ou même de situations de violence. Voici un exemple : un homosexuel en rejette un autre parce que, selon lui, il manque de virilité.

Il existe de nombreuses théories pour expliquer l’existence de ce comportement.  Pour la plupart, ce comportement est une manifestation de plus des préjugés, du rejet et de la stigmatisation de cette communauté au sein de la société : un homosexuel peut se développer en tant que membre rejeté de la communauté à cause des préjugés de son entourage.

Communauté LGTB.
La discrimination au sein de la communauté LGTB+ est une réalité souvent méconnue.


Les conséquences de l’homophobie intériorisée

Comme on peut s’y attendre, les conséquences de l’homophobie intériorisée ne passent pas inaperçues. Celles-ci affectent à la fois la personne en question et son entourage. Selon une étude publiée sur Journal of Counselling Psychology en 2009, l’homophobie intériorisée est un obstacle à l’épanouissement d’une relation entre gais, lesbiennes et bisexuels.

Par exemple, ceux qui développent cette attitude auront honte de montrer leur relation au public. À cet égard, des recherches publiées en 2016 sur European Psychiatry soulignent que cette attitude est un obstacle à une vie sexuelle de qualité. Ces personnes peuvent également souffrir de dépression.

Mais il y a plus. Une étude publiée sur International Journal for Equity in Health en 2017 a révélé que ceux qui manifestent des attitudes de ce type ont également tendance à cacher leur identité sexuelle et à développer une détresse psychologique. Tout ce qui précède représente un obstacle à l’heure de trouver un partenaire.



L’homophobie intériorisée peut-elle être mesurée ?

Des chercheurs ont conçu des échelles pour mesurer l’homophobie intériorisée. Voyons quelques exemples de la façon dont elle peut se manifester :

  • Interactions réduites avec le partenaire en public
  • Inclinaison pour des standards très masculins ou très féminins lors de la recherche d’un partenaire (afin que celui-ci ne se distingue pas du tout d’un hétérosexuel)
  • Déni des épisodes d’homophobie (les siens et ceux des autres)
  • Sentiments de honte envers son inclinaison sexuelle
  • Rejet de ceux qui sont plus ouverts sur leurs penchants sexuels ou romantiques
  • Relations secrètes

Tout acte d’intolérance ou de discrimination envers la communauté homosexuelle ou envers soi-même peut être qualifié d’homophobie intériorisée. Elle conduit souvent à des pratiques sexuelles à risque, à l’abus d’alcool et de drogues et même à des comportements violents.

Dépression due à l'homophobie intériorisée.
Cette discrimination peut conduire à l’anxiété et à la dépression, et donc entraîner de graves conséquences sur la santé.

Que faire pour l’éviter ?

L’homophobie intériorisée est un véritable problème qui touche ceux qui la pratiquent, leur entourage et la société en général. Étant donné que de nombreux cas se développent en raison d’expériences qui ont eu lieu pendant l’enfance et l’adolescence, la thérapie psychologique est une alternative efficace.

Il est également possible que la personne ait des doutes, des insécurités ou des peurs quant à son inclinaison sexuelle. Par conséquent, cela se manifestera vis-à-vis des autres membres de la communauté. Dans tous les cas, la thérapie peut être d’une grande aide pour surmonter tout cela.

Il convient également d’en parler avec des personnes de la communauté homosexuelle. Se renseigner sur leurs expériences est d’une grande aide. Il s’agit de savoir comment la stigmatisation de la société les a affectés, les affecte et ce qu’ils ont fait pour surmonter cela.

Voici encore d’autres conseils :

  • Évitez de faire des blagues sur l’homosexualité
  • Soyez respectueux envers tous les membres de la communauté
  • Éloignez-vous des jugements de valeur négatifs sur les homosexuels
  • Acceptez-vous tel que vous êtes
  • Comprenez le rôle de la communauté à travers l’histoire, à la fois la discrimination qu’elle a subie et tout ce qu’elle a fait pour gagner sa liberté
  • Condamnez tout acte d’homophobie

Il n’est pas nécessaire que vous vous sentiez pleinement identifié au collectif LGTB+. Le respecter, cependant, est le moins que vous puissiez faire.

Considérant qu’il faut parfois des années pour assimiler l’homosexualité, il faut parfois aussi du temps pour se débarrasser des préjugés. C’est un travail lent qui exige un engagement pour aller de l’avant.

Cela pourrait vous intéresser ...
Sapiosexualité : attirance pour l’intelligence
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Sapiosexualité : attirance pour l’intelligence

Avez-vous déjà entendu parler de la sapiosexualité ? Une tendance qui donne de l'importance à l'intelligence et aux connaissances de l'autre...



  • Campo Arias, A., Herazo, E., & Oviedo, L. Internalized homophobia in homosexual men: a qualitative study. Duazary. 2015; 12(2): 140-146.
  • Currie, M. R., Cunningham, E. G., & Findlay, B. M. The Short Internalized Homonegativity Scale: Examination of the factorial structure of a new measure of internalized homophobia. Educational and Psychological Measurement. 2004; 64(6): 1053-1067.
  • Frost DM, Meyer IH. Internalized Homophobia and Relationship Quality among Lesbians, Gay Men, and Bisexuals. J Couns Psychol. 2009 Jan;56(1):97-109.
  • Szymanski, D. M., & Chung, Y. B. The lesbian internalized homophobia scale: A rational/theoretical approach. Journal of homosexuality. 2001; 41(2): 37-52.
  • Wiszniewicz, A., & Wojtyna, E. Internalized homophobia, social pain, severity of depressive symptoms and quality of sexual life among homosexual young adults. European Psychiatry. 2016; 33(S1): s266-s266.
  • Xu W, Zheng L, Xu Y, Zheng Y. Internalized homophobia, mental health, sexual behaviors, and outness of gay/bisexual men from Southwest China. Int J Equity Health. 2017 Feb 17;16(1):36.