Qu’est-ce qu’une ecchymose ?

30 novembre 2019
L'ecchymose est une lésion qui se manifeste sur la peau comme s'il s'agissait d'un hématome. Elle est très importante en médecine légale et judiciaire. Dans cet article, nous vous expliquons comment elle se forme et quelles peuvent en être les causes.

L’ecchymose est l’une des lésions cutanées les plus basiques et élémentaires. Avec d’autres manifestations dermatologiques, elle constitue la base des présentations cliniques de nombreuses autres pathologies.

Nous pouvons dire que l’ecchymose est un dépôt de sang situé sous la peau. Par ailleurs, la peau qui se trouve au-dessus de ce dépôt ne présente pas de plaie ou de lésion apparente. Ce sang accumulé provient de la rupture des vaisseaux sanguins.

Lorsque le sang sort de ses vaisseaux, on parle d’extravasationL’ecchymose est donc la cause de cette extravasation qui se produit sous la peau intacte. Les vaisseaux sanguins se rompent sous la force d’un coup qui les ouvre, parce qu’une infection les détruit depuis l’intérieur ou parce que les muscles de cette zone se déchirent.

Bien que nous définissions l’ecchymose comme une lésion dermatologique, nous ne faisons pas seulement référence à la peau externe. En effet, cette lésion peut également se manifester sous une membrane muqueuse, comme par exemple, dans la région interne de la cavité buccale.

Les causes d’une ecchymose

Il existe plusieurs facteurs provoquant une ecchymose. Le résultat final est la rupture des vaisseaux et l’extravasation de sang dans l’espace sous-cutané. Voici les différentes causes :

  • Traumatismes : un coup porté à la peau qui ne s’ouvre pas, avec par exemple un objet non tranchant. Gardons à l’esprit que, pour parler d’ecchymose, il ne doit y avoir aucune plaie sur la peau superficielle
  • Pratique de sport : chez les sportifs, les ecchymoses sont courantes. Parfois, elles sont le résultat d’un traumatisme et, d’autres fois, la conséquence du surmenage de l’entraînement qui blesse les muscles
  • Manque de vitamine K : la vitamine K est une substance indispensable pour la coagulation correcte du sang. En cas de manque de cette vitamine dans l’organisme, les ecchymoses peuvent se former plus facilement
  • Infections : certains processus infectieux sont susceptibles d’affaiblir les vaisseaux sanguins et de les briser de l’intérieur, sans endommager la peau. Parfois, les ecchymoses sont un premier signe qu’une infection a commencé. Cela peut même se produire avant l’apparition de la fièvre
  • Troubles de la coagulation : de même que pour la carence en vitamine K, si une personne souffre de maladies liées à la coagulation, comme la pathologie Von Willebrand, elle sera plus sujette aux ecchymoses. Le trouble de la coagulation peut également être secondaire à une autre condition, comme le cancer
  • Recours aux anticoagulants : i existe des maladies qui requièrent des anticoagulants pour leur traitement. Leur usage a pour effet indésirable la formation d’ecchymoses spontanées ou de petits traumatismes qui, dans des conditions normales, ne brisent pas les vaisseaux sanguins
Le sang et l'ecchymose

Lisez également : Carence en vitamine K: les 4 symptômes majeurs

Quel est le processus de formation d’une ecchymose ?

L’ecchymose, telle que nous l’avons définie, est une accumulation de sang dans l’espace sous cutané sous une peau intacte. Le processus est auto-limitatif et, après un certain temps, le sang est réabsorbé par l’organisme.

Pendant la réabsorption, qui peut durer des semaines, la couleur de la peau affectée varie. Ces variations de coloration indiquent les différentes étapes du processus de résolution de l’ecchymose.

Le sang est rouge lorsqu’il est à l’intérieur des vaisseaux. Une fois qu’il en sort et se place dans l’espace sous cutané, il est absorbé par les cellules de défense, appelée macrophages. Au sein de ces macrophagesl’hémoglobine sanguine perd l’oxygène qu’elle transporte et sa couleur devient alors plus foncée.

En effet, le rouge foncé de l’hémoglobine sans oxygène est vu depuis l’extérieur du corps comme violet. C’est généralement la couleur typique qui nous sert à identifier l’ecchymose, ou les hématomes.

Au fil des jours, l’hémoglobine se transforme en pigments par sa décomposition. La couleur de l’ecchymose qui vient après le violet est le vert. Il s’agit de la cause de la transformation de l’hémoglobine en biliverdine.

Quelques jours plus tard, la biliverdine se transforme en bilirubine. A ce moment, la couleur de la peau vire du vert au jaune. Ensuite, la bilirubine devient l’hémosidérine, qui se reflète vers l’extérieur par une couleur marron pâle.

Enfin, la dernière étape de l’ecchymose est la réabsorption totale des résidus de sang. Encore une fois, ce sont les macrophages qui interviennent en digérant toute l’hémosidérine restante. A ce stade, la peau retrouve ainsi sa coloration habituelle.

Une ecchymose sur un bras

Découvrez également : Des aliments pour augmenter le taux d’hémoglobine

Classification des ecchymoses

Même s’il est commun d’utiliser les termes ecchymose, hématome, bleu et pétéchie comme s’ils étaient synonymes, en réalité ce n’est pas le cas. En dermatologie, chacune de ces formes de présentation possède ses propres caractéristiques.

Par conséquent, si nous faisons référence au sens strict, un hématome est une ecchymose qui soulève la peau du dessus. Autrement dit, si le niveau de la peau affectée est le même, nous ne pouvons pas parler d’hématome.

D’autre part, les pétéchies se reconnaissent davantage par rapport à la taille des ecchymoses. Les lésions allant jusqu’à deux millimètres seraient les pétéchies. Et nous devons parler d’ecchymose lorsqu’elles dépassent cette grandeur.

Finalement, au-delà de la nomenclature, rappelez-vous que l’ecchymose est généralement passagère et associée à des traumatismes. Si vous avez des bleus qui apparaissent sans pouvoir en identifier l’origine, il est préférable de consulter un professionnel afin d’établir un diagnostic.

 

  • Jiménez, José Carlos Jiménez, Silvia Tashira Chinchilla Alvarado, and Lachiner Saborío Morales. « Evaluación médico legal de las equimosis cutaneas. » Medicina Legal de Costa Rica 33.1 (2016): 35-43.
  • Bassas, P., R. Bartralot, and V. García-Patos. « Anticoagulación y antiagregación en dermatología. » Actas Dermo-Sifiliográficas 100.1 (2009): 7-16.
  • Valle, Lidia Ester. Dermatología general. Editorial Dunken, 2008.