Régime climatarien : en quoi consiste-t-il ?

Êtes-vous inquiet du changement climatique ? Le régime climatarien vise à minimiser l'impact de l'alimentation sur la planète. Nous vous expliquons comment vous pouvez l'appliquer.
Régime climatarien : en quoi consiste-t-il ?

Dernière mise à jour : 26 mai, 2022

Lorsque nous parlons de certains types de régimes, la première chose à laquelle nous devons penser est leur objectif. Par exemple, le régime climatarien fait partie de ces rares régimes qui privilégient « un tout » et non une seule personne. C’est-à-dire qu’il protège non seulement la santé, mais aussi la santé de la planète. Comment cela peut-il arriver ?

Ceux qui adoptent ce modèle alimentaire sont conscients que la nourriture qu’ils consomment n’augmente pas le réchauffement climatique. Leur production, leur traitement et leur transport ne nécessitent pas de grandes quantités de terre ou d’eau, ils n’émettent pas de gaz à effet de serre, ils n’acidifient pas les océans, entre autres effets.

En quoi consiste le régime climatarien ?

Le régime climatarien, également appelé “régime planétaire”, consiste à inclure dans un plan alimentaire les aliments qui minimisent ou évitent les effets néfastes du changement climatique. Ces effets deviennent de plus en plus apparents et comprennent les suivants :

  • Réchauffement global.
  • Propagation de la maladie.
  • Fonte des glaciers.
  • Augmentation des ravageurs.
  • Intensification des tempêtes.
  • Plus grandes vagues de chaleur.
  • Changement d’écosystème.

Étant donné que la proposition ne suppose pas le respect de recommandations strictes, il est facile de s’y conformer par rapport aux régimes restrictifs. Leur but est de manger des aliments qui ne contribuent pas aux dommages environnementaux.

La culture, la transformation et la commercialisation sont des aspects pris en compte. L’idée est d’éviter ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont un fort impact sur l’environnement. En ce sens, il évite également l’utilisation d’emballages non biodégradables ou ceux qui produisent des gaz à effet de serre.

Et c’est que, selon le Center for Disease Control and Prevention (CDC), la détérioration de l’environnement augmente les risques pour la santé publique.

Certaines maladies telles que les maladies respiratoires, cardiovasculaires, les risques pour la santé mentale, les coups de chaleur, entre autres, peuvent provenir d’événements météorologiques extrêmes et de changements climatiques.

Une étude d’experts a évalué 15 groupes d’aliments et a conclu que les aliments ayant le plus faible impact environnemental réduisent le risque de décès et certaines maladies chroniques.

De plus, les aliments associés à une meilleure santé, tels que les fruits, les grains entiers, les légumes, l’huile d’olive et les noix, ont de faibles impacts environnementaux. Dans le cas des sources de protéines animales, le poisson est suggéré au-dessus des viandes rouges et transformées.

En quoi consiste le régime climatique ?
Le régime climatarien suggère un apport d’aliments biologiques qui ne génèrent pas un grand impact sur l’environnement.

Alimentation saine à faible impact environnemental

Il faut préciser que le régime climatarien ne suit pas les mêmes principes qu’un régime végétalien. Surtout parce qu’il fait une sélection des légumes ayant le moins d’impact sur l’environnement et, en plus, il fait de la place aux aliments d’origine animale.

Ceux qui laissent une plus grande empreinte au détriment de l’environnement sont écartés. Les aliments nécessitant l’utilisation du transport aérien ou ceux emballés dans des plastiques ne font pas non plus partie de cette liste.

Légumineuses

Une particularité des haricots, pois, pois chiches, lentilles, entre autres, est qu’ils sont capables d’enrichir le sol en nutriments et d’améliorer sa structure. De plus, c’est une culture nécessitant peu d’eau pour sa croissance.

Pour cette raison, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) met en avant ces cultures comme des multiplicateurs des autres. Ils les recommandent aussi car, n’ayant pas besoin d’engrais de synthèse, ils réduisent les risques de pollution de l’eau et d’émission de gaz à effet de serre.

Quant à leurs effets sur la santé, ils font partie d’une alimentation saine. En 2021, un essai contrôlé a conclu que manger 150 grammes de légumineuses cuites par jour améliore la tension artérielle et la composition corporelle. De plus, les taux de lipides sanguins et les marqueurs d’inflammation diminuent également.

Céréales complètes

Les céréales complètes sont celles qui contiennent beaucoup de fibres alimentaires insolubles, puisqu’elles préservent le son. Comme les légumineuses, le riz brun, l’orge, l’avoine, le maïs, entre autres, ne sont pas très exigeants en eau pour pousser.

En les comparant à d’autres aliments, nous avons constaté que 1 calorie de grains entiers ne nécessite que 0,13 gallon d’eau pour sa croissance. Pendant ce temps, la viande a besoin de 2,7 gallons par calorie, les légumes de 0,35 gallon et les fruits de 0,55 gallon.

Cependant, la consommation de ces aliments diminue le risque de maladies chroniques. Une publication récente fait état d’une diminution de l’incidence des maladies cardiovasculaires, de différents types de cancer et de diabète de type 2 lorsqu’on mange plus de ces céréales.

Fruits secs

Le dioxyde de carbone (CO2) est un moteur majeur du changement climatique. La culture des noix est l’une de celles qui produit moins de dioxyde de carbone par rapport aux autres aliments protéinés.

Pour générer 100 grammes de protéines à partir de noix, un total de 0,26 kg de CO2 est émis. A titre de référence, 100 grammes de protéines de bœuf génèrent 49,89 kilos de CO2, la volaille produit 5,7 kilos de CO2 et les œufs 4,21 kilos.

Cependant, ces fruits ont besoin de beaucoup d’eau pour pousser. Il a été constaté qu’une amande nécessite 3,2 gallons d’eau pour sa croissance. Pour cette raison, tout en travaillant sur la réduction de votre consommation d’eau, il est recommandé de limiter votre consommation.

Les portions suivantes sont suggérées :

  • 1/4 tasse de noix, hachées ou entières
  • 1 tasse de lait de noix.
  • 2 cuillères à soupe de beurre de noix.

Un autre point en faveur des noix est leur valeur nutritionnelle et leurs bienfaits pour la santé. Une étude de 2020 a rapporté que les personnes qui mangent au moins 1/2 once de noix par jour ont un risque plus faible de maladie cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral.

Cuisine locale et de saison

Le régime climatique favorise les cultures locales et saisonnières pour réduire la transformation, l’emballage, le transport et la contamination des aliments.

À cet égard, le Département de l’agriculture des États-Unis (USDA) a constaté qu’entre 30 et 40 % des aliments produits dans le pays nord-américain sont jetés et pourrissent dans une décharge. Lors du processus de putréfaction, du méthane, l’un des gaz à effet de serre, est produit.

Lorsque les légumes locaux sont récoltés en saison, leurs vitamines et minéraux sont davantage préservés, car ils sont récoltés à maturité optimale pour la consommation et leur temps de transport est réduit.

Champignons

Les champignons se caractérisent par le fait qu’ils poussent parmi les déchets d’autres cultures, comme sur l’épi ou dans les coquilles de fruits secs. Cela réduit le gaspillage alimentaire dans les décharges.

Un exemple de champignons sont les champignons, qui nécessitent des quantités minimales de terre et d’eau pour favoriser leur croissance. Dans ce processus, ils libèrent de petites quantités de CO2.

Une étude a montré que la partie du champignon qui pousse sous terre est une alternative au plastique synthétique. Cela vous donne plus de polyvalence et des avantages supplémentaires.

On a également constaté que 3 onces de champignons augmentaient 8 à 12 % de potassium, 67 à 90 % de vitamine D et 12 à 18 % de vitamine B2. Il contribue à peine 1% du total des calories.

Les aliments à limiter

Les aliments ayant le plus grand impact sur l’environnement ne devraient pas faire partie du régime climatique. Ensuite, nous les détaillons.

Viande rouge

Le principal inconvénient de la viande rouge pour l’environnement est que la production animale produit 7,2 mégatonnes de CO2 par an, ce qui contribue à 41 % des émissions de gaz à effet de serre.

D’autre part, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a étudié le possible effet cancérigène de ces viandes, elle recommande donc de réduire leur consommation.

Huile de palme

La réduction de la consommation d’huile de palme peut empêcher la déforestation et la désintégration des habitats des espèces menacées. Beaucoup de terre est nécessaire pour sa culture.

De plus, il est très courant dans les aliments transformés. Par conséquent, en réduisant sa culture, la consommation de produits industrialisés diminuerait également.

Produits alimentaires ultra-transformés

Les aliments ultra-transformés se caractérisent par une grande quantité de sucre ajouté et d’huile de palme. De plus, une bonne partie est commercialisée dans des emballages plastiques non biodégradables.

Une étude de cette même année a fait une découverte intéressante ; pour 10 % de calories provenant d’aliments ultra-transformés, il y a un risque de décès accru de 15 %.

Sucre

Il est clair que la culture de la canne à sucre affecte l’écosystème. Elle nécessite l’utilisation de grandes quantités d’eau, contribue à la pollution de l’air, aux émissions de gaz à effet de serre et réduit la biodiversité.

Tout cela s’ajoute au fait qu’une consommation excessive de sucre peut entraîner l’obésité, les maladies cardiaques et le diabète de type II.

produits sucrés
Le sucre n’a pas sa place dans ce type de régime. Il devrait être évité dans aucune de ses présentations.

Comment est-il recommandé de cuisiner dans le régime climatarien ?

Nous savons déjà quels aliments inclure et lesquels ne pas inclure dans le régime climatique. Mais que fait-on d’eux ? La meilleure façon est de les manger crus dans le cas des légumes. Cela économise de l’énergie et n’émet pas de carbone.

Dans certains cas, comme les légumineuses et les grains entiers, il faut les cuire pour les ramollir. Pour cela, utilisez une cocotte-minute et réduisez la cuisson, car le four est l’équipement de cuisine qui consomme le plus d’énergie.

Lorsque vous faites le régime climatarien, rappelez-vous de ne pas jeter de nourriture et de tirer le meilleur parti des restes de nourriture. Ces déchets produisent 10 % de tous les gaz à effet de serre.

Dans les deux cas, assurez-vous de demander conseil à un professionnel de la nutrition. Puisqu’il est nécessaire d’éviter certains aliments, il est préférable d’obtenir un plan conçu par un expert pour prévenir d’éventuelles carences nutritionnelles.



  • Centro para el Control y Prevención de Enfermedades (CDC). Climate Effects on Health. Clima y salud. Disponible en: https://www.cdc.gov/climateandhealth/effects/default.htm
  • Clark, M. A., Springmann, M., Hill, J., & Tilman, D. (2019). Multiple health and environmental impacts of foods. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America116(46), 23357–23362. https://doi.org/10.1073/pnas.1906908116
  • Pan, A., Sun, Q., Bernstein, A. M., Schulze, M. B., Manson, J. E., Stampfer, M. J., Willett, W. C., & Hu, F. B. (2012). Red meat consumption and mortality: results from 2 prospective cohort studies. Archives of internal medicine172(7), 555–563. https://doi.org/10.1001/archinternmed.2011.2287
  • Food and Agriculture Organization of the United Nations.  2016. International year of pulses. Disponible en: https://www.fao.org/pulses-2016/news/news-detail/en/c/462420/
  • Helena Ferreira , Marta Vasconcelos, Ana M Gil, Elisabete Pinto . Benefits of pulse consumption on metabolism and health: A systematic review of randomized controlled trials. Crit Rev Food Sci Nutr. 2021;61(1):85-96. doi: 10.1080/10408398.2020.1716680.
  • Chris J. Seal,Christophe M. Courtin,Koen Venema,Jan de Vries. Health benefits of whole grain: effects on dietary carbohydrate quality, the gut microbiome, and consequences of processing. COMPREHENSIVE REVIEWS IN FOOD SCIENCE AND FOOD SAFETY. Volume20, Issue3,May 2021, Pages 2742-2768. Disponible en: https://ift.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1541-4337.12728
  • POORE and T. NEMECEK . Reducing food’s environmental impacts through producers and consumers. SCIENCE, 1 Jun 2018, Vol 360, Issue 6392, pp. 987-992, DOI: 10.1126/science.aaq0216.
  • JulianFulton, MichaelNorton, FraserShilling.Water-indexed benefits and impacts of California almonds. Ecological Indicators, Volume 96, Part 1, January 2019, Pages 711-717. Disponible en: https://doi.org/10.1016/j.ecolind.2017.12.063
  • Liu, X., Guasch-Ferré, M., Drouin-Chartier, J. P., Tobias, D. K., Bhupathiraju, S. N., Rexrode, K. M., Willett, W. C., Sun, Q., & Li, Y. (2020). Changes in Nut Consumption and Subsequent Cardiovascular Disease Risk Among US Men and Women: 3 Large Prospective Cohort Studies. Journal of the American Heart Association9(7), e013877. https://doi.org/10.1161/JAHA.119.013877
  • U.S. DEPARTMENT OF AGRICULTURE. USDA. Why should we care about food waste? Disponible en: https://www.usda.gov/foodlossandwaste/why
  • Haneef, M., Ceseracciu, L., Canale, C., Bayer, I. S., Heredia-Guerrero, J. A., & Athanassiou, A. (2017). Advanced Materials From Fungal Mycelium: Fabrication and Tuning of Physical Properties. Scientific reports7, 41292. https://doi.org/10.1038/srep41292
  • Agarwal, S., & Fulgoni Iii, V. L. (2021). Nutritional impact of adding a serving of mushrooms to USDA Food Patterns – a dietary modeling analysis. Food & nutrition research65, 10.29219/fnr.v65.5618. https://doi.org/10.29219/fnr.v65.5618
  • Food and Agriculture Organization of the United Nations. FAO. Hechos y hallazgos clave. Disponible en: https://www.fao.org/news/story/en/item/197623/icode/
  • World Health Organization. WHO. Cancer: Carcinogenicity of the consumption of red meat and processed meat. 2015. Disponible en: https://www.who.int/news-room/questions-and-answers/item/cancer-carcinogenicity-of-the-consumption-of-red-meat-and-processed-meat
  • Suksatan W, Moradi S, Naeini F, Bagheri R, Mohammadi H, Talebi S, Mehrabani S, Hojjati Kermani Ma, Suzuki K. Ultra-Processed Food Consumption and Adult Mortality Risk: A Systematic Review and Dose–Response Meta-Analysis of 207,291 Participants. Nutrients. 2022; 14(1):174. https://doi.org/10.3390/nu14010174
  • DanielEl Chami, AndréDaccache, MarounEl Moujabber. What are the impacts of sugarcane production on ecosystem services and human well-being? A review. Annals of Agricultural Sciences, Volume 65, Issue 2, December 2020, Pages 188-199. https://doi.org/10.1016/j.aoas.2020.10.001