S'hydrater : la clé pour vivre plus longtemps ?

Ce n'est un secret pour personne que l'hydratation joue un rôle important dans la santé. Mais serait-ce la clé pour vivre plus longtemps ? Voici ce qu'en dit une nouvelle étude.
S'hydrater : la clé pour vivre plus longtemps ?

Dernière mise à jour : 13 janvier, 2023

En matière de santé, l’une des principales recommandations est de s’hydrater et rester hydraté. Le corps, étant composé d’environ 60% d’eau, a besoin d’une hydratation optimale pour remplir correctement une grande partie de ses fonctions. L’hydratation est liée à une meilleure qualité de vie et à la longévité.

Cela a été déterminé par une étude récente publiée dans la revue eBioMedicine, dans laquelle il a été rapporté que boire suffisamment d’eau diminue le risque de maladies chroniques, de vieillissement prématuré et de décès prématuré. Avec la participation de 11 255 personnes, cette recherche a réaffirmé l’importance de l’hydratation.

“Une hydratation optimale peut ralentir le processus de vieillissement chez l’homme”

C’est l’hypothèse qu’une enquête menée par les National Institutes of Health (NIH) a tenté de prouver, publiée le 2 janvier 2023 via eBioMedicine, de The Lancet. Les auteurs ont analysé les données de santé de 11 255 adultes suivis pendant 30 ans.

En particulier, les experts suggèrent que les avantages de l’hydratation pour la santé et la longévité sont liés au rôle que joue l’eau dans le contrôle des niveaux de sodium sérique. Ce dernier augmente dans l’organisme lorsque l’apport hydrique diminue.

Les scientifiques ont observé qu’étant à une concentration supérieure à la normale, le sodium augmente les risques de développer des maladies chroniques et des signes de vieillissement prématuré. De plus, il favorise également la mort à un plus jeune âge.



[/atomik -lu-aussi ]

Les données de l’étude

Chez un adulte en bonne santé, les niveaux normaux de sodium sérique varient de 135 à 145 milliéquivalents par litre (mEq/L) ou millimoles par litre (mmol/L). Dans l’étude, la plupart des participants se situaient dans cette fourchette.

Même ainsi, les chercheurs ont découvert que les personnes dont le taux de sodium sérique était supérieur à 144 mmol/L avaient un risque 21 % plus élevé de mourir plus jeune et 50 % plus susceptibles de connaître un vieillissement prématuré, par rapport à celles dont le taux se situait entre 137 et 142 mEq/L.

De plus, ceux dont les taux sériques de sodium étaient supérieurs à 142 mEq/L présentaient un risque de 10 à 15 % d’être biologiquement plus âgés que leur âge chronologique. Pour cela, plusieurs marqueurs ont été pris en compte, tels que la santé métabolique et cardiovasculaire, la fonction pulmonaire et l’inflammation.

Ainsi, les adultes ayant des niveaux de sodium sérique supérieurs à 142 mEq/L auraient également un risque accru de 64 % de développer des maladies chroniques, telles que :

  • Diabète
  • Démence
  • Insuffisance cardiaque
  • Maladie artérielle périphérique
  • Accident cérébrovasculaire
  • Maladie pulmonaire chronique

En relation avec ces résultats, Natalia Dmitrieva, auteur de l’étude et chercheuse au Laboratoire de médecine régénérative cardiovasculaire de l’Université nationale du cœur, des poumons et du sang (NHLBI), qui fait partie du NIH, a exprimé ce qui suit dans un communiqué de presse :

Les résultats suggèrent qu’une hydratation adéquate peut retarder le vieillissement et prolonger une vie sans maladie. Les personnes dont le sodium sérique est de 142 mEq/L ou plus bénéficieraient d’une évaluation de leur apport hydrique.

~ Natalia Dmitrieva ~
Sodium du sel
Le sodium, présent dans le sel de table par exemple, est impliqué dans plusieurs processus pathologiques.

S’hydrater pour vivre plus longtemps : Les limites de la recherche

Il est vrai que rester hydraté est essentiel pour prendre soin de sa santé et assurer un fonctionnement optimal des principaux systèmes de l’organisme. Et bien que cela ait déjà été prouvé dans des études antérieures, les résultats de cette récente recherche ne prouvent pas un lien de cause à effet.

En d’autres termes, l’étude en tant que telle ne montre pas qu’une hydratation optimale prévient le développement de maladies chroniques ou augmente la longévité. Cela ne reste qu’une hypothèse.

L’une des principales limites est qu’il n’y avait aucun contrôle sur les liquides que les participants buvaient ou sur leur état d’hydratation à des moments autres que la mesure du sodium sérique.

Les chercheurs ont déterminé que d’autres études d’intervention sont nécessaires pour confirmer le lien entre l’hydratation et le vieillissement.

es constatations ne doivent donc pas être prises à la légère et la prudence doit être maintenue en ce qui concerne la consommation d’eau et l’hydratation. Il ne faut pas oublier qu’un apport hydrique excessif entraîne également des conséquences négatives, telles que le développement d’une hyponatrémie.

S’hydrater est la clé du bien-être

La relation entre l’état d’hydratation optimal et le contrôle des niveaux de sodium sérique nécessite une enquête plus approfondie. Dans tous les cas, la vérité est que la consommation d’eau et de boissons saines intervient dans différents marqueurs de santé.

Comme compilé par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), l’eau est impliquée dans diverses fonctions :

  • Lubrification des articulations
  • Régulation corporelle de la température
  • Protection de la moelle épinière et des autres tissus sensibles
  • Élimination des déchets par la miction, la transpiration et les selles

De même, elle est essentielle à la santé cardiovasculaire, à l’équilibre hormonal, au transport des vitamines et des minéraux, entre autres processus corporels pertinents. La déshydratation augmente le risque de maladies chroniques et est liée aux complications de maladies préexistantes.

Combien d’eau faut-il boire par jour ?

À ce jour, la quantité optimale d’eau qu’une personne devrait ingérer est débattue. Pendant longtemps, il a été établi que l’apport de 8 verres d’eau par jour, tous les jours, était suffisant pour assurer l’hydratation de l’organisme. Cependant, cette mesure a changé au fil des ans.

Ces entités telles que l’Académie nationale de médecine suggèrent un apport d’environ 2,7 litres de liquides pour les femmes et de 3,7 litres pour les hommes. Cette recommandation va de la consommation d’eau aux liquides obtenus à partir de légumes, de fruits, de soupes, de thés, entre autres boissons saines.

Par ailleurs, il faut considérer que la quantité adéquate de liquides n’est pas la même pour tout le monde. Cela peut varier selon l’âge, le sexe, l’état de grossesse ou d’allaitement, la composition corporelle, le niveau d’activité physique et le mode de vie. Il faut également tenir compte du climat ou de la température de l’environnement.

Buvez de l'eau pendant l'exercice.
Les besoins quotidiens en eau changent également lorsque notre activité change. Par exemple, quand nous faisons du sport.



[/atomik -lu-aussi ]

Rester hydraté améliore la qualité de vie

Pour l’instant, plusieurs hypothèses suggèrent que rester hydraté peut avoir un impact sur la prévention du vieillissement prématuré, la réduction de la mortalité et la prévention des maladies chroniques. La dernière étude suggère que cela est dû au fait qu’il peut aider à réguler les niveaux de sodium sérique, dont les niveaux élevés sont liés à une mauvaise santé.

Et bien que davantage de preuves soient nécessaires pour corroborer cette relation, ce qui est clair, c’est que l’apport quotidien en liquide est essentiel pour prendre soin de la santé en général. Certains symptômes, comme une sensation constante de soif, de fatigue, des urines trop jaunes et odorantes, des lèvres sèches et craquelées, peuvent signaler un état de déshydratation.

Si c’est le cas, il convient d’augmenter la consommation de liquides, mais sans dépasser la quantité recommandée. À l’autre extrême, la surhydratation entraîne une baisse importante de la concentration de sodium dans le sang, ce qui est également potentiellement dangereux.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 conséquences qu’il y a à boire peu d’eau
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
10 conséquences qu’il y a à boire peu d’eau

Boire peu d'eau peut causer des dysfonctionnements métaboliques et causer des problèmes de santé. Il est conseillé de boire 6 à 8 verres par jour.



  • Brinkman JE, Dorius B, Sharma S. Physiology, Body Fluids. [Updated 2022 May 8]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK482447/
  • Manz F, Wentz A. The importance of good hydration for the prevention of chronic diseases. Nutr Rev. 2005 Jun;63(6 Pt 2):S2-5. doi: 10.1111/j.1753-4887.2005.tb00150.x. PMID: 16028566.
  • Nakamura Y, Watanabe H, Tanaka A, Yasui M, Nishihira J, Murayama N. Effect of Increased Daily Water Intake and Hydration on Health in Japanese Adults. Nutrients. 2020 Apr 23;12(4):1191. doi: 10.3390/nu12041191. PMID: 32340375; PMCID: PMC7231288.
  • Popkin BM, D’Anci KE, Rosenberg IH. Water, hydration, and health. Nutr Rev. 2010 Aug;68(8):439-58. doi: 10.1111/j.1753-4887.2010.00304.x. PMID: 20646222; PMCID: PMC2908954.
  • Stookey, J. D., & Kavouras, S. A. (2020). Water Researchers Do Not Have a Strategic Plan for Gathering Evidence to Inform Water Intake Recommendations to Prevent Chronic Disease. In Nutrients (Vol. 12, Issue 11, p. 3359). MDPI AG. https://doi.org/10.3390/nu12113359
  • The National Academy of Sciences. Dietary References Intakes for Water, Potassium, Sodium, Chloride, and Sulfate. Available in https://www.nationalacademies.org/news/2004/02/report-sets-dietary-intake-levels-for-water-salt-and-potassium-to-maintain-health-and-reduce-chronic-disease-risk
  • Zhou HL, Wei MH, Cui Y, Di DS, Song WJ, Zhang RY, Liu JA, Wang Q. Association Between Water Intake and Mortality Risk-Evidence From a National Prospective Study. Front Nutr. 2022 Apr 12;9:822119. doi: 10.3389/fnut.2022.822119. PMID: 35495952; PMCID: PMC9039539.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.