Grossesse : que signifient les saignements vaginaux ?

14 janvier 2019
Au cours de la grossesse, de nombreuses complications peuvent se présenter. Les saignements vaginaux sont, sans aucun doute, la plus grande source de préoccupation pour la future mère. Il est alors bon de rester attentive et de savoir ce que peuvent signifier ces saignements.

Les saignements vaginaux pendant la grossesse se produisent plus fréquemment qu’on ne le croit. 50 % des femmes enceintes sont concernées par les saignements vaginaux.

Ces saignements ne constituent pas nécessairement le signal d’alerte d’une anomalie. Néanmoins, c’est un signe auquel il faut prêter attention : ne l’ignorez pas.

Selon le mois de grossesse, le saignement peut constituer un signal d’alerte, auquel cas il faudra réagir vite. La quantité de sang et d’autres facteurs de risque tels que l’âge sont des paramètres à prendre en compte.

Dans certains cas, seulement quelques gouttes de sang coulent sans déborder de la culotte. Dans d’autres cas, le saignement peut être plus important et alors correspondre à un flux de sang abondant et intense.

Savoir ce que peuvent signifier les saignements vaginaux vous aidera à mieux gérer chaque situation et à savoir comment réagir. Dans tous les cas, l’idéal est toujours de consulter immédiatement son médecin.

Saignements vaginaux pendant la grossesse : que signifient-ils ?

avoir des saignements vaginaux pendant la grossesse

En fonction du trimestre de la grossesse, les saignements vaginaux peuvent avoir différentes significations.

Premier trimestre de grossesse 

Généralement, les saignements qui surviennent au cours du premier trimestre sont dus à l’implantation de l’embryon dans l’utérus. Au moment de la conception, l’ovule fécondé atteint l’utérus, ce qui peut alors provoquer l’écoulement de quelques gouttes de sang.

Ces saignements peuvent durer plus de deux jours et, généralement, surviennent les jours où, en temps normal, la femme aurait eu ses règles.

Les saignements peuvent aussi être dus aux changements hormonaux propres à la grossesse. D’autres symptômes peuvent alors faire leur apparition, tels que des coliques, un gonflement abdominal et des désagréments dans la zone du pelvis.

Les rapports sexuels pendant la grossesse constituent un autre facteur pouvant expliquer l’apparition de saignements vaginaux. Et c’est même le facteur le plus fréquent. Généralement, les rapports sexuels ne provoquent pas de lésions : les saignements sont liés à l’augmentation de la circulation sanguine dans la zone génitale.

Lisez aussi : 8 astuces pour mieux dormir pendant la grossesse

Deuxième et troisième trimestres de la grossesse

Au cours du deuxième et du troisième trimestres de la grossesse, les saignements peuvent être liés à des problèmes au niveau du col de l’utérus.

S’il y a rupture utérine provoquée par une déchirure du col, il faut absolument se rendre à l’hôpital.

Mais ce n’est pas le seul facteur, les fibromes utérins, des petites boules de tissus musculaires, peuvent aussi provoquer des saignements vaginaux. Ces fibromes peuvent se trouver aussi bien à l’intérieur comme à l’extérieur de la paroi de l’utérus. Dans certains cas, il n’interfèrent pas avec la grossesse.

Nous pouvons aussi nous trouver face à un cas de grossesse ectopique ou grossesse extra-utérine. On parle de grossesse extra-utérine lorsque l’ovule s’implante en dehors de l’utérus, généralement dans la trompe de Fallope. Lorsque c’est le cas, la femme ressent de fortes douleurs dans la zone abdominale et a des nausées. C’est une affection qu’il faut traiter en urgence.

Le placenta praevia ou le décollement placentaire sont d’autres facteurs pouvant être à l’origine des saignements vaginaux. Cette anomalie provoque des saignements non douloureux. Dans certains cas, la femme enceinte se voit imposer un repos absolu.

Les infections vaginales et les accouchements précoces (avant la 37ème semaine) sont d’autres facteurs fréquents.

Saignements vaginaux pendant la grossesse : comment les traiter ?

saignements vaginaux lors de la grossesse

En cas de saignements vaginaux, il est primordial de consulter un médecin le plus rapidement possible. Néanmoins, comme vu précédemment, les saignements vaginaux ne constituent pas toujours le signal d’alerte d’une maladie. Tentez alors de garder votre calme.

Évitez d’utiliser des tampons pour stopper le saignement. Si le flux est abondant, présente des caillots et est accompagné de douleurs abdominales et de douleurs dans le dos, une série d’examens sera réalisée pour déterminer la cause exacte.

Ces examens sont les suivants : révision physique, ultrason ou échographie, analyses de sang, entre autres. Le trimestre de grossesse influe sur le type d’examens.

Dans la plupart des cas, il n’y a pas de traitement ; la femme enceinte doit se reposer, une action vitale lors de ce type de crises. Le traitement varie, bien évidemment, en fonction du diagnostic établi par le spécialiste.

Le traitement peut inclure un médicament oral ou à application topique. C’est notamment le cas lorsque nous sommes face à une infection vaginale (candidose, chlamydia, herpes…).

Lisez aussi : Comment lutter contre la fatigue pendant la grossesse

Si vous observez des saignements, n’hésitez pas à consulter un médecin. Même si votre cas vous semble sans gravité, il faut vous en assurer.

Votre médecin est la personne la plus indiquée pour cela. Seul lui peut évaluer la situation et vous offrir les meilleures alternatives possibles, selon le cas.