Symptômes et traitement de la cervicalgie

La cervicalgie apparaît parfois simplement en raison d'une mauvaise posture ou du vieillissement. D'autres fois, il s'agit de lésions ou de certaines maladies de la colonne vertébrale. Si la douleur cervicale persiste plus d'une semaine, il est conseillé de consulter un médecin.
Symptômes et traitement de la cervicalgie

Dernière mise à jour : 04 février, 2021

La cervicalgie est une douleur qui survient dans la région du cou et des zones de la nuque. Dans la plupart des pays du monde, elle vient en deuxième position dans la liste des douleurs associées à la colonne, après les maux de dos au niveau des lombaires.

La zone cervicale est la région la plus mobile de toute la colonne vertébrale. C’est également l’une des plus souples. Cela rend alors cette zone plus exposée à l’usure, aux lésions ou au surmenage. Ce sont notamment des facteurs à l’origine de la cervicalgie.

Dans la plupart des cas, la cervicalgie n’est pas une pathologie grave. Elle réagit généralement parfaitement aux traitements conventionnels et ne cause pas de séquelles. Il est effectivement rare que les symptômes s’aggravent et soient associés à un problème de santé plus sérieux.

Qu’est-ce que la cervicalgie ?

La cervicalgie est ce que l’on appelle plus communément le “mal de cou”. Parfois, elle correspond à une douleur localisée uniquement dans le cou. Mais, souvent elle s’étend à la tête, aux épaules ou aux bras. Elle peut provoquer des douleurs dans la nuque, des fourmillements ainsi qu’un engourdissement des doigts de la main. Voire même des vertiges et des nausées.

D’autre part, cette douleur peut varier en intensité, allant d’une gêne légère à une sensation invalidante. La cervicalgie est plus fréquente chez les personnes de plus de 40 ans et touche jusqu’à 50 % des personnes de plus de 60 ans.

Concrètement, nous distinguons deux types de cervicalgie :

  • Aiguë. Plus connue comme le torticolis. Elle se caractérise par son apparition soudaine et est le résultat d’une contracture musculaire. Les symptômes disparaissent à court terme.
  • Chronique. Lors d’une cervicalgie chronique, la douleur persiste sur plusieurs semaines. On estime que 10 % de la population adulte en souffre.
Une femme qui a mal au cou.

“La cervicalgie désigne la douleur ressentie dans le cou. Sa forme la plus commune est celle que nous connaissons comme le torticolis.”

Causes de la cervicalgie

Le plus souvent, la cervicalgie survient à cause d’une surcharge musculaire ou d’une lésion nerveuse. Ces deux facteurs peuvent, à leur tour, avoir plusieurs causes. Quelles sont-elles ?

  • Origine musculaire. Elle se produit en cas de surcharge, d’efforts continus, de fatigue ou de contracture des muscles cervicaux. Les traumatismes entraînent également des douleurs cervicales d’origine musculaire. Si la cause perdure, il est possible que les disques intervertébraux s’abîment, ainsi que les vertèbres ou les nerfs.
  • Cause d’origine nerveuse. Elle survient suite à une lésion des vertèbres intervertébrales qui donne lieu à un pincement du nerf. Les traumatismes, les maladies rhumatismales ou le vieillissement y contribuent. Ils peuvent également entraîner le développement d’une hernie discale.

Par ailleurs, certaines maladies peuvent aussi déclencher une cervicalgie. Les plus fréquentes sont : pathologies du disque intervertébral cervical, sténose cervicale, arthrose et traumatismes. Et plus précisément le “cou du lapin”.

Symptômes

Bien évidemment, le principal symptôme de la cervicalgie est la douleur dans le cou. La nuque est généralement raide et l’on éprouve une gêne lors des mouvements. Toutefois, d’autres symptômes peuvent également apparaître :

  • Mal de tête
  • Sensation de fatigue ou de faiblesse
  • Nausées et vomissements
  • Fièvre
  • Troubles visuels
  • Etourdissement
  • Bourdonnements dans les oreilles
  • Fourmillement dans les épaules et les mains

Si la douleur est très intense, qu’elle survient après un coup ou s’accompagne de fièvre ou de vertige, il est fortement conseillé de consulter rapidement un médecin. Il réalisera un examen oculaire et manuel afin d’évaluer la mobilité de la colonne cervicale et le fonctionnement des muscles et des articulations.

En général, il demande également d’effectuer une radiographie ainsi qu’une analyse de sang. Dans certains cas, il est nécessaire de pratiquer un scanner ou une IRM. De plus, une ponction lombaire peut parfois être exigée en cas de soupçon de méningite.

Une femme qui travaille et souffre d'une cervicalgie.

“Le symptôme caractéristique de la cervicalgie est la douleur au niveau du cou. Certaines gênes peuvent également se manifester, comme les maux de tête, les nausées et vomissements, la fièvre, les vertiges, etc.”

Traitement

Pour traiter la cervicalgie, on utilise en principe un traitement conservateur de physiothérapie. Ce dernier améliore la mobilité cervicale et génère une relaxation. Normalement, cela comprend des massages du cou, ainsi qu’une application de chaleur dans la région affectée. Des douches à pression sont conseillées sur la nuque et les épaules, au réveil.

De plus, le physiothérapeute indique souvent un ensemble d’exercices et de recommandations spécifiques sur l’hygiène posturale. Dans certains cas, des médicaments légers tels que des anti-inflammatoires, des analgésiques ou des relaxants musculaires sont utilisés pour soulager les douleurs.

Enfin, les cas les plus graves nécessitent une intervention chirurgicale pour traiter la douleur. Parfois, l’objectif est de stabiliser la colonne vertébrale lorsque l’origine de la douleur est un traumatisme. D’autres fois, le but sera de réduire la pression sur la moelle épinière ou les racines nerveuses.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment prévenir le syndrome de la nuque brisée ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Comment prévenir le syndrome de la nuque brisée ?

Le syndrome de la nuque brisée se caractérise par des douleurs cervicales et semble lié à l'utilisation intensive d'un smartphone.



  • Martín, Y. P., Pulido, B. D., & Pérez, G. L. (2002). Efectividad del tratamiento fisioterápico en pacientes con cervicalgia mecánica. Fisioterapia, 24(3), 165-174.
  • Hurwitz EL, Carragee EJ, van der Velde G, et al. Treatment of Neck Pain: Noninvasive Interventions: Results of the Bone and Joint Decade 2000–2010 Task Force on Neck Pain and Its Associated Disorders. Eur Spine J. 2008;17(Suppl 1):123–152. doi:10.1007/s00586-008-0631-z
  • Binder AI. Neck pain. BMJ Clin Evid. 2008;2008:1103. Published 2008 Aug 4.
  • InformedHealth.org [Internet]. Cologne, Germany: Institute for Quality and Efficiency in Health Care (IQWiG); 2006-. What can you do about non-specific neck pain? 2015 Dec 2 [Updated 2019 Feb 14]. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK338118/
  • Cohen, S. P. (2015). Epidemiology, diagnosis, and treatment of neck pain. In Mayo Clinic Proceedings (Vol. 90, pp. 284–299). Elsevier Ltd. https://doi.org/10.1016/j.mayocp.2014.09.008