Les symptômes et les traitements de l’hypothyroïdie

· 13 février 2014

L’hypothyroïdie est provoquée par des niveaux très bas d’hormones thyroïdiennes (T3 et T4) dans le sang, à cause d’un dysfonctionnement de la glande thyroïde. Ces hormones sont pourtant fondamentales pour un correct fonctionnement du métabolisme : si leur niveau est bas, de nombreuses fonctions de l’organisme sont alors affectées, et cette altération se manifeste sous la forme de symptômes très spécifiques. Nous vous présentons donc dans cet article ces différents symptômes ainsi que les possibles traitements de l’hypothyroïdie.

Les différentes types d’hypothyroïdie

Il existe plusieurs causes d’hypothyroïdie, mais la plus commune et connue est la thyroïdite de Hashimoto. Il s’agit d’une maladie auto-immune où notre propre organisme attaque la thyroïde, diminuant ainsi ses fonctions progressivement. Elle est plus fréquente chez les femmes, surtout à partir de 40 ans.

Autre cause possible : certains patients souffrant d’hyperthyoïdie subissent une opération consistant à enlever toute ou une partie de la glande, ce qui provoquera une hypothyroïdie. Cela peut également être le cas de patiens traités pendant longtemps avec des médicaments anti-thyroïdiens.

Une autre cause beaucoup moins fréquente est l’hypothyroïdie congénitale, qui apparaît chez les nouveaux-nés et qui peut être très grave si elle n’est pas traitée. Néanmoins, aujourd’hui, nous sommes capables de réaliser une analyse des hormones thyroïdiennes chez tous les nouveaux-nés, afin de diagnostiquer cette maladie et la traiter immédiatement.

Le diagnostic consiste à réaliser une analyse clinique des hormones thyroïdiennes, dont les niveaux trouvés seront bas. Les niveaux de TSH, l’hormone qui stimule la thyroïde pour que celle-ci sécrète de la T3 et de la T4, seront également analysés, et les niveaux trouvés seront élevés. Une exception : dans le cas d’une hypothyroïdie plus rare, secondaire ou hypophisaire, les niveaux de T3, T4 et TSH sont bas.

Les symptômes de l’hypothyroïdie

Les symptômes apparaissent lentement et constituent une diminution des processus métaboliques. Au début, l’hypothyroïdie peut se confondre avec une dépression, car le patient est fatigué et souffre d’apathie, de somnolence, de pertes de mémoire et d’un manque de concentration.

Le patient prendra également du poids sans modifier ses habitudes alimentaires, et ses niveaux de cholestérol augmenteront. Il pourra perdre plus de cheveux que d’habitude, être moins tolérant au froid, avoir la peau sèche, suffrir de constipation, etc. Les femmes présentent souvent des altérations menstruelles.

Lorsque l’hypothyroïdie est installée et qu’elle n’est pas traitée, l’aspect du visage est très caractéristique : les paupières sont tombantes, et les yeux et le visage gonflés. La voix est rauque et la diction lente.

Les traitements de l’hypothyroïdie

L’hypothyroïdie ne peut pas être définitivement soignée, mais elle peut être contrôlée avec succès en prenant de la lévothyroxine, c’est-à-dire de la T4. Il faut ajuster la dose de manière très précise et réaliser des prises de sang très fréquentes afin de contrôler les niveaux de T4, mais ce traitement permet un retour à la vie normale et sans complications. Si le patient est rigoureux dans son traitement et qu’il communique à son médecin la moindre altération de son organisme, alors cela peut être une excellente solution.

L’un des symptômes les moins bien tolérés chez les patients est la prise de poids et la difficulté à perdre tous ces kilos. Voilà pourquoi il est très important d’adopter un régime équilibré en réduisant sa consommation en protéines animales, sauf le poisson, et les remplacer par des protéines végétales. Cette alimentation devra également être riche en fruits et en légumes, et pauvre en graisses.