Aliments appropriés pour l’hypothyroïdie

22 août 2019
Il est important que vous consultiez un spécialiste avant d'augmenter votre consommation d'acides gras Oméga-3, car ces derniers peuvent provoquer une augmentation des saignements en cas de prise de médicaments anticoagulants.

L’hypothyroïdie est un état dans lequel le corps ne produit pas suffisamment d’hormones thyroïdales. Les personnes affectées par cette maladie ont donc un métabolisme lent.

La forme la plus commune est la thyroïdite de Hashimoto. Il s’agit d’une inflammation de la glande thyroïde provoquée par le système immunitaire.

Symptômes de l’hypothyroïdie

Les symptômes sont : faiblesse, fatigue, augmentation de poids ou difficulté pour perdre du poids, cheveux secs, perte de cheveux, cheveux et ongles fragiles,

D’autres symptômes apparaîtront : peau pâle, sèche et rêche, cycles menstruels anormaux, intolérance au froid, constipation, cholestérol élevé,

Enfin, l’hypothyroïdie peut aussi provoquer des douleurs musculaires fréquentes, perte de mémoire, dépression, irritabilité et baisse de libido.

Aliments appropriés pour l’hypothyroïdie

Il est important de mener un mode de vie sain, avec des aliments appropriés pour l’hypothyroïdie avec une activité physique régulière.

Cependant, il faut également gérer le stress et prendre correctement les médicaments que le médecin vous a prescrit.

Il n’existe pas d’aliment ni de régime qui puisse guérir ou prévenir la maladie. Cependant, les effets de l’augmentation de poids peuvent être réduits au minimum en mangeant des aliments contenant peu de calories.

De même, ces aliments doivent être riches en éléments nutritifs afin d’améliorer la réponse immunitaire et prévenir d’autres maladies.

Ces aliments sont les légumes, les fruits, les glucides complexes (céréales complètes, pâtes, pommes de terre). C’est aussi le cas des protéines maigres et graisses saines.

Lisez également :

3 délicieuses recettes à base de fruits secs

Omégas 3

Les omégas 3 sont très importants pour le fonctionnement du cerveau et aident à maintenir la glande thyroïde en bonne santé.

En effet, les omégas 3 peuvent réduire l’inflammation qui ralentit le fonctionnement de la glande thyroïde. Parmi les aliments contenant un taux élevé d’omégas 3, on retrouve le saumon et les poissons bleus comme le thon. On y trouve aussi la morue ou le maquereau, ainsi que les noix mais en quantité plus réduite.

Si l’on vous prescrit des médicaments anticoagulants, consultez votre médecin avant d’augmenter l’apport en omégas 3. En effet, ces aliments peuvent rendre le sang plus fluide.

Vitamine B

La vitamine B aide la glande thyroïde à produire de l’énergie, surtout la vitamine B12, qui est particulièrement efficace contre l’anémie et le fonctionnement réduit de la glande thyroïde.

La viande, les oeufs, le lait, les algues, la levure de bière ou encore les palourdes ont une quantité de vitamine B12 élevée.

La vitamine B9 est également importante : on la retrouve dans les légumes, les avocats, les oranges, les asperges, les épinards (importante source de vitamines C). Mais aussi dans le chou-fleur et les produits laitiers en quantité plus réduite.

combattre l'hypothyroïdie avec les épinards

Lisez également :

4 vitamines pour renforcer votre système immunitaire

Aliments pouvant être nocifs

Les goitrogènes peuvent nuire au bon fonctionnement de la glande thyroïde. En effet, ce sont des éléments similaires aux hormones humaines comme les oestrogènes. Ceux-ci ont un effet presque identique sur le corps.

Certains aliments en contiennent, comme le brocolis, les choux de Bruxelles, le soja et ses dérivés.

  • Waeber Stephan, C., & Delaloye, J. F. (1995). L’IMPORTANCE DE LA THYROIDE AVANT, PENDANT ET APRES LA GROSSESSE. Revue Medicale de La Suisse Romande. https://doi.org/10.1016/j.plrev.2009.12.002
  • Chevrel, J. P., Hureau, J., Alexandre, J. H., & Lassau, J. P. (1965). Deux nouvelles voies de drainage veineux du corps thyroide. Archives d”anatomie Pathologique. https://doi.org/10.1023/A:1004872728797
  • Daou, R. (1998). Hyperthyroidie et cancer de la thyroide. Chirurgie. https://doi.org/10.1016/S0001-4001(99)80011-7