Le « syndrome de l’enfant riche »

28 février 2021
Le syndrome de l’enfant riche ne fait pas allusion à la richesse économique des parents. Ce syndrome correspond à une éducation inappropriée basée sur la surprotection de l’enfant. Cette surprotection l'empêche d'acquérir les outils qui lui permettraient d’apprendre à se débrouiller tout seul.

Le syndrome de l’enfant riche, aussi connu sous les noms de « affluenza » et « ricopathie », ne se rapporte pas aux enfants des parents fortunés. Ce syndrome renvoie aux enfants gâtés qui voient toutes leurs demandes satisfaites sans que cela ne leur demande aucun effort. C’est une situation qui se produit souvent dans les familles les plus aisées.

Néanmoins, c’est un schéma qui peut également se produire dans les familles de classe moyenne, dans lesquelles les parents tentent de combler (très souvent de façon inconsciente) leur absence physique et émotionnelle par des biens matériels.

Le fait est que les enfants ne demandent pas vraiment de biens matériels, mais plutôt pour renforcer le lien et leurs besoins émotionnels. Par conséquent, vous devez leur montrer qu’ils sont aimés et partager des activités et des jeux avec eux.

De plus, hyper-offrir à un enfant et accepter toutes ses demandes n’est pas le meilleur moyen d’éduquer. Que se passera-t-il lorsqu’ils devront fonctionner seuls dans la société?

Quelle est l’origine du terme « syndrome de l’enfant riche » ?

Bien que ce trouble ne soit pas reconnu comme un diagnostic clinique par les associations de psychiatrie du monde entier, son utilisation s’étend depuis les années 90. Le terme « affluenza » a été le premier terme avec lequel s’est répandu ce trouble, terme utilisé dans le livre The Golden Ghetto: The Psychology of Affluence.

Jessie H. O’Neill explique comment les enfants gâtés de familles riches font preuve d’un comportement irresponsable et de manque d’empathie. Il s’agit de la conséquence directe de la surprotection et du fait de compenser le manque de temps par des cadeaux et de l’argent.

syndrome de l'enfant riche

Comment savoir si votre attitude favorise le « syndrome de l’enfant riche » chez vos enfants ? 

Il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’argent pour que ses enfants souffrent de ce syndrome. D’ailleurs, les cas de « ricopathie » chez les enfants et adolescents de classe moyenne sont de plus en plus fréquents.

Selon une étude publiée dans l’American Journal of Sociology, de nos jours, les parents, en raison de leurs responsabilités ou de l’effort pour se positionner économiquement, ne passent pas assez de temps à élever leurs enfants.

Cela signifie qu’ils finissent souvent  par leur offrir des cadeaux matériels pour combler ce vide, ce qui a ses conséquences. 

Lisez aussi : Éduquez vos enfants avec des rêves, pas des peurs

Premiers signes

L’un des premiers signes du syndrome de l’enfant riche, selon diverses recherches, est que l’enfant exprime son ennui relativement fréquemment. Cela se produit malgré une pièce remplie de jouets et de toutes sortes de gadgets technologiques à la mode.

De sorte qu’ on lui donne quelque chose de matériel lorsque l’on souhaite que l’enfant se calme ou que l’on veut éviter les crises de colère, favorisant ce comportement. Il en va de même si vous le récompensez pour vous rendre service ou pour bien se comporter.

Une autre façon de l’encourager est d’acheter des cadeaux coûteux, même si ce n’est pas une occasion spéciale ou de reporter les dépenses familiales pour satisfaire certains de ses caprices. Ces attitudes de la part des parents donnent lieu au syndrome du garçon riche, mettant en danger leur santé émotionnelle et physique.

Conséquences pour la santé physique et émotionnelle

Outre les signes susmentionnés, les mêmes investigations parlent également d’une autre série de «symptômes» ou de caractéristiques que les jeunes atteints du syndrome de l’enfant riche présentent généralement :

  • Faible estime de soi et perte de motivation.
  • Sont incapables de tolérer les frustrations, croyant qu’ils méritent tout.
  • Ne font pas face à leurs propres problèmes. Ils pensent que maman et papa viendront toujours les résoudre.
  • Leur inconscience les conduit à être irresponsables et à manquer de discipline.
  • Manifestent des niveaux élevés de stress et d’anxiété en raison du manque de performance scolaire.
  • Ont des difficultés à maintenir l’harmonie avec leurs pairs.
  • Deviennent agités et irritables sur des questions sans importance et finissent par être très malheureux.
  • Finissent souvent par adopter des comportements nocifs tels que la consommation d’alcool ou de drogues.

Vous allez également aimer lire : Apprenez à votre enfant à aider les autres

syndrome de l'enfant riche

Est-il possible de l’éviter ?

Il est primordial que l’enfant ait conscience des efforts fournis par ses parents pour maintenir un mode de vie confortable. Il doit ainsi savoir que les biens matériels s’acquièrent à force de travail. Il doit comprendre que pour pouvoir se faire plaisir de temps à  autre il faut économiser.

Dans le livre Your Child, A Competent Person: Towards New Basic Family Values, le thérapeute familial Jesper Juul déclare que les enfants doivent comprendre qu’il y a des responsabilités au sein de la maison qu’ils doivent assumer, sans avoir à être récompensés pour cela.

Il faut leur apprendre qu’ils doivent mettre la table, sortir les ordures et aider à ranger et nettoyer leur chambre. Ces activités renforceront leurs valeurs.

Vous devez impliquer l’enfant dans la vraie vie. Ils doivent apprendre à valoriser ce qu’ils ont et à cultiver le respect des autres. En tant que parents, vous ne devriez pas être surprotecteur. Au contraire, il est nécessaire de leur offrir les outils pour les aider à faire face à leurs problèmes. 

Être strict avec ses enfants est aussi un acte d’amour, car cela favorise le développement éthique et affectif. Nous aimons également notre enfant lorsque nous lui fixons des limites. Ils doivent travailler dur pour obtenir ce qu’ils veulent.

Les frustrations font également partie de l’apprentissage, et savoir les affronter est fondamental. C’est pourquoi il est nécessaire d’encourager le développement des capacités émotionnelles et psychologiques. Ces dernières permettront à l’enfant de devenir un adulte plus heureux.

 

  • Capron, E. W. (2004). Types of pampering and the narcissistic personality trait. Journal of Individual Psychology60(1). Available at: https://psycnet.apa.org/record/2004-12532-006. Accessed 21/04/2020.
  • Juul, J. (2012). Su hijo, una persona competente: hacia los nuevos valores básicos de la familia. Herder Editorial. Available at: https://bit.ly/3eIfBA2. Accessed 21/04/2020.
  • Kets de Vries, M. F. R. (2016). Feeling Sorry for the Super-Rich? In Riding the Leadership Rollercoaster (pp. 25–29). Springer International Publishing. Available at: https://doi.org/10.1007/978-3-319-45162-6_5. Accessed 21/04/2020.
  • O’Neill, J. H. (1997). The golden ghetto: The psychology of affluence. Affluenza Project.
  • Sayer, L. C., Bianchi, S. M., & Robinson, J. P. (2004). Are Parents Investing Less in Children? Trends in Mothers’ and Fathers’ Time with Children. American Journal of Sociology, 110(1), 1–43. Available at: https://doi.org/10.1086/386270. Accessed 21/04/2020.