Théorie de l'erreur de Mackie : la moralité est-elle objective ?

La théorie de l'erreur est une position éthique qui défend que les jugements moraux sont des constructions sociales. Voyons en quoi il consiste.
Théorie de l'erreur de Mackie : la moralité est-elle objective ?

Dernière mise à jour : 02 juin, 2022

Pendant longtemps, la morale a existé pour réglementer le comportement humain, déterminant quelles actions sont considérées comme correctes et lesquelles ne le sont pas. Maintenant, autour de cette question, de multiples discussions et théories éthiques ont été générées qui ont tenté d’expliquer la nature de la moralité, l’une d’entre elles étant la théorie de l’erreur de Mackie.

Cette théorie a été proposée par le philosophe John L. Mackie en 1977. Elle postule que les gens se trompent systématiquement lorsqu’ils portent des jugements moraux. Car la morale n’est qu’une invention subjective passivement acceptée par tous.

Qu’est-ce que la théorie de l’erreur de Mackie ?

La théorie de l’erreur de Mackie représente une vision sceptique de la moralité, puisqu’elle défend que tous nos jugements moraux sont faux. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de faits moraux dans le monde extérieur auxquels nos jugements correspondent. Par conséquent, lorsque nous jugeons une action comme bonne ou mauvaise, nous avons toujours tort.

En ce sens, Mackie soutient que la moralité n’est pas objective, mais une construction sociale qui détermine quels modèles de comportement doivent être acceptés et lesquels doivent être rejetés.

Pour mieux comprendre cette idée, citons un exemple.

Nous avons tort si nous pensons que torturer des chiots pour le plaisir est un acte moralement répréhensible. Car dans ladite action il n’y a pas de propriété objective qui nous dise précisément qu’elle est immorale.

Cela ne se produit pas lorsque nous observons, par exemple, une balle. Dans ce cas, nous pouvons percevoir avec nos sens des propriétés telles que sa forme, sa taille et sa couleur. Mais quand nous voyons quelqu’un torturer un chiot, même si nous voyons la douleur, nous ne percevons pas littéralement le mal.

De cette façon, nous ne pouvons pas utiliser nos sens ou tout autre instrument de mesure pour confirmer la moralité d’un fait. Par conséquent, des notions telles que le bien et le mal, le juste et l’injuste, le bien et le mal ne sont pas des propriétés objectives de notre monde, mais des créations subjectives de l’homme.

Il convient de noter que l’intention de Mackie n’est pas d’éliminer ou de rendre la moralité inutile. Autrement dit, il ne prétend pas que les faits cessent d’être catalogués comme corrects et incorrects.

Au contraire, ce qu’il cherche, c’est que la morale soit comprise comme une matière relative et non comme un absolu universel. En fait, il propose que l’éthique et la morale doivent continuellement se réinventer, en fonction de l’évolution de l’humanité.

La morale comme construction humaine.
La moralité est construite à partir de paramètres humains, mais il n’y a aucun élément objectif pour la soutenir.

Principaux arguments de la théorie

Pour défendre sa théorie de l’erreur, Mackie utilise deux arguments qui la soutiennent. Voyons voir.

1. Argument de la relativité

Il défend que la morale a toujours dépendu du contexte, du temps et des formes de relations qui s’établissent dans chaque société. Par conséquent, ce qu’une culture considère comme moralement correct peut ne pas l’être pour une autre. En fait, c’est comme ça que ça se passe.

Par exemple, il y a beaucoup de désaccord dans les jugements moraux qui ont été établis autour de l’avortement ou de la peine de mort. Et nous pouvons le voir dans les lois qui régissent les différents états du monde.

2. Argument de la rareté

Pour sa part, Mackie défend que, si nous partons de l’idée que la morale est objective, alors des entités complètement différentes devraient exister dans le monde extérieur, avec des qualités étranges et inconnues qui en rendent compte.

De plus, pour percevoir ces entités, il doit être nécessaire de posséder des facultés perceptives uniques, morales et intuitives, différentes de celles que nous possédons déjà (les sens). Cependant, cela ne se produit pas.

Par conséquent, Mackie défend que, lors de l’émission d’un jugement moral, ce qui se passe réellement est une réaction qui découle de ce qui est appris culturellement et de son lien avec ses propres expériences. Le processus est simplement subjectif.

Analogie avec la perception des couleurs

Pour rendre la théorie de l’erreur plus compréhensible, l’auteur a utilisé la perception des couleurs comme analogie. Dans ce cas, il affirme que les objets du monde ne possèdent pas, en eux-mêmes, les couleurs que nous en percevons.

Eh bien, lorsque nous observons des couleurs, ce que nous percevons réellement, c’est la réfraction dans nos yeux des longueurs d’onde de la lumière que l’objet n’a pas pu absorber.

Ainsi la couleur n’est pas une propriété intrinsèque de l’objet, mais une réaction biologique du mécanisme visuel humain à la réflexion de la lumière. En d’autres termes, la couleur n’est pas une propriété objective, mais subjective, comme les faits moraux.

En fait, tout le monde ne perçoit pas les mêmes couleurs et nuances dans les objets, comme c’est le cas chez les daltoniens. Et la même chose se produit avec les propriétés morales : il n’y a rien dans le monde objectif qui ait, en soi, la propriété de la moralité.

Palette de couleurs comme analogie avec l'erreur de Mackie.
La palette de couleurs n’est pas perçue de la même manière de chaque œil, ce qui représente une analogie avec la morale subjective.

La subjectivité de la morale

En bref, la théorie de l’erreur de Mackie défend qu’il n’y a pas de faits moraux en eux-mêmes, mais que ce sont les gens qui attribuent des propriétés morales au comportement humain.

Par conséquent, nous tomberions dans l’erreur si nous croyions que nos jugements moraux correspondent objectivement à la réalité. Qu’en penses-tu?

Cela pourrait vous intéresser ...
La quercétine : bienfaits, utilisations et sources
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La quercétine : bienfaits, utilisations et sources

La quercétine a été recherchée pour ses avantages intéressants. Nous passons en revue ses principales propriétés.