Tout ce que vous devez savoir sur la vaginoplastie

Jusqu'à présent, il n'existe pas suffisamment de preuve sur l'efficacité de la vaginoplastie pour résoudre des problèmes de santé. Une consultation médicale est recommandée.
Tout ce que vous devez savoir sur la vaginoplastie

Dernière mise à jour : 24 juillet, 2021

La vaginoplastie est le terme que l’on attribue à un ensemble de procédures visant à modifier l’apparence des organes génitaux externes d’une femme. L’objectif est de donner une apparence plus jeune. Certaines personnes affirment que le rajeunissement vaginal aurait également des effets positifs sur la santé.

Ce type d’intervention s’applique sur les lèvres internes, externes ou les deux. La demande de vaginoplastie a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années. Les motivations pour ce type d’opération sont multiples et d’ordres divers.

Pourquoi réaliser une vaginoplastie ?

Le ventre d'une femme avec un smiley mécontent.

“Le rajeunissement vaginal pourrait avoir des avantages pour la santé au-delà de l’aspect esthétique.”

En général, la vaginoplastie s’effectue pour corriger ou améliorer l’équilibre ou l’aspect d’un vagin relâché. Ce relâchement vaginal survient lorsque la zone a perdu de son élasticité et que le contrôle des muscles est moindre.

Le relâchement vaginal est un problème qui affecte plus particulièrement les femmes ménopausées. En effet, à partir de 30 ans, la production de collagène est réduite et ce phénomène s’accentue avec le temps. Cette condition peut entraîner un inconfort physique et psychologique chez de nombreuses femmes.

Une autre cause de relâchement vaginal est l’accouchement. Surtout après l’utilisation de forceps ou si le bébé était très grand. Le surpoids peut causer le même effet. Il entraîne une augmentation du diamètre du vagin et provoque des gênes telles que :

  • Diminution du plaisir sexuel.
  • Perte involontaire d’urine ou incontinence urinaire.
  • Sécheresse et irritation.
  • Dans les cas plus sévères, l’inconfort survient en faisant une activité physique.
  • Parfois, le port de certains vêtements tels que les maillots de bain ou les pantalons est source de gêne.

Quels sont les types de vaginoplastie qui existent ?

Pour réaliser un rajeunissement vaginal, il existe plusieurs procédures. Le choix de la plus adaptée dépendra de l’effet souhaité et, bien évidemment, de l’évaluation du médecin. Les principales sont les suivantes:

Labioplastie

Elle est pratiquée pour améliorer l’apparence des petites et des grandes lèvres lorsqu’elles sont très grandes ou flasques. Cela peut nuire à l’hygiène intime et au plaisir lors des rapports sexuels. La chirurgie permet de réduire la taille et la flaccidité.

Lipoplastie vulvaire

Le but de cette intervention est d’éliminer l’excès de cellules adipeuses sur la vulveEn particulier, dans la zone supérieure des grandes lèvres et du mont venus. Elle procure au vagin un contour extérieur plus attrayant.

Liposculpture

Il s’agit d’une procédure de liposculpture dans laquelle on injecte de la graisse dans la peau des lèvres. L’objectif est de réduire les rides et de lisser la peau de la zone. En plus d’augmenter l’épaisseur de la peau afin que le vagin acquiert une apparence plus juvénile.

Périnéoplastie

Cette chirurgie s’applique sur le périnée. Autrement dit, la zone qui s’étend depuis la partie basse du vagin jusqu’à l’anus. Il s’agit d’une région souvent affectée par des accouchements traumatiques. L’intervention permet de récupérer l’élasticité des tissus et d’améliorer l’apparence. De plus, cela augmente le plaisir lors des relations sexuelles.

Vaginoplastie

Cette intervention renforce les muscles du vagin, élimine l’excès des tissus et réduit le diamètre du vagin. De même, elle retire l’excès de muqueuse vaginale et renforce le plancher pelvien afin que le vagin devienne plus ferme.

Des procédures peu invasives

Pour effectuer un rajeunissement vaginal, il existe également des procédures peu invasives qui peuvent être une meilleure alternative, selon le cas. Ce sont les suivantes:

  • Avec radiofréquence. Il s’agit d’ondes électromagnétiques qui génèrent de la chaleur et remodèlent les fibres de collagène. Cela augmente l’élasticité de la zone vaginale.
  • Laser fraxel. Il favorise la restauration du collagène et de l’élastine. Cela contribue à réduire l’incontinence urinaire et améliorer la lubrification du vagin.
  • Laser Yag. Il augmente l’élasticité du col du vagin et de celui de la vessie, en plus d’améliorer la lubrification.

Quels sont les risques de la vaginoplastie ?

De nombreux médecins ont exprimé leur inquiétude en raison de la demande croissante de procédures de rajeunissement vaginal. Jusqu’à présent, il n’existe effectivement pas de preuves solides qu’elles sont sûres et efficaces.

Parmi les éventuelles complications qui peuvent surgir, nous pouvons citer les altérations de la sensibilité, les infections, les adhérences, les dyspareunies et les cicatrices. 

Chez les femmes pré-ménopausées qui subissent ce type d’intervention, des complications peuvent se présenter à l’arrivée de la ménopause. A cette étape, les tissus vaginaux s’amincissent naturellement. Par conséquent, s’il existe un prolapsus minime qui est rétrécit ou amincit par une vaginoplastie, après la ménopause cela peut s’aggraver.

En outre, la tension dans la région et la réduction du diamètre du vagin entraînent parfois des rapports sexuels douloureux. La plupart du temps, les médecins sont plus favorables à des méthodes moins invasives telles que les exercices de Kegel.

Facteurs à considérer

Dessin montrant une infection vaginale.

“C’est le médecin qui déterminera la meilleure procédure à suivre.”

Il est essentiel d’être claire sur les motivations d’un rajeunissement vaginal. De plus, il est important de parler en toute franchise au médecin et de formuler des attentes réalistes.

Avant d’entreprendre quelconque procédure, il faut connaître les aspects à considérer avant et après l’intervention.

Avant l’intervention

La durée de la procédure varie en fonction du type. Mais elle est en moyenne d’une heure. A l’exception des méthodes peu invasives, il s’agit de chirurgies ambulatoires qui nécessitent une anesthésie épidurale ou générale.

Les aspects suivants doivent être pris en compte :

  • Réalisez des examens cliniques d’évaluation préopératoires.
  • Il est préférable d’effectuer la chirurgie dès la fin des règles. Cela facilite la cicatrisation et réduit le risque d’infection.
  • La patiente doit être à jeun 12 heures avant la procédure.
  • Le risque d’infection est anticipé avec la prescription d’antibiotiques.
  • La récupération dure entre trois et quatre jours.

Après la vaginoplastie

Il est fondamental de suivre rigoureusement les indications du médecin après l’opération. Par exemple, il ne faut pas reprendre les activités normales avant que le temps indiqué ne soit écoulé.

La consommation d’alcool et de tabac peut avoir une influence négative sur la récupération. Le plus judicieux est d’éviter de fumer quelques semaines avant et quelques semaines après la procédure. Cela prévient l’apparition de cicatrices plus épaisses et sombres, et accélère le temps de récupération.

Par ailleurs, il est préférable de porter des vêtements amples et confortables. Autrement dit, d’éviter les habits trop serrés. Le médecin indiquera quand il sera possible de reprendre une activité sexuelle. A cet égard, la reprise est très rarement avant quatre semaines après l’intervention.

La vaginoplastie n’est pas sans risque

Toute chirurgie implique des risques. Il est donc préférable d’évaluer judicieusement les raisons qui poussent une femme à vouloir faire une telle intervention. Il est effectivement possible d’avoir des attentes démesurées et peu réalistes concernant l’apparence.

De même, le médecin est là pour répondre à toutes les questions nécessaires. Être informé n’est pas seulement un droit, mais un devoir.

Cela pourrait vous intéresser ...
Boutons vaginaux : quelles sont leurs causes ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Boutons vaginaux : quelles sont leurs causes ?

Vous souffrez de boutons vaginaux suite à l'épilation de la zone intime ? Découvrez les causes possibles ainsi que les complications.



  • Casale, C., Casale, D., Tébar, A., Sánchez, J. J., González, B., & Herrera, A. (2014). Reducción funcional y estética de los labios menores: labioplastia con técnica de resección con colgajos especulares en «S». Clínica e Investigación en Ginecología y Obstetricia, 41(2), 80-82.
  • Conde, J. L. D., & Pérez, S. B. (2001). Alteraciones vulvo-vaginales. In Manual de salud reproductiva en la adolescencia (pp. 465-490). Sociedad Española de Contracepción y Wyeth-Lederle Zaragoza.
  • Merino, R. R. A., Vizcaíno, J. M., Lara, D. Z., & Flores, D. A. (2012). Procedimientos cosméticos en ginecología. Acta Médica Grupo Ángeles, 10(2), 80-86.