Sécheresse vaginale : quelles sont ses causes ?

4 février 2018
La sécheresse vaginale est le résultat d'une diminution des niveaux d’œstrogènes. Afin de rééquilibrer ces hormones, il est indispensable de chercher un traitement adapté et d'ainsi éviter des suites douloureuses ou inconvenantes.

La majorité des femmes ont déjà expérimentés au moins une fois dans leur vie quelques troubles mineurs de la vulve ou du vagin.

Cependant, une diminution des taux d’œstrogènes aboutit à des symptômes plus manifestes telle que la sécheresse des parties intimes. En termes médicaux, cette affection est connue sous le nom d’atrophie vaginale, provoquée par une inflammation de la zone.

Malgré son aspect bénin, cette affection impacte les activités quotidiennes, la vie sexuelle et partant, le couple.

Mais, quelles en sont les causes ?

La sécheresse vaginale découle d’une diminution des fluides intimes, ou glaire cervicale. Dès lors, l’appareil génital féminin n’est plus assez lubrifié, ce qui génère douleurs et irritations.

Par conséquent, lorsque l’on souffre de sécheresse vaginale, il est très courant de ressentir des picotements lors des rapports sexuels. On constate également une sensibilité exacerbée, ainsi qu’une sensation d’irritation ou d’inflammation dans le vagin.

Les causes de la sécheresse vaginale peuvent être d’origine organique, physique ou psychologique.

Les causes organiques

La sécheresse vaginale : plusieurs causes possibles

De manière générale, les causes organiques sont les principales responsables de la sécheresse vaginale.

Diminution du taux d’œstrogènes

L’apparence de la glaire cervicale change selon la période du cycle menstruel, en quantité comme en consistance.

Les œstrogènes sont produits au moment où l’ovule atteint maturation. Avant la libération de l’ovule, le vagin se lubrifie et lors des menstruations, la lubrification diminue.

Lisez aussi : Ovulation douloureuse : comment la soulager ?

Grossesse et allaitement

Quand une femme en âge de procréer est enceinte ou allaite, il se produit un déséquilibre hormonal. Par conséquent, la production d’œstrogènes est altérée.

C’est le cas particulièrement lors de l’allaitement, période durant laquelle les femmes secrètent de la prolactine. Cette hormone favorise la production du lait maternel et diminue le taux d’œstrogènes.

Quand arrive le retour de couches avec l’arrivée des règles, les niveaux d’hormones se rééquilibrent et le vagin se lubrifie à nouveau et de manière naturelle.

La ménopause

Avec l’âge, le corps réduit naturellement la quantité de production des ovules ainsi que la production d’œstrogènes.

Par ailleurs, les parois du vagin s’affinent et perdent en élasticité. Cette transformation provoque des altérations du niveau de pH. Les glandes présentes dans le vagin se rétractent fréquemment, ce qui diminue également la lubrification.

Dès lors, il est fort probable de ressentir à cette époque de la vie, une sensation de poids ou de pression vaginale, ainsi que des picotements ou brûlures dans la zone.

Les causes physiques

Inflammation des tissus vaginaux

L'Inflammation des tissus vaginaux : une cause de la sécheresse vaginale

Dans de nombreux cas, la sécheresse vaginale est un symptôme provoqué par une infection.

Il existe certains produits, médicaments, maladies ou habitudes sanitaires qui augmente les risques d’infection :

  • Les dispositifs intra-utérins (DIU) peuvent provoquer une inflammation des parois vaginales.
  • Le diaphragme, de taille assez imposante, peut provoquer des vaginites.
  • Les spermicides ou le latex peuvent causer des irritations dans la zone intime.
  • Les infections comme le Candida ou la vaginite produisent également des irritations ou de la sécheresse vaginale.

Certains médicaments

Certains médicaments peuvent être responsables de sécheresse vaginale :

  • La pilule contraceptive ou certains médicaments pour les ovaires
  • Les traitements gastro-intestinaux
  • Les antidépresseurs
  • Les antihistaminiques contre les allergies ou les refroidissements

Le diabète

Le diabète : cause de sécheresse vaginale

Les personnes souffrant de diabète expérimentent régulièrement une sécheresse cutanée générale, de même qu’elles présentent une déficience de glucose dans le sang.

On peut également constater une réponse faible à la stimulation sexuelle. Par ailleurs, les vaisseaux sanguins se rompant, on constatera une diminution des fluides dans le vagin chez les personnes souffrant de diabète.

L’hygiène

Entretenir une hygiène régulière et adéquate ne signifie pas abuser des produits de nettoyage et de soin.

En certaines occasions, la sécheresse vaginale sera due à l’usage excessif de savons, lotions, gels ou désodorisants vaginaux.

Les causes psychologiques

Le stress

Le stress peut causer une diminution de la lubrification de votre zone intime

Quand le corps est confronté à des situations de stress intense, le niveau sanguin de cortisol augmente, ce qui provoque des irrégularités dans les secrétions des hormones sexuelles.

Dès lors, ceci diminue la qualité de la lubrification vaginale.

La peur

Certaines femmes ressentent une angoisse inexpliquée concernant les rapports sexuels.

Certaines femmes ont peur de l’acte, d’autres s’en désintéressent. Cet état émotionnel se signale au système nerveux et la conséquence en est l’absence de stimulation sexuelle. Par conséquent, cela produira une absence de lubrification.

Nous vous recommandons : Ce que votre flux vaginal peut vous révéler sur votre santé

Quelques recommandations

  • L’eau et le savon neutre sont amplement suffisants pour l’hygiène intime.
  • Il existe des lubrifiants externes et internes, en vente libre, qui peuvent améliorer votre situation.
  • Modérez votre consommation d’alcool et de tabac.
  • Buvez au minimum 2 litres d’eau par jour.
  • Pratiquez une activité physique régulière.
  • Les aliments riches en soja contiennent des isoflavones qui ont des effets similaires aux œstrogènes.

Malgré les fait qu’il existe des options pour lutter contre le manque de lubrification et la sécheresse vaginale, il reste très important de consulter votre gynécologue afin de suivre le traitement adéquat selon votre cas spécifique.

 

A découvrir aussi