Découvrez 5 substances toxiques présentes dans les cosmétiques

24 mai 2019
Nous utilisons quotidiennement différents produits cosmétiques pour le nettoyage, le maquillage ou la désinfection. Cependant, certains d'entre eux peuvent contenir des substances qui font l'objet d'études pour en déterminer les effets négatifs possibles sur la santé.

Savez-vous quels sont les ingrédients des produits cosmétiques que vous utilisez quotidiennement pour votre corps ? Il est important que vous connaissiez certaines des substances toxines contenues dans les cosmétiques qui pourraient abîmer votre peau et même nuire à votre santé en général.

Les parabènes, les sulfates, le plomb, le triclosan ou les phtalates figurent parmi les plus fréquents. Nous vous expliquons pourquoi ils sont nocifs afin que vous puissiez les éviter. Il n’est pas nécessaire de prendre des risques, si nous pouvons choisir d’autres produits plus sains.

5 substances toxiques dans les cosmétiques

1. Parabènes

parabènes : substances toxiques dans les cosmétiques

Les parabènes sont les conservateurs que l’on ajoute à la plupart des produits cosmétiques, pharmaceutiques et industriels. Des études sont en cours depuis des années pour vérifier les effets nocifs sur la peau et leur implication possible dans le cancer du sein, en raison de leurs propriétés œstrogéniques.

Toutefois, il n’existe toujours pas de données probantes pour réglementer son utilisation. En fait, certaines études précisent que le risque serait important si l’exposition à ces produits chimiques était quotidienne.

Cependant, la présence de plus en plus fréquente de parabènes dans une large gamme de produits, y compris les denrées alimentaires, favorise le contact permanent.

2. Sulfates

Parmi les différents sulfates, on distingue le laurylsulfate de sodium, un surfactant courant qui agit comme agent nettoyant,  Cependant, ce composé pénètre dans la peau et provoque une sécheresse et une irritation de la peau en fonction de sa concentration.

Cependant, en ce qui concerne les critiques sur sa relation avec le cancer, aucune preuve scientifique n’est avérée. Mais il est également vrai qu’il y a un manque d’études à long terme sur les effets de son application continue sur la peau.

  • Certains sulfates plus doux sont utilisés comme substituts moins nocifs, comme le laurylsulfate d’ammonium ou le laurylsulfate de sodium.

Lisez aussi : 5 après-shampooings naturels et maison pour des cheveux brillants

3. Plomb

le plomb fait partie des substances toxiques dans les cosmétiques

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a effectué une analyse pour déterminer les niveaux de plomb dans les rouges à lèvres et autres cosmétiques. Parmi eux se trouvaient des marques bien connues.

À partir de cette analyse, on a déterminé une quantité maximale de plomb dans ces produits. Des mesures ont été prises pour éliminer les produits qui pourraient être dangereux pour la santé. On a conclu que jusqu’à 10 ppm de plomb dans ces produits ne présentait pas de risque important.

Toutefois, il convient de noter que l’analyse tient compte de l’application externe de ces produits cosmétiques. Toutefois, dans le cas des rouges à lèvres, la partie que la personne ingère accidentellement n’est pas couverte.

4. Triclosan

Le triclosan (TCS) est un ingrédient antimicrobien courant dans les désodorisants et les produits de nettoyage comme les désinfectants. Dans une moindre mesure, il peut aussi se trouver dans les dentifrices et les bains de bouche.

Ce composé est facilement absorbé par la peau et les muqueuses. En fait, on l’a détecté dans l’urine et même dans le lait maternel, et son exposition continue provoque des allergies, de l’asthme, des troubles cardiovasculaires, des problèmes endocriniens et reproducteurs et le développement de certains types de cancer.

Lisez aussi : Les 10 meilleurs produits maison pour hydrater la peau sèche

5. Phtalates

Les phtalates sont des composants chimiques multifonctionnels contenus dans une grande variété de produits de consommation. Y compris les produits cosmétiques et de soins personnels, et même les produits pour bébés. De plus, ils font partie de nombreux contenants en plastique. C’est pourquoi nous avons des contacts directs et fréquents avec eux.

Les phtalates pourraient provoquer de graves problèmes de santé, comme l’infertilité, l’obésité, l’asthme, les allergies ou le cancer du sein. Bien que certaines études montrent des altérations non significatives, elles ne tiennent pas compte de leur évolution à long terme, comme elles l’affirment elles-mêmes.

Conclusion sur les composants toxiques dans les cosmétiques

Comme nous l’avons vu, il est difficile de trouver un consensus dans ces études. Car certaines insistent sur la sécurité de ces composants. Tandis que d’autres mettent en garde contre les risques sanitaires. Quoi qu’il en soit, nous sommes de plus en plus exposés à ce type de substances, et seule la recherche future sera en mesure d’évaluer les risques réels.

Pour cette raison, nous recommandons d’éviter ces produits toxiques dans les cosmétiques dans la mesure du possible. Beaucoup ne sont pas essentiels et peuvent être remplacés par d’autres composants naturels.

 

  • Crinnion, W. J. (2010). Toxic effects of the easily avoidable phthalates and parabens. Alternative Medicine Review.
  • Darbre, P. D., & Harvey, P. W. (2008). Paraben esters: Review of recent studies of endocrine toxicity, absorption, esterase and human exposure, and discussion of potential human health risks. Journal of Applied Toxicology. https://doi.org/10.1002/jat.1358
  • Löffler, H., & Happle, R. (2003). Profile of irritant patch testing with detergents: Sodium lauryl sulfate, sodium laureth sulfate and alkyl polyglucoside. Contact Dermatitis. https://doi.org/10.1034/j.1600-0536.2003.480105.x
  • Brown, V. J. (2013). Metals in Lip Products – A Cause for Concern? Environmental Health Perspectives. https://doi.org/10.1289/ehp.121-a196
  • Weatherly, L. M., & Gosse, J. A. (2017). Triclosan exposure, transformation, and human health effects. Journal of Toxicology and Environmental Health – Part B: Critical Reviews. https://doi.org/10.1080/10937404.2017.1399306