Trichomonase féminine : peut-elle être traitée avec des remèdes naturels ?

Certains se demandent si la trichomonase féminine peut être traitée avec des remèdes naturels. Compte tenu de la complexité de cette infection sexuellement transmissible, de nombreuses personnes cherchent des solutions pour arrêter leurs symptômes et prévenir un nouveau problème.
Trichomonase féminine : peut-elle être traitée avec des remèdes naturels ?
Leonardo Biolatto

Relu et approuvé par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 18 janvier, 2023

Certains se demandent si la trichomonase féminine peut être traitée avec des remèdes naturels. Compte tenu de la complexité de cette infection sexuellement transmissible, de nombreuses personnes cherchent des solutions pour arrêter leurs symptômes et prévenir un nouveau problème.

Dans tous les cas, il faut prendre en compte qu’une approche médicale est indispensable. Bien que certaines préparations maison favorisent une sensation de soulagement, l’administration de médicaments sur ordonnance est généralement nécessaire pour faire face au parasite à l’origine de cette pathologie. On vous en dit plus.

Traitement de la trichomonase féminine

La trichomonase est une infection sexuellement transmissible (IST) causée par le parasite Trichomonas vaginalis. Elle peut toucher aussi bien les hommes que les femmes, bien qu’elle soit généralement plus fréquente chez eux. La contagion se produit par contact génital, que ce soit lors de relations sexuelles vaginales, anales ou orales.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) estiment que seulement 30% des cas présentent des symptômes. Chez les femmes, en particulier, il s’agit généralement de mauvaises odeurs vaginales, d’irritations, de démangeaisons et de brûlures au moment d’uriner. De plus, les pertes vaginales ont tendance à prendre une coloration blanche, jaunâtre ou verdâtre.

Sans traitement rapide, l’infection provoque une inflammation génitale et augmente le risque de contracter d’autres IST. De plus, dans le cas des femmes enceintes, cela peut entraîner des complications telles qu’un faible poids à la naissance ou un accouchement prématuré.

Pour cette raison, une fois la condition suspectée, il est nécessaire de consulter un médecin pour confirmer le diagnostic. Ceci est généralement corroboré par un examen physique et des tests de laboratoire.

Ensuite, l’administration orale de médicaments est suggérée. Les options sont les suivantes :

  • Métronidazole.
  • Tinidazole.
  • Secnidazole.

Les médicaments peuvent être pris en une seule dose (mégadoses) ou en petites doses fractionnées sur plusieurs jours. Il est nécessaire de compléter tout le traitement pour éliminer complètement le parasite. De plus, le partenaire sexuel doit également recevoir le médicament pour prévenir la réinfection.

Est-il possible de traiter la trichomonase féminine avec des remèdes naturels ?

Pendant longtemps, une série de remèdes maison ont été diffusés qui promettent de soulager la trichomonase féminine. Cependant, à ce jour , il n’existe aucune preuve scientifique à l’appui de son innocuité et de son efficacité. Le seul traitement efficace est l’administration de médicaments prescrits par le médecin.

Cependant, il existe certaines préparations d’origine naturelle qui peuvent être utilisées de manière complémentaire pour minimiser les symptômes de l’infection. Ils ne remplacent pas une approche médicale, mais des preuves anecdotiques suggèrent qu’ils aident à soulager temporairement les démangeaisons, les brûlures et l’inflammation. Voyons.

Trichomonas vaginalis.
Trichomonas vaginalis.

Jus ou extrait de grenade

En médecine traditionnelle, le jus ou l’extrait de grenade est l’un des compléments les plus utilisés pour lutter contre divers types d’infections, parmi lesquelles se distingue la trichomonase féminine. Des propriétés antibiotiques, antiparasitaires et anti-inflammatoires lui sont attribuées.

Une étude in vitro et in vivo partagée par le Journal de la Société égyptienne de parasitologie a rapporté que l’extrait de grenade purifié a le potentiel d’inhiber la croissance du parasite Trichomonas vaginalis. Ces effets étaient liés à sa teneur abondante en polyphénols, acides gras, stérols, terpénoïdes et acides aminés.

Dans tous les cas, des études plus approfondies et plus complètes sont nécessaires pour le prouver. Cependant, c’est un remède sûr et nutritif pour la plupart des gens.

La recommandation est de boire 2 ou 3 verres de jus de grenade par jour pendant 1 semaine.

Thé noir

Le thé noir est l’un des remèdes populaires dans le traitement de la trichomonase féminine . Il est apprécié pour sa haute teneur en composés antioxydants et anti-inflammatoires qui favorisent le contrôle des infections. Et même s’il ne s’agit pas d’un remède, il a un potentiel en tant que complément pour arrêter la croissance des parasites.

Dans une recherche partagée par BMC Complementary Medicine and Therapies, l’extrait de cet ingrédient a aidé à combattre les souches de Trichomonas vaginalis résistantes au métronidazole. Le plus intéressant? Il n’affecte pas l’équilibre de la flore vaginale.

Son effet s’explique en grande partie par son apport en aflavine, un polyphénol antioxydant. Pourtant, des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Ail

Depuis l’Antiquité, l’ail est utilisé comme adjuvant pour lutter contre divers types d’infections. On lui attribue notamment des propriétés antibactériennes, antifongiques et antiprotozoaires. Concernant ce dernier, une étude comparative a déterminé qu’il peut contribuer à inhiber la croissance de Trichomonas vaginalis.

Les chercheurs ont notamment établi qu’un produit commercial à base d’ail stoppe la motilité de ce micro-organisme. Ainsi, il a un potentiel thérapeutique contre la trichomonase. Malgré ces résultats, des études plus larges sont nécessaires.

En général, les produits à base d’ail se présentent sous forme de comprimés ou de pilules. Ils sont généralement consommés 2 ou 3 fois par jour, 40 minutes avant chaque repas principal.

Trichomonase féminine : remèdes déconseillés

Bien que les remèdes susmentionnés soient généralement sûrs et bien tolérés, il existe d’autres options qui ne sont pas recommandées en raison des risques qu’elles comportent. Il est important de les mentionner, car leur utilisation a tendance à entraîner des complications ou des effets indésirables.

douches vaginales

Ce remède combine généralement de l’eau avec d’autres liquides et substances, comme le vinaigre, le sulfate de zinc et certaines huiles essentielles. Bien qu’il calme parfois momentanément les démangeaisons et les brûlures, son application a des effets secondaires non négligeables.

Comme détaillé dans une étude partagée via Revues épidémiologiques, les douches vaginales sont associées à un risque accru de maladie inflammatoire pelvienne, de vaginose bactérienne, de maladies sexuellement transmissibles, d’infections à levures et de problèmes utérins. Par conséquent, ils sont découragés par les gynécologues.

Les douches vaginales sont contre-indiquées dans la trichomonase.
Les douches vaginales pourraient favoriser les infections de la zone intime.

Yaourt de culture vivante

Alors que la consommation de yaourt nature avec des cultures vivantes peut être bénéfique pour la santé en favorisant l’équilibre de la flore bactérienne, son application sur le vagin peut entraîner des problèmes. Il y a ceux qui prétendent que ses probiotiques aident à équilibrer la flore vaginale. Cependant, il n’y a aucune preuve pour le prouver.

Contrairement à cela, il a été déterminé que l’introduction de yaourt dans le vagin peut être contre-productive ; non seulement parce qu’il peut altérer l’équilibre des bactéries déjà présentes, mais aussi parce qu’il entraîne des problèmes d’infection et de mauvaises odeurs.

Que retenir des remèdes contre la trichomonase féminine ?

Pour l’instant, il n’y a pas suffisamment de preuves scientifiques pour affirmer que les remèdes naturels peuvent lutter efficacement contre la trichomonase féminine. Bien que des options telles que l’extrait de grenade, le thé noir et l’ail aient montré des effets prometteurs, davantage de preuves sont nécessaires. Pour l’instant, ils peuvent être utilisés de manière complémentaire.

L’essentiel est de garder à l’esprit qu’aucune préparation naturelle ne se substitue à un traitement médical. Devant cette infection, il est essentiel de recevoir la dose adéquate de médicaments pour traiter efficacement l’infection et prévenir ses complications. En cas de suspicion, consultez votre gynécologue dès que possible.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les probiotiques influencent-ils la flore vaginale ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les probiotiques influencent-ils la flore vaginale ?

Ces dernières années, l'influence des probiotiques sur la flore vaginale a été étudiée. Découvrez ici ce que l'on sait à ce sujet.



  • Bouchemal K, Bories C, Loiseau PM. Strategies for Prevention and Treatment of Trichomonas vaginalis Infections. Clin Microbiol Rev. 2017 Jul;30(3):811-825. doi: 10.1128/CMR.00109-16. PMID: 28539504; PMCID: PMC5475227.
  • Centers for Disease Control and Prevention. STD facts – trichomoniasis.
  • Schumann JA, Plasner S. Trichomoniasis. [Updated 2022 Jun 21]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK534826/
  • El-Sherbini, Gehad & Ibrahim, Khadra & Sherbiny, Eman & abdel hady, Nevein & Morsy, Tosson. (2010). Efficacy of Punica granatum extract on in vitro and in vivo control of Trichomonas vaginalis. Journal of the Egyptian Society of Parasitology. 40. 229-44.
  • Noritake SM, Liu J, Kanetake S, Levin CE, Tam C, Cheng LW, Land KM, Friedman M. Phytochemical-rich foods inhibit the growth of pathogenic trichomonads. BMC Complement Altern Med. 2017 Sep 13;17(1):461. doi: 10.1186/s12906-017-1967-x. PMID: 28903731; PMCID: PMC5598040.
  • Ibrahim AN. Comparison of in vitro activity of metronidazole and garlic-based product (Tomex®) on Trichomonas vaginalis. Parasitol Res. 2013 May;112(5):2063-7. doi: 10.1007/s00436-013-3367-6. Epub 2013 Mar 2. PMID: 23455944.
  • Martino JL, Vermund SH. Vaginal douching: evidence for risks or benefits to women’s health. Epidemiol Rev. 2002;24(2):109-24. doi: 10.1093/epirev/mxf004. PMID: 12762087; PMCID: PMC2567125.
  • Mei Z, Li D. The role of probiotics in vaginal health. Front Cell Infect Microbiol. 2022 Jul 28;12:963868. doi: 10.3389/fcimb.2022.963868. PMID: 35967876; PMCID: PMC9366906.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.