Trithérapie pour la polyarthrite rhumatoïde : avantages et inconvénients

Il existe plusieurs options de traitement pour la polyarthrite rhumatoïde. L'une des plus utilisées est la trithérapie orale. Nous en parlons ici.
Trithérapie pour la polyarthrite rhumatoïde : avantages et inconvénients

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire auto-immune qui se caractérise par des douleurs chroniques dans diverses articulations, en particulier les poignets et les doigts. Le retard de diagnostic et l’échec de l’approche sont associés au handicap de longue durée. Nous nous intéressons ici aux avantages et aux inconvénients de la trithérapie pour la polyarthrite rhumatoïde.

Actuellement, elle touche entre 0,4 et 1 % de la population, étant jusqu’à 6 fois plus fréquente chez les femmes, comme en témoignent des études. En général, les traitements de cette maladie visent à soulager la douleur et la raideur articulaire, ainsi qu’à prévenir la progression des lésions.

Les médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie sont le traitement le plus utilisé. La prise d’un seul médicament pour la gestion de cette condition est courante. Cependant, si elle n’améliore pas les symptômes, une association ou une trithérapie peut être nécessaire pour contrôler la polyarthrite rhumatoïde.

Les médicaments utilisés

Aujourd’hui, il existe un grand nombre de médicaments qui peuvent être utilisés dans la prise en charge de la PR. Les recherches montrent que le méthotrexate est l’un des médicaments de première intention.

Nous pouvons trouver les groupes suivants :

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : ibuprofène et naproxène. Ils réduisent l’enflure et les douleurs articulaires.
  • Antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM) : méthotrexate, hydroxychloroquine, léflunomide et sulfasalazine. Ils soulagent les symptômes et retardent l’évolution.
  • Corticoïdes : prednisone et dexaméthasone. Ils diminuent l’inflammation en ralentissant la réponse immunitaire.
  • Médicaments biologiques : abatacept, adalimumab, certolizumab, étanercept, infliximab, rituximab, sarilumab, tofacitinib et tocilizumab. Ce sont des protéines biologiques qui inhibent la cascade inflammatoire des tissus en interrompant les signaux.

De manière générale, ces médicaments peuvent être indiqués en monothérapie ou en associations thérapeutiques, selon les caractéristiques de la polyarthrite rhumatoïde. Les médecins sont les seuls formés à cette tâche.



Qu’est-ce que la trithérapie ?

La trithérapie est un traitement médical dans lequel 3 médicaments oraux sont indiqués en parallèle pour le soulagement des symptômes de la PR. En général, ce schéma thérapeutique est prescrit lorsqu’il n’y a pas de réponse à l’approche avec un ou deux médicaments.

Chez la plupart des personnes, le méthotrexate, la sulfasalazine et l’hydroxychloroquine sont combinés. D’autres schémas associent le méthotrexate à des médicaments biologiques.

Douleur de polyarthrite rhumatoïde.
La douleur chronique est difficile à gérer. Les patients finissent par être abbatus au fil du temps.

Avantages et inconvénients de la trithérapie dans la polyarthrite rhumatoïde

Chacun des médicaments utilisés dans la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde offre de grands avantages. Le principal avantage associé à la trithérapie est un plus grand soulagement. Des études affirment que ce traitement donne de meilleurs résultats.

De même, les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde qui reçoivent une trithérapie peuvent observer une amélioration clinique en moins de temps, de manière soutenue et avec moins de risque d’aggravation des symptômes. De plus, la recherche a montré que la combinaison de méthotrexate, de sulfasalazine et d’hydroxychloroquine est utile dans l’attaque agressive précoce de cette affection.

Par ailleurs, cette option thérapeutique présente des avantages importants du point de vue des coûts. En ce sens, la trithérapie pour la polyarthrite rhumatoïde est une stratégie moins chère par rapport à l’utilisation de médicaments biologiques de nouvelle génération, comme en témoignent des études.

Un soulagement rapide est associé à moins d’absentéisme au travail.

Bien que les médicaments utilisés soient relativement sûrs, le principal inconvénient de la trithérapie réside dans les effets indésirables associés à son utilisation. L’hydroxychloroquine est associée à des éruptions cutanées, des douleurs abdominales et des diarrhées.

Aussi, certaines recherches affirment que la sulfasalazine provoque souvent des maux de tête, des étourdissements, des nausées et des vomissements. De son côté, le méthotrexate présente une toxicité aux niveaux hépatique, pulmonaire et hématologique.

Le méthotrexate a une toxicité hépatique.
L’effet indésirable de la toxicité hépatique doit être surveillé avec des tests réguliers chez ces patients.



Une stratégie aux grands bienfaits

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique qui dispose d’une grande variété d’options thérapeutiques. L’utilisation de méthotrexate et d’anti-inflammatoires au début de la pathologie est fréquente. Cependant, la thérapie combinée et la triple stratégie montrent une plus grande efficacité dans le soulagement rapide des symptômes et dans l’arrêt des lésions articulaires.

Les rhumatologues sont les spécialistes en charge du traitement. Son utilisation dépendra de l’âge, de la constitution physique, de l’état général et de la gravité de l’affection.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment prévenir la polyarthrite rhumatoïde ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment prévenir la polyarthrite rhumatoïde ?

La polyarthrite rhumatoïde peut être prévenue en tenant compte des facteurs de risque modifiables de la maladie. Nous vous l'expliquons ici.



  • Massardo Loreto. Artritis reumatoide temprana. Rev. méd. Chile. 2008;  136( 11 ): 1468-1475.
  • Secco A, Alfie V, Espinola N, Bardach A. Epidemiología, uso de recursos y costos de la artritis reumatoidea en Argentina. Revista Peruana de Medicina Experimental y Salud Pública. 2020;37(3):532-40.
  • Abásolo Alcázar L. Triple terapia en la artritis reumatoide. Reumatología Clínica. 2014;10(5):275-277.
  • Moreland LW, O’Dell JR, Paulus HE, Curtis JR, et al. A randomized comparative effectiveness study of oral triple therapy versus etanercept plus methotrexate in early aggressive rheumatoid arthritis: the treatment of Early Aggressive Rheumatoid Arthritis Trial. Arthritis Rheum. 2012 Sep;64(9):2824-35.
  • De Jong PH, Quax RA, Huisman M, Gerards, et al. Response to glucocorticoids at 2 weeks predicts the effectiveness of DMARD induction therapy at 3 months: post hoc analyses from the tREACH study. Ann Rheum Dis. 2013 Oct;72(10):1659-63.
  • Mulero Mendoza J. Tratamiento de la artritis reumatoide. Revista Clínica Española. 2004; 204(5): 273-282.