Tumeur de la glande pituitaire (ou hypophyse) : causes et symptômes

25 juin 2019
La plupart des tumeurs de la glande pituitaire (ou tumeurs de l'hypophyse) sont bénignes et croissent lentement. Elles restent dans la glande pituitaire ou bien dans les tissus adjacents.

Une tumeur de la glande pituitaire correspond à une croissance anormale des populations de cellules au niveau de cette glande, glande également appelée hypohyse. Cette glande est reliée à l’hypothalamus par un fil de nerfs et de vaisseaux sanguins.

Comme nous le disions plus haut, la plupart de ces tumeurs sont sans danger et leur croissance est lente. Étant donné qu’elles restent dans la glande pituitaire ou dans les tissus adjacents, elle ne se répandent pas dans d’autres parties du corps.

Certaines tumeurs de la glande pituitaire peuvent amener cette glande à produire un excès d’hormones. D’autres, en revanche, provoquent l’effet inverse : la glande ne produit que très peu d’hormones.

Les différents types de tumeur de la glande pituitaire

glande pituitaire

La glande pituitaire se trouve à l’intérieur du système nerveux central et elle régule de nombreuses fonctions basiques et très importantes de l’organisme via la production d’hormones.

Ces fonctions sont les suivantes : la croissance, le métabolisme, la réponse au stress et les fonctions des organes sexuels à travers la glande thyroïde, les glandes surrénales, les ovaires et les testicules.

On ignore encore quelles sont les causes à l’origine des tumeurs pituitaires. Néanmoins, certaines de ses tumeurs présentent des composantes héréditaires.

Les tumeurs de la glande pituitaire sont classées en fonction de leur fonctionnalité, comme suit :

  • tumeurs fonctionnelles
    • Les tumeurs dites fonctionnelles sont celles qui produisent trop d’hormones. En raison de cela, ces tumeurs peuvent entraîner des problèmes au sein de l’organisme. Les symptômes varient en fonction de l’hormone affectée
  • tumeurs non fonctionnelles
    • Les tumeurs dites non fonctionnelles sont celles qui ne produisent pas ou très peu d’hormones

Les maladies à l’origine d’une tumeur de la glande pituitaire

Les maladies liées à des taux d’hormones anormaux sont les suivantes :

  • syndrome de Cushing
    • Chez les patients qui souffrent du syndrome de Cushing, on peut observer de la graisse au niveau du visage, du dos et de la poitrine. Néanmoins, les jambes et les bras s’affinent
  • acromégalie
    • Il s’agit d’un trouble hormonal qui provoque une augmentation anormale de la taille des pieds, des mains et du visage
  • hormones sexuelles 
    • Les hormones de la glande pituitaire affectent les œstrogènes et la testostérone. Conséquence de cela : une femme peut produire du lait bien qu’elle n’allaite pas ou bien manifester une perte de libido

Les causes à l’origine des tumeurs de la glande pituitaire ne sont pas encore bien claires. Bien souvent, ces tumeurs ne sont pas diagnostiquées, car leurs symptômes sont similaires à ceux de bien d’autres maladies beaucoup plus fréquentes.

Cet article peut également vous intéresser : Les 6 hormones les plus importantes qui influencent le cycle d’ovulation

Les symptômes des tumeurs pituitaires fonctionnelles

Les tumeurs fonctionnelles produisent une altération hormonale dans l’organisme. L’altération dépendra de la zone de la glande affectée. En somme, lorsque nous sommes face à une tumeur fonctionnelle, les symptômes dépendent de l’hormone produite en excès.

Les hormones produites en excès peuvent être les suivantes :

  • la prolactine
    • Une production excessive de cette hormone peut provoquer des symptômes tels que des altérations au niveau des cycles menstruels, un flux de lait dans la poitrine sans pourtant allaiter, l’impuissance masculine, maux de tête et perte de vision
  • l’hormone corticotrope (hormone ACTH)
    • Lorsqu’il y a un excès de cette hormone, les symptômes suivants peuvent faire leur apparition : prise de poids, protubérance de graisse au niveau de la nuque, vergetures violettes sur la peau, fragilité osseuse, sautes d’humeur et cycles menstruels irréguliers, entre autres
  • l’hormone de croissance
    • Un taux élevé de l’hormone de croissance peut entraîner l’apparition des symptômes suivants : une croissance excessive du corps ou engourdissement des mains et des doigts. Des articulations douloureuses ou des maux de tête sont d’autres symptômes possibles
  • la thyréostimuline (TSH)
    • S’il y a un excès de TSH, les symptômes suivants feront leur apparition : rythme cardiaque irrégulier, tremblements, perte de poids, difficulté pour dormir et sueurs

Les symptômes des tumeurs non fonctionnelles

N’affectant aucune zone fonctionnelle, ce type de tumeurs ne provoquent pas de complications liées à leur croissance. En revanche, elles exercent une pression dans la glande pituitaire ou bien l’endommagent.

De plus, à cause de ces tumeurs, la glande ne secrète pas suffisamment d’hormones. Lorsque le taux d’une hormone concrète est trop faible, la glande ou l’organe contrôlé par cette hormone ne fonctionnera pas correctement.

Les symptômes les plus courants des tumeurs non fonctionnelles sont les suivants :

  • maux de tête et perte de vision
  • perte du duvet corporel
  • périodes menstruelles moins fréquentes ou absentes
  • chez les hommes, perte du duvet du visage, impuissance sexuelle et croissance du tissu mammaire
  • diminution de la libido
  • croissance et développement sexuel plus lent chez les enfants

Cet article peut également vous intéresser : 5 remèdes pour réguler naturellement les hormones

Le traitement des tumeurs de la glande pituitaire

contrôle médical de la thyroïde, liée à la glande pituitaire

Il existe plusieurs options pour soigner les tumeurs pituitaires. Parmi ces options figurent l’extraction de la tumeur, le contrôle de son évolution et la prescription de traitements médicamenteux hormonaux pour que le patient retrouve des taux d’hormones normaux.

Généralement, les tumeurs pituitaires peuvent être extraites par le nez grâce à une intervention chirurgicale. Si l’option du nez n’est pas envisageable, l’extraction se fait par le crâne.

Il est également possible de réduire la taille de la tumeur grâce à un traitement médicamenteux ou via la radiothérapie. Les spécialistes ont recours au traitement par radiothérapie lorsque un patient ne peut pas être soumis à une chirurgie.

 

  • Rojas, D. (2017). MANEJO DE LOS TUMORES DE HIPÓFISIS. Revista Médica Clínica Las Condes. https://doi.org/10.1016/j.rmclc.2017.01.008

  • Witte, F. (2005). Trastornos de la hipófisis. In Mente y cerebro. https://doi.org/10.1017/CBO9781107415324.004

  • Nieman, L., & Swearingen, B. (2010). Síndrome De Cushing Y Enfermedad De Cushing. Bioscientifica.