Un supercontaminateur, qu’est-ce que c’est ?

21 mai 2020
Un supercontaminateur est une personne malade ayant la capacité de transmettre la maladie à de nombreuses personnes. Découvrez ici comment cela se fait-il et quelles sont les implications de ce phénomène en ces temps de pandémie.

La pandémie de coronavirus (COVID-19) continue de faire partie de notre vie. Dans ce contexte, nous sommes obligés de nous familiariser avec les nouveaux termes médicaux que les médias emploient. Des tests de détection aux chiffres, taux, prédictions et statistiques, nous recevons une grande quantité d’informations épidémiologiques. Nous venons de découvrir il y a peu de temps un nouveau terme, le terme de supercontaminateur.

Que signifie ce terme ? Quel est le rôle d’un supercontaminateur dans ce contexte de pandémie ? La réponse à ces questions permet de comprendre la manière dont un supercontaminateur contribue à la propagation du virus. C’est pourquoi, dans cet article, nous vous expliquons ce que signifie ce terme.

Un supercontaminateur, qu’est-ce que c’est ?

Le terme supercontaminateur désigne une personne malade capable d’infecter plus de personnes que la moyenne des personnes infectées. Voyons ensemble un exemple.

  • Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la valeur du R0 (rythme reproductif basique) du coronavirus se situe entre 1,4 et 2,5. Cela signifie que chaque patient infecté contaminera en moyenne plus d’une personne, mais moins de trois personnes pendant la maladie
  • La valeur du Ro du virus SARS était proche de trois : pendant l’épidémie, les chercheurs ont pu constater que les supercontaminateurs étaient capables d’infecter jusqu’à 36 personnes. Cela veut dire que le rythme reproductif global de la maladie était 10 fois plus important chez ces personnes que chez des malades « normaux »
  • Au début de la pandémie de COVID-19, des cas de supercontaminateurs ont été enregistrés dans la ville de Wuhan en Chine : l’un d’entre eux avait transmis la maladie à au moins 16 professionnels de santé
  • Dans le reste du monde, il y a eu d’autres cas similaires. À New York, par exemple, un juge a transmis la maladie à au moins une vingtaine de personnes

Il est clair que le rythme reproductif basique représente une moyenne, et que le rythme reproductif individuel des supercontaminateurs est démesuré en comparaison avec le rythme moyen. Maintenant que vous savez ce qu’est un supercontaminateur, il est maintenant temps de comprendre l’importance de ce constat en ce temps de pandémie.

Cet article peut également vous intéresser : Est-il possible de contracter à nouveau le coronavirus après avoir été guéri ?

Un supercontaminateur portant un masque pour protéger les autres

Un jeu statistique

Comme tous les processus naturels, ce sont des théorèmes mathématiques qui régissent l’importance de ces sujets. Il est nécessaire de pénétrer dans le monde des nombres avec le principe de Pareto. Ce théorème décrit le phénomène statistique suivant : au sein d’une population qui contribue à un effet commun, seulement une petite proportion contribue à la majeure partie de l’effet.

En d’autres termes, c’est la règle du 20/80 : 20 % des personnes malades sont à l’origine de 80 % des infections. Certains cas de supercontaminateurs ne peuvent pas être associés à cette règle générale, mais ce phénomène a déjà été observé au cours d’autres épidémies. La transmission du coronavirus par les supercontaminateurs est tout de même importante même si elle ne suit pas la règle du 20/80. Pourquoi certains patients atteints du COVID-19 sont-ils des supercontaminateurs ?

Supercontaminateur : les facteurs de risque

Il existe différentes théories au sujet de la façon dont un patient peut contaminer un nombre démesuré de personnes. Mais on ignore quelle est la véritable cause à l’origine de ce constat :

  • Co-infection avec d’autres agents pathogènes : la cohabitation de plusieurs agents pathogènes dans notre corps peut favoriser une plus grande transmissibilité de l’un d’entre eux ou de plusieurs d’entre eux à d’autres personnes. Certaines études ont montré que des patients porteurs du VIH ou souffrant d’une maladie secondaire développait davantage la maladie que ceux qui ne présentaient aucune co-infection
  • Système immunitaire affaibli :un système immunitaire affaibli n’est pas forcément capable de freiner de manière efficace l’expansion d’un virus dans le corps. Conséquence de cela : la charge virale augmente. Une charge virale supérieure à la moyenne est associée à une plus grande capacité de transmission
  • Système immunitaire efficace : il est possible que le système immunitaire d’une personne malade soit si prêt à affronter une infection qu’il ne se rend même pas compte qu’il est infecté. À cause de cela, il continue de mener sa vie normalement tout en transmettant le virus à de nombreuses personnes
Un supercontaminateur du coronovarius

Une étude intéressante

Les résultats de cette étude publiée dans la revue Synapse sont intéressants pour cette thématique. Pendant la pandémie de SARS, des cas de patients supercontaminateurs et de patients normaux ont été enregistrés. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y avait pas de différences au niveau de la symptomatologie clinique entre les deux groupes.

Aussi bien les supercontaminateurs que les malades normaux présentaient les mêmes symptômes. A savoir de la fièvre et des dommages pulmonaires. La seule petite différence observée fut la suivante : les supercontaminateurs ont dû rester plus longtemps à l’hôpital pour surmonter la maladie.

Cet article peut également vous intéresser : Comment le coronavirus affecte-t-il chaque groupe sanguin ?

Un terme encore très énigmatique

Aussi bien l’identification que le rôle d’un supercontaminateur pendant une pandémie sont des paramètres difficiles à discerner. Néanmoins, certains organismes spécialisés mettent l’accent sur l’importance d’identifier ces personnes. Et ce dans un souci d’éviter l’augmentation du nombre de personnes infectées en ce temps de pandémie.