Vessie hyperactive chez les enfants : causes et traitement

27 juillet 2019
Une envie anormale d'uriner et une fréquence de miction supérieure à 8 fois par jour peuvent indiquer que l'enfant a une vessie hyperactive. Dans cet article, nous vous expliquons quelles sont ses causes, son diagnostic et son traitement.

La vessie hyperactive chez les enfants est un syndrome qui entraîne un besoin urgent d’uriner. Dans ces cas, le besoin est tel qu’il peut même être difficile à contrôler, entraînant une perte involontaire d’urine.

Bien que cette affection puisse survenir à la fois chez l’adulte et chez l’enfant, nous vous expliquons dans cet article ce qu’est la vessie hyperactive chez l’enfant, ses causes, son diagnostic et son traitement.

Vessie hyperactive chez les enfants

La vessie hyperactive (VH) est un syndrome qui apparaît comme une urgence, c’est-à-dire un besoin urgent d’uriner. Normalement, cela s’accompagne d’une augmentation de la fréquence d’évacuation. C’est également la deuxième cause la plus fréquente de dysfonctionnement de la vessie chez les enfants après l’énurésie.

L’intensité de l’urgence est telle que, dans de nombreux cas, il est impossible de la contrôler. Ainsi, l’enfant peut avoir des pertes d’urine. Cela, à son tour, peut causer de graves problèmes dans la vie de l’enfant, ce qui peut avoir un impact négatif sur sa vie sociale ou émotionnelle.

En effet, s’il connait des pertes d’urine dues à l’impossibilité de contrôler l’urgence urinaire, l’enfant peut commencer à éviter ou à refuser de participer à diverses activités par peur de connaître une perte d’urine. Pour cette raison, il est important de faire attention aux symptômes et de consulter un spécialiste le plus rapidement possible.

Découvrez cet article : Comment encourager les enfants à aimer les livres ?

Les symptômes

vessie hyperactive chez les enfants

Premièrement, il ne faut pas confondre la vessie hyperactive avec d’ autres affections telles que l’énurésie (fuite d’urine uniquement la nuit). La VH peut être présente à tout moment de la journée.

En général, elle présente les signes ou symptômes suivants :

  • Fréquence d’évacuation plus de 8 fois par jour
  • Difficulté à contrôler le besoin d’uriner
  • Pertes possibles d’urine
  • Des manœuvres de rétention telles que la position assise en tailleur ou l’adoption d’autres postures pour éviter les pertes
  • Dans les cas extrêmes, incontinence urinaire
  • Les symptômes provoquent une détresse ou affectent la vie normale de l’enfant

Causes de la vessie hyperactive

La théorie actuelle indique que la VH peut être liée à la maturation tardive du système nerveux central. Ainsi, lorsque la vessie est remplie, le réflexe inhibiteur de la miction ne sera pas activé efficacement.

Ce problème pourrait être lié aux conditions physiques propres à l’enfant, telles que des anomalies du système urinaire, des infections de la vessie ou des reins et un manque de maturation du système nerveux central, comme indiqué. Cependant, il pourrait également être lié à d’autres conditions telles que la constipation.

Dans certains cas, c’est parce que l’enfant n’a pas appris correctement à contrôler la miction (processus qui commence généralement de 3 à 5 ans). C’est-à-dire que l’enfant n’a pas appris à contrôler correctement ses sphincters.

En outre, des troubles tels que les troubles mentaux, de comportement, d’apprentissage ou l’anxiété, entre autres, peuvent compter parmi leurs symptômes l’apparition d’une vessie hyperactive.

Lisez également : La Méthode Doman : lire dès la petite enfance

Diagnostic

mère et son enfant sur le pot

Afin d’établir un diagnostic de VH, le médecin effectuera les tests et examens suivants :

  • Historique complet : les parents et l’enfant (si possible) devraient détailler les habitudes de miction. Un « journal de miction » sera demandé pendant quelques jours au cours desquels la fréquence et l’intensité de l’urine seront vérifiées. En outre, le médecin consultera l’historique des éventuels problèmes de miction
  • Exploration physique : cet examen sera effectué à la fois dans la zone du système urinaire et par des tests de contrôle du fonctionnement du système nerveux
  • Analyse d’urine : de cette façon, il peut être établi s’il y a des infections
  • Selon les preuves des examens précédents, le médecin peut également conseiller de procéder à une échographie ou à une autre étude urodynamique pour éliminer les problèmes majeurs

Traitement

Le traitement de la VH chez les enfants dépendra toujours de ses causes. Ainsi, par exemple, si elle est provoquée par la constipation (les fèces pressent la vessie), le traitement visera à résoudre le problème de la constipation.

Dans tous les cas, les formes de traitement les plus courantes sont :

  • Entraînement de la vessie : cela peut inclure une programmation de la miction (toutes les X heures) ou la relaxation des muscles du plancher pelvien, entre autres
  • Dans certains cas, le médecin peut recommander un traitement pharmacologique (généralement l’oxybutynine) : de cette manière, les symptômes seront soulagés jusqu’à ce que l’enfant apprenne à contrôler efficacement ses sphincters. En outre, cela pourrait prévenir les infections des voies urinaires
  • Soutien des parents : en aucun cas les parents ne doivent gronder l’enfant, car ce n’est pas volontaire. Au contraire, vous devez leur apporter votre compréhension et votre soutien. Dans ce sens, une thérapie de motivation pourrait même être établie, stimulant l’enfant avec des récompenses s’il suit le programme avec succès

Conclusion sur la vessie hyperactive chez les enfants

Il est important de connaître les symptômes de la vessie hyperactive. En effet, comme nous avons pu le constater, elle peut avoir un impact très négatif sur la vie sociale, la scolarité ou la santé émotionnelle de l’enfant, en détériorant son estime de lui-même.

Pour cette raison, il est important de consulter un médecin si nous observons des symptômes ou des signes liés à ce syndrome. De cette façon, nous pouvons d’abord éliminer les problèmes physiques, puis commencer un traitement pour le résoudre.

Dans tous les cas, le soutien des parents est toujours nécessaire. Pour cette raison, nous devons insister sur le fait que les visites constantes aux toilettes ou la perte d’urine ne doivent jamais être une raison de réprimander l’enfant. Au contraire, il doit pouvoir compter sur votre soutien, votre sérénité et votre compréhension.

 

  • San José González MÁ, Méndez Fernández P. “Incontinencia y trastornos miccionales: ¿qué podemos hacer?” Rev Pediatr Aten Primaria. 2009;11:e1-e29.
  • Herndon CD, Joseph DB. “Urinary incontinence”, Pediatr Clin North Am. 2006;53(3):363-77.
  • Fernández Fernández M, Cabrera Sevilla JE. “Trastornos miccionales y enuresis en la infancia”,
    Protoc diagn ter pediatr. 2014;1:119-34