10 changements dans votre corps lorsque vous arrêtez de manger de la viande

Arrêter de manger de la viande peut avoir ses points positifs et négatifs, il est donc essentiel de connaître tous les aspects avant de décider de suivre un régime végétarien ou végétalien.
10 changements dans votre corps lorsque vous arrêtez de manger de la viande

Dernière mise à jour : 28 décembre, 2020

La viande est une excellente source de protéines. Elle contient des vitamines B et des minéraux tels que le fer et le zinc. Sa consommation est particulièrement importante dans la phase accélérée de croissance et de développement. Que se passe-t-il dans le corps lorsque vous arrêtez de manger de la viande ?

L’élimination complète de la consommation quotidienne de viande a des conséquences pour votre corps. Vous devez être conscient qu’un régime sans viande n’est pas synonyme de santé, car il exclut une source importantes de protéines, vitamines, minéraux et autres nutriments.

Est-il bon d’arrêter de manger de la viande ?

Selon une publication dans Proceedings of the Nutrition Society, la viande est un aliment qui fit partie de l’alimentation tout au long de l’évolution humaine. Elle est pertinente d’un point de vue nutritionnel car elle fournit une quantité importante de protéines de haute valeur biologique et d’autres nutriments essentiels.

Alors, est-il bon d’arrêter de manger de la viande ? Répondre à cette question peut être complexe. Comme nous pouvons le voir, la viande fournit des nutriments essentiels à toute alimentation saine. Il existe néanmoins une certaine controverse sur son utilisation, surtout s’il s’agit de viandes rouges ou transformées.

Les informations publiées dans l’International Journal for Vitamin and Nutrition Research indiquent qu’une consommation excessive de viandes rouges et transformées augmente le risque de mortalité totale, de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et d’autres maladies non transmissibles. 

Les experts et les nutritionnistes conviennent toutefois qu’une consommation modérée ne devrait pas comporter de risques, surtout si vous choisissez des coupes maigres. De sorte qu’arrêter de manger de la viande est une décision personnelle qui n’est pas toujours synonyme de bien-être. En cas de doute, il est préférable d’en discuter avec un professionnel de la nutrition.

La viande
La viande est un aliment qui s’inscrit dans une alimentation saine et variée. Cependant, sa consommation doit être modérée.

Changements que vous ressentez lorsque vous arrêtez de manger de la viande

Une étude publiée dans Revue Scientifique et Technique souligne qu’une consommation modérée de viande peut aider à éviter la carence en certains nutriments essentiels, car elle contient de grandes quantités de protéines et des doses modérées de fer, de zinc, de sélénium, de vitamine D et de vitamine B12.

Cette même recherche conclut néanmoins que l’arrêt de la consommation de viande peut réduire le développement d’une grande variété de maladies chroniques. De sorte que cela pourrait avoir des effets bénéfiques sur la sécurité alimentaire mondiale. Il existe en outre une préoccupation croissante quant à la durabilité de la production animale d’élevage.

Convient-il d’arrêter de manger de la viande ? Examinons de plus près les avantages et les inconvénients de ne pas manger de viande. Si vous voyez suffisamment de raisons pour limiter votre consommation, tant mieux. Il est toutefois préférable de consulter un nutritionniste pour savoir comment couvrir les nutriments perdus en ne consommant pas cet aliment.

1. Perte de poids

Les personnes qui arrêtent de manger de la viande peuvent perdre plusieurs kilos car le corps cessera d’absorber les graisses de ces aliments. De plus, à moyen et long terme, cela permet de réduire les marqueurs de l’inflammation, lesquels sont associés au surpoids. 

Il est néanmoins essentiel de couvrir les besoins en protéines car il s’agit d’un macronutriment déterminant dans le métabolisme et la santé musculaire. Il est présent dans les légumineuses, les viandes blanches, les poissons et autres aliments sains.

2. Bactéries intestinales

La microflore des personnes qui consomment de la viande et des végétariens est très différente, comme le détaillé dans le Human Microbiome Journal. Il semble que les personnes qui consomment plus d’aliments à base de plantes ont des bactéries plus bénéfiques.

Cependant, reconstruire et améliorer votre flore n’est pas quelque chose que vous pouvez faire en un jour. De sorte que le gonflement et les gaz ne disparaissent pas instantanément. Il en est ainsi parce que l’intestin et le pancréas vont s’habituer aux plantes et aux aliments et les enzymes seront réduites.

3. Santé de la peau

Les personnes qui cessent de prendre de la viande veillent à ce que leur peau s’améliore, bien qu’il n’y ait aucune preuve à l’appui de ce faitSelon une étude publiée en 2017, en augmentant la consommation d’aliments végétaux au lieu de viandes, vous obtenez davantage d’antioxydants, essentiels à la santé de la peau.

La viande
Limiter la consommation de viande rouge et augmenter la consommation d’aliments végétaux peut, à long terme, affecter la bonne santé de la peau.

4. Augmentation de l’apport en fibres

En limitant la consommation de viandes, il convient d’augmenter la consommation de sources protéiques d’origine végétale. Grâce à cela, il est possible d’obtenir un apport plus important en fibres car les aliments végétaux contiennent généralement ce nutriment.

5. Santé cardiovasculaire

Une étude publiée par JAMA Internal Medicine montre qu’une consommation excessive de viande rouge et transformée entraîne un risque accru de maladie cardiovasculaire et de décès.

Selon les preuves, la consommation fréquente de ces aliments augmente les risques de maladies cardiovasculaires jusqu’à 7%. Elle est en outre associée à un risque 3% plus élevé de toutes les causes de décès.

6. Moins de risque de diabète

Les personnes qui suivent un régime végétarien ont un risque plus faible de syndrome métabolique, comme détaillé dans cette étude publiée Current Diabetes Reports.

Il s’agit d’un ensemble de facteurs de risques liés au diabète de type 2 (non insulino-dépendant), aux accidents vasculaires cérébraux et aux maladies cardiaques.

La viande
Arrêter de manger de la viande et augmenter la consommation d’aliments végétaux est associé à un risque moindre de diabète.

7. Déficit en nutriments

En ne consommant pas de viande, vous présenterez un déficit en nutriments nécessaires au bon fonctionnement de votre organisme. Vous aurez certainement une carence en iode, en fer et en vitamines D et B12.

Heureusement, il est possible d’équilibrer cette situation avec une planification minutieuse de l’alimentation. Le nutritionniste peut vous guider vers la consommation de légumineuses et d’autres aliments contenant ces nutriments.

8. Manque de saveur

Vos papilles réagissent à la consommation de zinc qui se concentrent dans les huîtres et les viandes rouges. Par conséquent, lorsque vous laissez la viande de côté, vous devez chercher de nouvelles sources de nourriture pour absorber ce minéral. Certaines options sont les haricots blancs, des noix, des grains entiers et des produits laitiers.

9. Santé musculaire

Les protéines animales et végétales sont nécessaires pour construire et restaurer les muscles après l’exercice, il est donc conseillé aux athlètes végétariens et végétaliens de consommer des protéines liquides juste après l’exercice.

10. Moins de risque de dépression

Les preuves de la relation entre la consommation de viande et une plus grande tendance à la dépression ne sont pas encore solides. Cependant, une méta-analyse publiée dans BMC Psychiatry n’exclut pas une relation entre une consommation excessive de cet aliment et ce trouble de santé mentale.

Arrêtez de manger de la viande, un choix personnel

Les preuves sur la consommation de viande continuent aujourd’hui de susciter des opinions partagées. En général, pour la plupart des personnes en bonne santé, manger de la viande n’est pas un problème. Il semble toutefois que limiter sa consommation puisse avoir des bénéfices à moyen et long terme.


Cela pourrait vous intéresser ...
Les 6 meilleurs aliments pour augmenter le bon cholestérol (HDL)
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Les 6 meilleurs aliments pour augmenter le bon cholestérol (HDL)

Les LDL ou bon cholestérol (HDL), sont des substances lipidiques qui aident à éliminer l'excès de mauvais cholestérol (LDL) qui s'accumule dans les...



  • Pascual, T. (2010). Las proteinas. Vive Sano. https://doi.org/3.866
  • Gil, A., Victoria, E. M. de, & Olza, J. (2015). Indicators for the evaluation of diet quality. Nutrición Hospitalaria. https://doi.org/10.3305/nh.2015.31.sup3.8761
  • McAfee, A. J., McSorley, E. M., Cuskelly, G. J., Moss, B. W., Wallace, J. M. W., Bonham, M. P., & Fearon, A. M. (2010, January). Red meat consumption: An overview of the risks and benefits. Meat Science. https://doi.org/10.1016/j.meatsci.2009.08.029
  • Richi, E. B., Baumer, B., Conrad, B., Darioli, R., Schmid, A., & Keller, U. (2015). Health risks associated with meat consumption: A review of epidemiological studies. International Journal for Vitamin and Nutrition Research. Verlag Hans Huber AG. https://doi.org/10.1024/0300-9831/a000224
  • Senghor, B., Sokhna, C., Ruimy, R., & Lagier, J. C. (2018, April 1). Gut microbiota diversity according to dietary habits and geographical provenance. Human Microbiome Journal. Elsevier Ltd. https://doi.org/10.1016/j.humic.2018.01.001
  • Addor FAS. Antioxidants in dermatology. An Bras Dermatol. 2017;92(3):356–362. doi:10.1590/abd1806-4841.20175697
  • Dhingra D, Michael M, Rajput H, Patil RT. Dietary fibre in foods: a review. J Food Sci Technol. 2012;49(3):255–266. doi:10.1007/s13197-011-0365-5
  • Kim, H., Caulfield, L. E., Garcia-Larsen, V., Steffen, L. M., Coresh, J., & Rebholz, C. M. (2019). Plant-Based Diets Are Associated With a Lower Risk of Incident Cardiovascular Disease, Cardiovascular Disease Mortality, and All-Cause Mortality in a General Population of Middle-Aged Adults. Journal of the American Heart Association8(16). https://doi.org/10.1161/JAHA.119.012865
  • Turner-McGrievy, G., & Harris, M. (2014). Key elements of plant-based diets associated with reduced risk of metabolic syndrome. Current Diabetes Reports. Current Medicine Group LLC 1. https://doi.org/10.1007/s11892-014-0524-y
  • Maxfield L, Crane JS. Zinc Deficiency. [Updated 2019 Sep 19]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK493231/
  • Richter CK, Skulas-Ray AC, Champagne CM, Kris-Etherton PM. Plant protein and animal proteins: do they differentially affect cardiovascular disease risk?. Adv Nutr. 2015;6(6):712–728. Published 2015 Nov 13. doi:10.3945/an.115.009654