4 remèdes avec des épices appuyés par la science

Beaucoup des propriétés des remèdes avec des épices ont été appuyées par la science. Il ne s'agit cependant pas d'un traitement de première ligne et on doit donc les utiliser avec précaution. Que faut-il aussi prendre en compte ?
4 remèdes avec des épices appuyés par la science

Dernière mise à jour : 07 juin, 2021

Les épices sont connues dans la majorité des foyers grâce à leurs applications culinaires et médicinales. Étant donné qu’elles viennent ajouter de la saveur et des arômes aux repas, nous avons l’habitude de les utiliser lors de la préparation de viandes, de légumes, de potages et autres nombreuses recettes. Par ailleurs, par tradition, nous préparons aussi des remèdes contre différents maux et affections.

Mais leurs propriétés médicinales ont-elles été prouvées ? Que nous disent les recherches scientifiques à ce sujet ? Heureusement, au cours de ces dernières années, plusieurs études ont été réalisées pour analyser les effets de ce type d’ingrédients sur notre santé. Ainsi, beaucoup des bénéfices qu’on leur attribue ont été appuyés par la science. Découvrez-les !

Remèdes avec des épices appuyés par la science

La majorité des remèdes avec des épices proviennent de la littérature populaire et de données anecdotiques qui font référence à leurs bénéfices. Néanmoins, afin de déterminer si elles apportent réellement un effet, beaucoup de chercheurs ont décidé d’étudier leurs propriétés.

Ainsi, par exemple, une révision publiée dans la revue Critical Reviews in Food Science and Nutrition signale que les épices contiennent des composés chimiques comme les phénylpropanoïdes, les terpènes, les flavonoïdes et les anthocyanes, qui leur confèrent un potentiel thérapeutique.

On leur attribue aussi une activité antioxydante, analgésique, anti-inflammatoire et antimicrobienne, ce qui pourrait expliquer leur capacité à améliorer notre santé. Malgré cela, nous devons prendre en compte qu’aucun remède de ce type ne constitue une option de première ligne ou un remplacement du traitement médical.

Les épices peuvent simplement, venir aider, grâce à leurs propriétés, quand nous faisons face à certains problèmes de santé. Dans tous les cas, comme elles peuvent causer des effets secondaires, nous devons les employer avec précaution en consultant un médecin au préalable. Découvrons quatre options.

1. Le curcuma contre la douleur et l’inflammation

Le curcuma est l’une des épices avec un potentiel thérapeutique les plus étudiées de ces dernières années. Plus concrètement, il peut nous servir à préparer des remèdes contre la douleur et l’inflammation. Une étude pilote publiée dans Phytotherapy Research en est la preuve : les personnes atteintes d’arthrite ont vu leur douleur se réduire après avoir pris 500 mg de curcumine.

D’autres études appuient ces mêmes effets et suggèrent que le curcuma peut être aussi efficace que l’ibuprofène contre la douleur en cas d’ostéoarthrite du genou. Dans tous les cas, davantage d’études sont nécessaires.

Nous pouvons consommer cette épice en doses de 2 à 5 grammes. Cela peut se faire à travers des comprimés, des extraits ou des thés. Nous pouvons même préparer le traditionnel « lait de curcuma » qui consiste à ajouter une demi-cuillérée de curcuma en poudre (3 g) dans une tasse de lait tiède.

Un bol de curcuma.

Le curcuma a un grand pouvoir anti-inflammatoire.

2. Le gingembre contre la douleur et les nausées

Le composé actif du gingembre, le gingérol, a été étudié en raison de son potentiel analgésique, antioxydant et anti-inflammatoire. Ainsi, une révision systématique publiée dans Nutrition Journal signale que ses extraits sont utiles pour réduire la douleur chronique subjective sans le risque des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Une autre étude a déterminé que cette épice constituait un remède avec un potentiel antiémétique : elle représente donc une option économique et sûre pour contrôler les nausées et vomissementsNéanmoins, d’autres études sont nécessaires pour déterminer la dose adéquate.

Nous pouvons prendre du gingembre en quantités modérées, en ajoutant une cuillérée de cette épice râpée (5 g) dans une tasse d’eau. Si nous le souhaitons, nous pouvons ajouter un peu de miel pour sucrer ou du jus de citron. Nous pouvons boire cette boisson 2 ou 3 fois par jour.

3. La cannelle pour réduire les niveaux de sucre dans le sang

Attention ! Avant d’essayer ce remède naturel, il est important de prendre en compte les recommandations médicales. Même si les études suggèrent des bénéfices de la cannelle dans le contrôle du glucosenous ne devons pas en prendre dans des quantités excessives et nous ne pouvons pas non plus l’utiliser pour remplacer les médicaments.

Si nous sommes sous traitement médical, il vaut mieux consulter notre médecin pour écarter toute interaction. Maintenant que cela a été précisé, voyons ce qu’en disent les études. La cannelle contient une substance appelée cinnamaldéhyde, à laquelle on attribue un grand nombre de ses propriétés.

Une étude publiée dans Journal of Diabetes Science and Technology indique que la cannelle contribue à augmenter la sensibilité à l’insuline et le transport du glucose. Par ailleurs, elle améliore le taux de glucose chez des sujets en bonne santé et a des effets bénéfiques chez des patients avec un syndrome métabolique. Une publication de la revue médicale Diabetes, Obesity and Metabolism souligne également que les études ont démontré que cette épice pouvait réduire le glucose dans le sang à jeun entre 10 et 29 % chez des patients diabétiques.

La dose recommandée va de 1 à 6 grammes par jour. Nous pouvons l’ajouter dans des infusions, des smoothies et autres préparations. L’essentiel est d’éviter de trop en consommer.

Un bol en bois de cannelle.

L’utilisation de la cannelle pour contrôler la glycémie est une option thérapeutique mais il faut bien veiller à la combiner aux médicaments adéquats et prescrits par un médecin.

4. Le piment de Cayenne contre la douleur

Parmi les nombreux remèdes avec des épices qui existent, ceux élaborés à base de piment de Cayenne font partie des plus acceptés. D’ailleurs, on utilise actuellement ses extraits pour l’élaboration de produits pharmaceutiques. Ceci se doit à un composé actif qu’il contient, la capsaïcine, qui lui confère des effets analgésiques et anti-inflammatoires.

Une révision publiée dans la revue Molecules souligne que les études ont confirmé que la capsaïcine était utile pour soulager la douleur. Plus concrètement, elle pourrait avoir des effets bénéfiques modestes contre plusieurs syndromes de douleur, comme la névralgie post-herpétique, la neuropathie diabétique et la douleur musculosquelettique chronique.

Pour tirer profit de ces propriétés, nous pouvons acquérir un patch de capsaïcine à 8 % sur ordonnance. Elle est aussi disponible en extraits et en suppléments. Dans tous les cas, nous devons d’abord consulter notre médecin.

Si nous le voulons, nous pouvons aussi faire une préparation maison avec du piment de Cayenne. Pour cela, nous pouvons mélanger une cuillérée de piment de Cayenne (10 g) avec une tasse d’huile de coco (200 g). Ensuite, il faut faire chauffer la préparation au bain-marie jusqu’à ce que les ingrédients se mélangent bien. Enfin, il faut laisser reposer et l’utiliser de façon topique sur les zones qui font mal.

Que retenir des remèdes avec des épices

Grâce aux études réalisées au cours de ces dernières années, nous pouvons aujourd’hui avoir recours à certains remèdes avec des épices sans la moindre crainte. Nous devons cependant bien garder à l’esprit qu’ils ne remplacent pas le traitement médical et qu’ils ne font qu’aider légèrement contre certains maux. Pour les utiliser de façon sûre, nous devons consulter notre médecin et nous renseigner sur leurs possibles effets secondaires et interactions.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les meilleures herbes et épices pour votre cerveau
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les meilleures herbes et épices pour votre cerveau

Pour votre cerveau il faut commencer à consommer ces herbes et épices pour optimiser votre activité cérébrale et profiter de leurs bienfaits.



  • Tapsell, L. C., Hemphill, I., Cobiac, L., Patch, C. S., Sullivan, D. R., Fenech, M., … Inge, K. E. (2006). Health benefits of herbs and spices: the past, the present, the future. The Medical Journal of Australia. https://doi.org/10.5694/j.1326-5377.2006.tb00548.x
  • Jessica Elizabeth, D. L. T., Gassara, F., Kouassi, A. P., Brar, S. K., & Belkacemi, K. (2017). Spice use in food: Properties and benefits. Critical Reviews in Food Science and Nutrition57(6), 1078–1088. https://doi.org/10.1080/10408398.2013.858235
  • Opara EI, Chohan M. Culinary herbs and spices: their bioactive properties, the contribution of polyphenols and the challenges in deducing their true health benefits. Int J Mol Sci. 2014;15(10):19183–19202. Published 2014 Oct 22. doi:10.3390/ijms151019183
  • Chandran, B., & Goel, A. (2012). A randomized, pilot study to assess the efficacy and safety of curcumin in patients with active rheumatoid arthritis. Phytotherapy Research26(11), 1719–1725. https://doi.org/10.1002/ptr.4639
  • Hewlings SJ, Kalman DS. Curcumin: A Review of Its’ Effects on Human Health. Foods. 2017;6(10):92. Published 2017 Oct 22. doi:10.3390/foods6100092
  • Lete I, Allué J. The Effectiveness of Ginger in the Prevention of Nausea and Vomiting during Pregnancy and Chemotherapy. Integr Med Insights. 2016;11:11–17. Published 2016 Mar 31. doi:10.4137/IMI.S36273
  • Qin B, Panickar KS, Anderson RA. Cinnamon: potential role in the prevention of insulin resistance, metabolic syndrome, and type 2 diabetes. J Diabetes Sci Technol. 2010;4(3):685–693. Published 2010 May 1. doi:10.1177/193229681000400324
  • Fattori V, Hohmann MS, Rossaneis AC, Pinho-Ribeiro FA, Verri WA. Capsaicin: Current Understanding of Its Mechanisms and Therapy of Pain and Other Pre-Clinical and Clinical Uses. Molecules. 2016;21(7):844. Published 2016 Jun 28. doi:10.3390/molecules21070844