5 astuces pour réduire sa consommation de viande

28 août 2019
Il existe un aspect fondamental sur lequel nous devons porter notre attention. Lorsque l'on réduit sa consommation de viande, il faut ingérer davantage d'autres aliments afin de compléter l'apport nutritionnel.

Ces dernières années en particulier, on essaie de plus en plus de réduire sa consommation de viande. Et ce que ce soit pour des raisons de santé, de goût ou pour lutter contre la maltraitance des animaux. Néanmoins, ces personnes se demandent comment diminuer la viande de manière saine.

Réduire sa consommation de viande amenuisera votre risque de souffrir d’hypertension artérielle, d’hypercholestérolémie, de problèmes d’acide urique ou d’hypertriglycéridémie.

Cependant, pour les personnes qui ne sont pas habituées, franchir soudainement cette étape peut être un changement trop radical. C’est pourquoi, nous vous conseillons une série d’astuces pour commencer à manger moins de viande et faciliter l’adoption de cette habitude alimentaire.

Astuces pour réduire la consommation de viande

1. La viande n’est pas indispensable pour la santé

Il existe un mythe très répandu selon lequel la viande est indispensable pour maintenir la bonne santé de l’organisme. Toutefois, cela est faux. En effet, nous disposons d’une grande variété d’aliments qui nous fournissent les nutriments nécessaires pour couvrir les besoins nutritionnels.

En ce sens, commencez par diminuer la fréquence hebdomadaire avec laquelle vous consommez de la viande et par réduire également les portions. Par ailleurs, rappelez-vous que la viande englobe non seulement les viandes rouges et les volailles, mais aussi :

  • Chorizo
  • Saucisses
  • Charcuterie
  • Pâtés
Un assortiment de viandes découpées et préparées

2. Les légumes et les légumineuses, nos grands alliés

Un aspect fondamental à prendre en compte est que lorsque l’on réduit sa consommation de viande, on doit ingérer davantage d’autres aliments afin de compléter l’apport nutritionnel.

De toute évidence, il s’agit des légumes qui vous apporteront le fer et les protéines dont vous avez besoin. Par conséquent, il est primordial d’augmenter la consommation de lentilles, car elles représentent une grande source de protéines, de fibres, de vitamine B, de minéraux et de fer.

Toutefois, il existe également d’autres aliments complets comme les haricots et les légumineusesle soja ou les céréales telles que le riz, l’avoine ou le blé.

3. Les courses hebdomadaires

Une astuce particulièrement simple que vous pouvez mettre en place pour réduire la consommation de viande peut être d’arrêter d’en acheter. Si vous n’avez pas de viande à la maison, vous n’en mangerez pas.

Lors des courses hebdomadaires, essayez d’acheter davantage de légumes, de fruits et de légumineuses. Vous serez étonné de la variété d’aliments d’origine végétale proposée sur le marché et du large choix de recettes disponibles.

Lisez également: 3 recettes de pâtés aux légumes pour vous régaler

4. La réduction progressive de la consommation de viande

Comme nous l’avons déjà mentionné, il est important de réduire la quantité de viande de façon progressive. L’objectif sera ainsi atteint de manière plus efficace. Vous pouvez donc commencer par :

  • Éliminer les produits carnés du petit-déjeuner
  • Manger des légumes plusieurs fois par semaine à la place de la charcuterie ou d’autres produits d’origine animale. Les salades, les omelettes ou une préparation à base de légumineuses peuvent être d’excellentes alternatives
  • Découvrir de nouvelles recettes sans viande : en effet, lorsque vous vous apercevrez de toutes les possibilités qui existent, votre motivation à manger moins de viande sera plus grande
Un tas de steaks

Si vous souhaitez réduire votre consommation de viande pour des raisons de santé, la meilleure astuce est d’opter pour de la charcuterie allégée. Comme par exemple, la dinde, le jambon ou les viandes maigres telles que le poulet.

En revanche, si vous voulez diminuer la viande afin d’adopter une alimentation végétarienne ou vegan, vous devrez alors éliminer complètement la consommation de tout aliment qui contient de la viande. Ceci dit, il est toujours plus facile de le faire petit à petit afin d’habituer l’organisme à ce type d’alimentation.

5. Le poisson à la place de la viande

Si vous faites partie de ces personnes qui veulent arrêter de manger autant de viande pour des raisons de santé et non pour adopter un régime végétarien, un bon conseil pour y parvenir est d’ajouter davantage de poisson à votre alimentation. Cela remplacera ainsi la viande.

Par ailleurs, les poissons bleus sont une excellente source d’acides oméga-3 et d’huiles grasses bénéfiques. Il s’agit donc d’une option idéale à préparer en substitution de la viande. Par ailleurs, d’autres poissons, comme le mérou, la dorade ou le merlu sont faibles en graisses et très sains pour l’organisme.

Découvrez également: 5 poissons que vous devriez éviter

Réduire sa consommation de viande : conclusion

Si vous souhaitez changer vos habitudes alimentaires et réduire la consommation de viande, n’oubliez pas que toute modification dans l’alimentation requiert un certain temps pour s’y adapter. Néanmoins, lorsque vous y parviendrez, vous remarquerez les résultats et vous vous sentirez beaucoup mieux dans votre peau.

 

  • fedna. (2010). propiedades de la lenteja. Fedna.
  • Rojas Allende, D., Figueras Díaz, F., & Durán Agüero, S. (2017). Ventajas y desventajas nutricionales de ser vegano o vegetariano. Revista Chilena de Nutrición. https://doi.org/10.4067/S0717-75182017000300218
  • Alberto, P. (2005). Micronutrimentos en vegetarianos. Revista de Endocrinología y Nutrición.
  • Marines Argüelles, L. (2016). Vegetarianos con ciencia. ぎょうせい.
  • Neff RA, Edwards D, Palmer A, Ramsing R, Righter A, Wolfson J. Reducing meat consumption in the USA: a nationally representative survey of attitudes and behaviours. Public Health Nutr. 2018;21(10):1835–1844. doi:10.1017/S1368980017004190
  • Nuñez, M. A., Kuebbing, S., Dimarco, R. D., & Simberloff, D. (2012). Invasive Species: To eat or not to eat, that is the question. Conservation Letters. https://doi.org/10.1111/j.1755-263X.2012.00250.x