5 choses à connaître sur les maladies auto-immunes

Même si les maladies auto-immunes sont souvent chroniques, il ne faut pas désespérer. Il y a une multitude d'approches qui peuvent nous aider à les comprendre et à améliorer notre qualité de vie.

Les maladies auto-immunes sont toujours un mystère pour la science. Aujourd’hui, nous ne savons pas très bien pourquoi le système immunitaire attaque les cellules de l’organisme au point de les détruire.

Des maladies comme la sclérose en plaques, la maladie de Crohn ou l’arthrite rhumatoïde sont des exemples de ce type de maladies, très difficiles à vivre.

Dans de nombreux cas, la prédisposition génétique est déterminante même si d’autres facteurs environnementaux sont en cause.

Les personnes qui vivent au quotidien avec cette réalité voient leur qualité de vie baisser très fortement.

Ce sont des maladies qui sont souvent chroniques et qui peuvent affecter diverses parties du corps comme c’est le cas du lupus érythémateux systémique (LES).

Dans cet article, nous allons vous donner 5 informations à connaître sur les maladies auto-immuns.

Si tel est votre cas ou que vous avez autour de vous une personne qui souffre de ce problème, n’hésitez pas à découvrir ces nouvelles informations et les avancées médicales afin vous sentir mieux le plus tôt possible.

1. Qu’est-ce qui provoque les maladies auto-immunes ?

Nous vous avons dit précédemment que le poids de la génétique est souvent très important.

Découvrez : Un puissant remède maison pour réduire l’hypertension artérielle et renforcer les défenses naturelles

De fait, on sait qu’une interaction entre les facteurs environnementaux et certains gênes détermine l’apparition des maladies auto-immunes. Cependant, il n’y a pas de corrélation de 100%.

  • De même, la théorie actuelle consiste à penser qu’il existe des antigènes qui, lorsqu’ils sont absorbés par l’intestin, peuvent déclencher certaines maladies.
  • Cette théorie se base sur la perméabilité intestinale. Une anormalité de ces organes peut ouvrir la voie pour les antigènes qui passent de l’intestin au sang.

De cette manière, la réponse immunitaire est altérée et provoque ce que l’on appelle le « tissu ennemi » dans certaines organes, jusqu’à les attaquer et les détruire.

renforcer-le-systeme-immunitaire-500x375

2. De plus en plus de maladies liées à l’auto-immunité sont diagnostiquées

Le fait qu’il y ait de plus en plus de maladies auto-immunes diagnostiquées ne signifie pas forcément qu’il y a plus de cas.

C’est tout simplement qu’il y a de meilleurs mécanismes pour identifier les douleurs que l’on associait avant à de simples allergies ou à d’autres douleurs.

  • Aujourd’hui, les maladies auto-immunes sont reconnues comme un problème de santé important. Il est nécessaire de permettre aux patients de s’exprimer et d’être présents pour qu’ils se sentent soutenus.
  • La science dispose à présent de meilleurs mécanismes pour comprendre le processus auto-immune, ses failles et ses symptômes liés aux différents groupes de maladies chroniques.
  • Aujourd’hui, les enfants qui reçoivent un bon diagnostic sont nombreux, et cela permet de traiter leur maladie auto-estime le plus tôt possible.

3. Quels sont les types de maladies auto-immunes ?

On peut diviser les maladies auto-immunes en plusieurs groupes :

  • Les maladies systémiques : elles n’affectent pas un organe en particulier mais peuvent en attaquer plusieurs. C’est le cas de la maladie cœliaque ou la sclérose latérale amyotrophique (ELA).
  • Les syndromes locaux : ils impliquent un tissu en particulier. Ils peuvent être à caractère dermatologue, hématologique et endocrinien. Parmi elles, on trouve la thyroïdite de Hashimoto ou la colite ulcéreuse.Maladie de Crohna.

 

4. Comment se traitent les maladies auto-immunes ?

Comme nous vous l’avons signalé au début, la plupart des maladies auto-immunes n’ont pas de remède. Il s’agit de maladies chroniques avec lesquelles il faut apprendre à vivre (il faut les accepter et les affronter avec l’aide de bons professionnels).

Nous vous recommandons aussi de lire : L’arthrose de la cheville : une douleur silencieuse dont souffrent beaucoup de gens

Ainsi, il est nécessaire de comprendre et d’appliquer les conseils suivants :

  • Soulager les symptômes à l’aide d’un traitement adapté.
  • Conserver les organes et leur activité. Que ce soit l’intestin, le foie ou même la peau, il faut lutter pour conserver son intégrité et sa qualité de vie dans la mesure du possible.
  • Essayer de nouveaux traitements et être au courant des avancées, des découvertes et des stratégies.

5. Souvenez-vous que vous n’êtes pas seul

shutterstock_303857288-500x334

Vivre avec un lupus ou une sclérose en plaques n’est pas facile pour le patient mais également pour la famille.

  • Pour nous permettre de « survivre » à ces circonstances personnelles, il est nécessaire de traiter la maladie à partir de plusieurs approches.
  • Au traitement médical, on ajoute l’assistance et le psychosocial. Nous devons savoir que nous ne sommes pas seuls. Il existe plusieurs associations qui permettent de ressentir du soutien et de la compréhension.
  • Les groupes de soutien et les associations sont indispensables dans ces cas. Ils nous aident à mieux comprendre la maladie.
  • Vous découvrirez de nouvelles perspectives, des cas similaires au vôtre et vous serez au courant des avancées de la science.

Pour conclure, même si les maladies auto-immunes nous conduisent à un style de vie différent et plus focalisé sur le soin, l’attention et la lutte pour une meilleure qualité de vie et une dignité, souvenez-vous que vous n’êtes pas seul.

La science continue à lutter chaque jour pour vous soigner et vous offrir le meilleur.