6 maladies courantes pendant la grossesse

· 1 juillet 2018
Chaque grossesse peut connaitre des complications. Il existe des maladies qui émergent tout au long de son développement. Avant celles-ci, le contrôle médical et la détection à temps aident à l'espérance de vie de la mère et du bébé.

Les changements que le corps de la femme éprouve au cours du processus de mise en forme et de vie d’un autre être humain l’exposent à l’apparition de certaines maladies courantes pendant la grossesse, qui disparaissent habituellement après la naissance du bébé.

Tout comme de nombreuses femmes souffrent de ces maladies courantes pendant la grossesse, les femmes qui n’en souffrent pas sont aussi nombreuses. Certaines maladies sont plus fréquentes que d’autres. Certaines sont bénignes, tandis que d’autres sont plus complexes car elles peuvent affecter le développement normal lors de la grossesse et de la gestation du bébé.

Quelles sont les maladies courantes pendant la grossesse ?

Le contrôle prénatal adéquat est celui qui garantit qu’aucune de ces situations ne met en péril la santé de la femme enceinte, ni la vie du futur bébé. Il est très important d’être conscient de l’apparition des premiers symptômes.

Anémie

L'anémie pendant la grossesse

L’anémie la plus courante pendant la grossesse est causée par une carence en fer dans le sang. Pendant la grossesse, la quantité de sang circulant augmente, car la mère transporte du sang oxygéné au bébé.

Le fer se lie aux globules rouges pour transporter l’oxygène. Une faible consommation de fer provoque chez la femme une sensation de fatigue, un teint pâle et une tachycardie présente. Dans les cas graves, une telle baisse de fer affecte la croissance du bébé.

Il est habituel que les médecins prescrivent des suppléments de fer (par voie orale ou intraveineuse) à la femme enceinte. Et qu’au moins deux mesures des niveaux sanguins soient faites pendant la grossesse. Dans les cas les plus graves, les médecins peuvent indiquer la performance des transfusions sanguines. Une bonne nutrition est essentielle pour éviter l’anémie.

Gingivite

L’augmentation du flux sanguin au cours du premier trimestre de la grossesse et des niveaux de progestérone peuvent provoquer une gingivite chez les femmes enceintes. Cela peut être accentué quand la nausée du matin rend les dents très sensibles.

Les hormones modifient également le pH de la salive, compliquant davantage cette condition. Une visite chez le dentiste, pendant le premier trimestre et le troisième trimestre, pour effectuer un nettoyage est recommandée.

En outre, certaines recettes naturelles pour prévenir la gingivite sont utilisées pour garder les dents en bonne santé. Comme le brossage avec du bicarbonate de soude et l’application de miel de borax sur les gencives pour protéger la santé bucco-dentaire de la femme enceinte. Si la femme parvient à préserver son hygiène buccale, la gingivite devrait disparaître à la fin de la grossesse.

Infections de l’appareil urinaire

Les infections pendant la grossesse

Les changements hormonaux et la structure pelvienne que chaque femme enceinte a, influence le fait que les défenses sont insuffisantes pour contenir les bactéries qui colonisent l’urètre. Ce qui génère des infections dans les voies urinaires, une autre des maladies courantes pendant la grossesse.

Parmi les symptômes les plus fréquents, nous trouvons :

  • Miction fréquente
  • Urine avec une mauvaise odeur et une couleur trouble
  • Sensation que la vessie ne se vide pas complètement
  • Douleurs dans le bas-ventre et dans le dos
  • Présence de sang
  • Fièvre

Il existe des cas pendant lesquels la femme enceinte ne présente pas de symptômes. Ce qui est plus dangereux, car ils provoquent des menaces d’avortement ou de naissance prématurée. Le médecin indique habituellement au moins deux tests d’urine pendant la grossesse.

Il existe des remèdes naturels qui peuvent soulager cette condition. Mais vous devez toujours être prudent avec les infusions de plantes médicinales.

Si les infections sont fréquentes et ne donnent pas lieu à un traitement, le médecin doit indiquer une culture d’urine pour déterminer quel est l’antibiotique le plus recommandé, à la fois pour la mère et pour le bébé en développement.

Infections vaginales

Les changements corporels et hormonaux qui prédisposent une femme à avoir des infections dans les voies urinaires pendant la grossesse sont les mêmes qui génèrent des infections vaginales.

La femme enceinte peut avoir des pertes vaginales abondantes, nauséabondes et qui démangent. Un autre symptôme peut être la douleur ou la brûlure pendant les rapports sexuels. Il est habituel que le médecin indique un traitement à partir de ces symptômes.

Dans certains cas, il peut indiquer une culture (y compris un Papanicolaou) pour déterminer s’il s’agit d’une infection par des bactéries, des champignons, des parasites ou une combinaison de ceux-ci. Le traitement le plus fréquent est celui des ovules vaginaux, avec lesquels on évite d’exposer le bébé aux médicaments.

Diabète gestationnel

Les principales maladies pendant la grossesse

De la même manière, les changements hormonaux sont responsables des altérations du taux de sucre dans le sang de la femme enceinte. S’il existe également une prédisposition génétique chez ces femmes, ce type de diabète peut apparaître pendant la grossesse et disparaître après l’accouchement.

Au-delà de la faim, de la soif et de la miction, la femme enceinte peut connaître une augmentation considérable de son poids et de la taille du bébé (macrosomie fœtale). En outre, elle peut présenter un excès de liquide amniotique (polyhydramnios).

Ces complications peuvent engendrer de la mort fœtale à des problèmes respiratoires chez le bébé après l’accouchement. Aussi, à l’avenir lui faire développer le diabète ou souffrir d’obésité. Le diabète gestationnel ne doit donc pas être pris à la légère.

Le médecin doit indiquer un test de glycémie. Et quand il y a un risque plus élevé, une courbe de tolérance au glucose. Lors de la confirmation des résultats positifs, une alimentation équilibrée est essentielle pour contrôler cette situation. Si le régime ne suffit pas, le médecin indiquera l’administration d’injections quotidiennes d’insuline.

Prééclampsie

Une augmentation de la pression artérielle au cours de la seconde moitié de la grossesse peut indiquer une prééclampsie. C’est l’une des maladies courantes pendant la grossesse à risque plus élevé. Car c’est la deuxième cause de décès chez les femmes enceintes. Seul un contrôle médical adéquat peut éviter les complications qu’elle engendre.

La femme peut ne pas avoir de symptômes majeurs. Seule la mesure de la pression artérielle dans chaque contrôle médical permet de déterminer sa présence. Au fur et à mesure que cette affection progresse, la femme présente une rétention d’eau, des maux de tête. Mais également des bourdonnements dans les oreilles, des troubles visuels, des douleurs à l’estomac et des convulsions.

Avant une mesure de 140/90 ou plus, le médecin indiquera un test d’urine pour déterminer la présence de protéines. Cela confirmera la prééclampsie, devant laquelle le médecin indiquera l’aboutissement de la grossesse. Ce qui mettra également en péril la vie du bébé en fonction de la semaine de gestation dans laquelle il se trouve.