6 maladies des voyageurs

10 août 2020
De nombreuses pathologies endémiques aux pays tropicaux se propagent sous forme de maladies du voyageur. Cela est dû à l'augmentation du flux de vacanciers et de touristes.

Lorsque nous voyageons dans d’autres pays, notamment dans les pays tropicaux, nous savons que les risques de contracter une maladie sont élevés. C’est pourquoi nous devons tenir compte des mesures préventives, telles que les vaccinations et les conseils médicaux préalables, pour éviter les maladies des voyageurs.

La plupart de ces maladies sont bénignes, comme la diarrhée ou les infections respiratoires, et nous n’y prêtons généralement pas attention. Toutefois, lorsque les voyageurs infectés retournent dans leur pays, ils peuvent constituer une menace sérieuse pour la santé publique, en raison du risque de transmission locale.

Maladies infectieuses des voyageurs

Il arrive souvent que nous contraction une maladie en dehors de notre pays, et le problème n’est pas seulement que nous en souffrons à notre retour, mais que nous pouvons la transmettre et la faire se propager. Il s’agit des maladies infectieuses importées.

Les voyages internationaux sont monnaie courante à notre époque, et les maladies infectieuses sont à l’ordre du jour. Parmi les plus courantes, on trouve les maladies gastro-intestinales, respiratoires et dermatologiques.

La diarrhée chez les voyageurs

C’est le problème de santé le plus fréquent en voyage. Les crises de diarrhée sont généralement légères, bien que gênantes pour ceux qui en souffrent tout au long de leurs vacances. Les germes qui en sont le plus souvent la cause sont les suivants :

  • Escherichia coli entérotoxique est la principale bactérie à l’origine de cette symptomatologie. Cependant, il existe des parasites coccidiens qui sont de plus en plus fréquents. Parmi ces agents pathogènes, on trouve également des virus, tels que les rotavirus et les norovirus
  • Campylobacter jejuni et E. coli : principales causes de maladies d’origine alimentaire. La consommation de viande et de volaille crue ou insuffisamment cuite augmente les risques
  • Salmonelle : est la bactérie qui provoque la fièvre typhoïde, la fièvre paratyphoïde et les maladies d’origine alimentaire.
  • Shigella fait également partie des bactéries pathogènes qui se propagent en consommant des aliments contaminés

Malaria ou paludisme, une maladie typique des voyageurs

Cette pathologie est considérée comme éradiquée depuis des années. Pourtant, elle reste hors de contrôle dans de nombreux pays tropicaux et subtropicaux. Il s’agit donc d’une maladie à risque pour les voyageurs. Chaque année, elle provoque entre 350 et 500 millions d’infections et jusqu’à un million de décès. Il s’agit de données recueillies dans le cadre du Plan d’action mondial contre la malaria.

Le paludisme est de plus en plus importé dans les pays développés, en raison de l’augmentation des voyages vers les pays tropicaux. La transmission du parasite Plasmodium falciparum se faisait autrefois entre les citoyens du pays endémique lui-même. De nos jours, il est typique qu’une personne soit infectée lors d’une visite.

Les moustiques sont porteurs de certaines maladies contractées par les voyageurs.

 

Lire la suite : Comment utiliser la vitamine B1 comme anti-moustique

Fièvre de la dengue

La dengue est une maladie causée par le virus de la dengue, un membre de la famille des Flaviviridae, qui est transmis par les moustiques femelles Aedes.

Bien qu’elle soit considérée comme une maladie endémique, typique des pays tropicaux, on observe aujourd’hui une nette expansion géographique due à la mondialisation et au transport aérien.

Cette pathologie se présente avec différents états de gravité. Cela peut aller d’une fièvre légère à la dengue hémorragique. Le problème avec le vaccin est qu’il existe quatre sérotypes du virus. Cette situation rend difficile le développement de l’immunisation.

Le virus Zika

Comme dans les cas précédents, les voyages ont contribué à son expansion rapide, créant un grave problème de santé publique.

Ce virus est contracté par la piqûre d’un moustique Aedes, semblable à celui qui transmet la dengue. Lorsque le moustique sain pique une personne, ou un mammifère infecté, le virus passe dans le sang du moustique et, à partir de ce moment, il se propage au reste des êtres qui piquent.

Le contact sexuel a également été étudié comme l’un des moyens les plus courants de contracter et de transmettre le virus, puisqu’il est présent dans le liquide séminal de la personne infectée. Cela est très dangereux pour les femmes enceintes, qui peuvent avoir des bébés atteints de microencéphalie.

En tant que maladie du voyageur, une personne infectée peut propager le virus dans différentes régions en voyageant. Il y a même des cas où des moustiques infectés ont voyagé avec le touriste dans ses bagages.

Le virus du chikungunya

Ce virus se caractérise par le fait qu’il provoque une arthralgie grave chez la personne infectée, l’amenant à s’affaler. Les symptômes sont similaires à ceux causés par les virus de la dengue et du zika.

Bien que la dengue, également de la famille des Flaviviridae, puisse être transmise de la mère à l’enfant pendant la grossesse, comme le zika, elle ne peut être contractée par contact sexuel. Et le chikingunya présente une fièvre très élevée et des douleurs articulaires, différentes de celles du zika.

Cette maladie du voyageur est transmise par le moustique tigre (Aedes albopictus). Elle  est diagnostiquée chaque année en France, en particulier chez les immigrants.

La fièvre Crimée-Congo, une autre maladie typique des voyageurs

Jusqu’à présent, nous avons vu des exemples de maladies du voyageur transmises par des insectes. Le nom générique de ces syndromes est la fièvre hémorragique virale (FHV). Ses symptômes vont de l’infection asymptomatique aux cas mortels.

Cependant, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo est une maladie du FHV transmise par les tiques. Cette infection provoque de la fièvre et des saignements plus légers que le virus Ebola. Il n’existe pas de traitement antiviral à l’heure actuelle contre ce dernier.

Les travailleurs de la santé figurent au sein du groupe à risque lorsqu’ils traitent des patients infectés, en plus de la transmission nosocomiale. Elle est typique de l’Afrique, mais comme nous l’avons dit, son expansion est associée à la propagation des maladies infectées par les voyageurs.

Des valises de voyageurs.

 

En savoir plus : Le nombre de contaminées par le virus Zika en Colombie pourrait atteindre les 600000 !

Quelques mesures de prévention et d’éducation concernant les maladies des voyageurs

Comme nous l’avons vu, nous devons tenir compte de certaines considérations médicales avant d’entreprendre notre voyage. Les maladies du voyageur sont une préoccupation de notre époque.

En prenant des mesures de base, nous empêcherons la propagation et la transmission future de ces agents pathogènes dans notre pays et aux personnes dans notre environnement. Ces recommandations sont notamment les suivantes :

  • Recevoir un avis médical préalable. Surtout les personnes à haut risque, comme celles qui souffrent d’une maladie chronique, les personnes âgées, les enfants ou les femmes enceintes
  • Emporter les consignes de sécurité du pays de destination
  • Revoir les calendriers de vaccination de tous les membres de la famille qui voyagent
  • Suivre les directives sur les stratégies comportementales et d’autotraitement. Avant tout, prendre des mesures de protection contre les insectes
  • Accorder une attention particulière à la sécurité des aliments et de l’eau

Bien que nous ayons mentionné dans cet article certaines des maladies le plus souvent contractées lors d’un voyage, nous devons nous rappeler qu’elles ne sont pas les seules. La grippe aviaire, la grippe A, le SRAS, le virus Ebola et la diphtérie, entre autres, peuvent être inclus.

 

  • Freedman, D.O., Chen, L.H. and Kozarsky, P.E. Medical considerations before international travel. N. Engl. J. Med. (2016) 375 (3): 247-260.
  • Pavli, A. and Maltezou, H.C. Malaria and travellers visiting friends and relatives. Travel Med. Infect. Dis. (2010) 8 (3): 161-168.
  • Ross, A.G.P., Olds, G.R., Cripps, A.W., Farrar, J.J. and McManus, D.P. Enteropathogens and chronic illness in returning travelers. N. Engl. J. Med. (2013) 368(19).
  • Noor, R. and Ahmed, T. Zika virus: epidemiological study and its association with public health risk. J. Infect. Public Health. (2018) 11(5): 611-616.
  • Weaver, S.C. and Lecuit, M. Chikungunya virus and the global spread of a mosquito-borne disease. N. Eng. J. Med. (2015) 372(13).
  • Leblebicioglu, H., Ozaras, R., Fletcher, T.E. and Beeching, N.J. ESCMID study group for infectios in travellers and migrants (ESGITM). Crimean-Congo haemorrhagic fever in travellers: a systematic review. Travel Med. Infect. Dis. (2016) 14(2):73-80.
  • Khetarpal, N. and Khanna, I. Dengue fever: causes, complications, and vaccine strategies. Journal of Immunology Research. (2016) 2016:6803098.
  • Mischilnger, J., Rönnberg, C, Álvarez-Martínez M.J. et al. Imported malaria in countries where malaria is not endemic: a comparision of semi-immune and nonimmune travelers. Clin. Microbiol. Rev. (2020) 33(2)