90 % des Espagnols sont porteurs du virus varicelle-zona

Le zona est une maladie qui provoque des douleurs intenses et qui, selon les statistiques, touche près d'un tiers des personnes de plus de 50 ans. Apprenez-en plus ci-dessous.
90 % des Espagnols sont porteurs du virus varicelle-zona

Dernière mise à jour : 04 août, 2022

Le virus de la varicelle, plus précisément appelé « virus varicelle-zona », ne cause pas seulement la maladie éruptive infantile connue sous le nom de varicelle. Il est aussi responsable du zona, une maladie que 30 % des personnes de plus de 50 ans développeront au moins une fois dans leur vie.

Mais si on parle du virus varicelle-zona, les statistiques sont plus concluantes. Plus de 90 % des plus de 14 ans, à un moment de leur vie, ont été en contact avec cet agent viral.

Le zona est-il dangereux ? Existe-t-il un moyen d’éliminer le virus une fois qu’il a dormi dans le corps ? Nous répondons à ces questions ci-dessous.

Les statistiques

Selon une étude, 1 personne sur 3 âgée de plus de 50 ans développe un zona. Aussi, 1 personne sur 10 de la même tranche d’âge aura des névralgies post-zostériennes (douleur intense qui persiste dans la zone du zona après la disparition des lésions).

Les auteurs notent que les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont plus à risque. Ces patients immunodéprimés pourraient avoir jusqu’à 50 % plus de risques de développer un zona que le reste de la population.

L’Espagne en particulier enregistre jusqu’à 559 nouveaux cas de zona pour 100 000 habitants dans certaines communes. Et les données deviennent plus répandues à mesure que les personnes âgées sont prises en compte.

À partir de 60 ans, ceux qui ont eu la varicelle dans leur enfance sont plus susceptibles de connaître une réactivation du virus qui est resté en sommeil dans le corps. 1 personne sur 5 passera par cette réactivation. Et parmi les personnes qui ont eu le zona, 6 % d’entre elles l’aura de nouveau.

Virus varicelle-zona.
Le virus varicelle-zona a une forte circulation dans la population générale. Il a la capacité de rester dormant dans les nerfs.



Qu’est-ce que le zona ?

Le zona est la réactivation du virus varicelle-zona qui est resté dormant dans le corps. Une fois l’être humain infecté, presque toujours dans l’enfance, l’agent viral reste inactif dans l’organisme, plus précisément dans les neurones.

Il peut y rester des décennies. Et il n’est pas nécessaire que le patient ait remarqué l’infection par la varicelle dans son enfance. Même les cas asymptomatiques ou ceux présentant des signes bénins sont susceptibles que le virus « se cache » et reste latent.

En situation de baisse des défenses, à cause du stress, à cause de certains médicaments ou à cause de l’âge, le virus se réactive. Et ce, en provoquant une éruption cutanée avec de petites cloques qui peuvent apparaître dans différentes zones du corps, telles que l’espace intercostal, le dos et même le visage (yeux, oreilles et bouche).

C’est le zona bien connu, qui provoque une sensation de brûlure et de douleur intense dans le trajet des cloques et qui coïncide avec le parcours du nerf affecté.

Il est courant que la douleur apparaisse avant l’éclosion. Une fois que les vésicules apparaissent, elles commencent à se briser de manière asynchrone, formant des croûtes là où elles se trouvaient. A 14-21 jours, les croûtes tombent spontanément.

Il y a parfois de la fièvre, mais pas toujours. Il peut également y avoir des douleurs musculaires ou des maux de tête.

Les formes les moins courantes du zona sont celles situées sur le visage et l’abdomen. La forme oculaire est l’une des plus douloureuses.



La névralgie postzostérienne, une complication redoutée

L’évolution normale et attendue du zona est de 1 mois. Passé ce délai, la plupart des patients n’ont plus de symptômes et toutes les lésions cutanées ont disparu.

Cependant, jusqu’à un tiers des personnes touchées peuvent développer une complication connue sous le nom de névralgie post-zostérienne. C’est une douleur très intense qui persiste malgré la disparition des cloques.

La sensation de brûlure dure plus de 3 mois dans cette complication et les patients ont également une sensibilité accrue dans la région. Même le frottement des vêtements intensifie l’inconfort.

Force est de constater que la qualité de vie s’en trouve grandement affectée, notamment du fait de son prolongement dans le temps, jusqu’à 4 ans dans les cas les plus graves.

Lésions de zona.
Les vésicules d’herpès zoster suivent le trajet du nerf où le virus s’est logé dans son état de latence.

Existe-t-il un traitement contre la varicelle-zona ?

Le diagnostic est généralement confirmé par une éruption cutanée, bien que dans certains cas la confirmation soit faite par des tests spécifiques.

Il existe des traitements antiviraux qui doivent être utilisés dans les 72 premières heures suivant l’apparition du zona. Il est également recommandé de garder l’éruption cutanée propre et sèche pour éviter une infection cutanée secondaire.

Actuellement, il n’existe aucun remède pour éliminer le virus du corps, mais c’est une maladie qui peut être prévenue.

Que dois-je faire en cas de suspicion de varicelle-zona ?

Une fois que les symptômes du zona apparaissent, il est préférable de consulter un professionnel de santé. Les antiviraux précoces pourraient réduire la durée des symptômes.

À domicile, chaque patient doit être responsable du soin de ses plaies causées par les cloques et les vésicules. La peau doit rester sèche pour éviter les surinfections.

C’est une maladie qui demande beaucoup de patience. C’est pourquoi il est important de s’informer et de suivre les recommandations des professionnels.

Cela pourrait vous intéresser ...
Nouvelle épidémie de monkeypox : que sait-on de ce virus ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Nouvelle épidémie de monkeypox : que sait-on de ce virus ?

Début 2022, une nouvelle épidémie de monkeypox a été signalée à l'OMS. Découvrez ce que l'on sait jusqu'à présent.



  • Hadley, Graham R., et al. “Post-herpetic neuralgia: a review.” Current pain and headache reports 20.3 (2016): 1-5.
  • Le, Phuc, and Michael Rothberg. “Herpes zoster infection.” Bmj 364 (2019).
  • Mizukami, Akiko, et al. “Impact of herpes zoster and post-herpetic neuralgia on health-related quality of life in Japanese adults aged 60 years or older: results from a prospective, observational cohort study.” Clinical drug investigation 38.1 (2018): 29-37.
  • Muñoz-Quiles, Cintia, et al. “Herpes zoster risk and burden of disease in immunocompromised populations: a population-based study using health system integrated databases, 2009–2014.” BMC infectious diseases 20.1 (2020): 1-14.