Accouchement dans l’eau : tout ce qu’il faut savoir

7 janvier 2020
L'accouchement dans l'eau est un moyen efficace de soulager la douleur de la mère pendant le travail de naissance. Etant donné que les risques sont minimes, il s'agit d'une forme efficace d'accouchement naturel.

Ces dernières années, nous avons constaté que de plus en plus de femmes préfèrent un accouchement qui diffère de la naissance traditionnelle. Ainsi, de nombreuses femmes enceintes font le choix d’un accouchement dans l’eau ou à domicile.

En effet, l’accouchement dans l’eau est une option qui devient de plus en plus populaire bien que peu de centres de santé le permettent ou disposent de l’équipement nécessaire.

Dans cet article, nous vous proposons d’en connaître davantage sur l’accouchement dans l’eau, ses bienfaits, et les aspects à prendre en compte.

L’accouchement dans l’eau

Une femme enceinte qui s'apprête à faire son accouchement dans l'eau

Selon la Fédération Espagnole des Sages-femmes : « L’immersion dans l’eau chaude est une méthode efficace pour soulager la douleur pendant le travail », en particulier lors de la phase tardive de la première étape de l’accouchement. Cela consiste à donner naissance alors que le ventre de la femme enceinte se trouve immergé dans l’eau.

Par conséquent, l’objectif primordial de la naissance sous l’eau est de soulager la douleur. En effet, l’immersion dans l’eau est considérée comme un traitement non-pharmacologique de la douleur qui permet une meilleure sensation de contrôle de la future maman.

Cette méthode a été étudiée pour la première fois au Royaume-Uni. Ils en ont conclu que les bénéfices étaient tels qu’une baignoire pour ce type de procédure d’immersion devait être une option disponible dans tous les hôpitaux et cliniques du pays.

Malheureusement, dans la plupart des pays, cette possibilité n’existe pas. Autrement dit, les établissements publics ne disposent pas de baignoires spécifiques pour ce type de travail.Ni les moyens nécessaires comme, par exemple, un logiciel pour pouvoir effectuer des enregistrements cardiographiques sans fil.

Comment se déroule l’accouchement dans l’eau ?

Un bébé qui vient de naître suite à un accouchement dans l'eau

Tout d’abord, pour pouvoir choisir ce type d’accouchement, il est nécessaire d’avoir l’équipement nécessaire, ainsi que la présence d’un obstétricien et d’une sage-femme spécialisés.

  • L’eau de la baignoire doit être à une température de 37°C. Si la température est inférieure, la détente est plus difficile à avoir. En revanche, si elle est supérieure, cela peut être contre-productif. La femme enceinte ne doit pas rester dans l’eau plus de 90 minutes consécutives. Elle fera alors des allers-retours
  • Par ailleurs, l’eau doit recouvrir le ventre. Autrement dit, elle doit monter jusqu’à la poitrine
  • L’idéal est de rentrer dans la baignoire lorsque la dilatation est comprise entre 3 et 5 centimètres. Néanmoins, rien ne prouve pour l’instant qu’un moment est meilleur qu’un autre. L’immersion est indiquée pour la phase de dilatation. Par conséquent, beaucoup de femmes préfèrent sortir de l’eau pour la naissance
  • L’équipement nécessaire doit se trouver à portée de main. En d’autres termes, un moniteur sans fil qui permet de vérifier que le bébé va bien. Si c’est le cas, le spécialiste peut demander à la maman si elle souhaite accoucher dans l’eau ou pas
  • Au cas où la mère décide de rester dans l’eau, rien ne prouve que ce type d’accouchement est meilleur qu’un autre. Dans tous les cas, il faut savoir que le bébé respire à travers le cordon ombilical jusqu’à ce qu’il soit coupé. Par conséquent, il n’y a aucun risque que le nouveau-né se noie

Découvrez également : Douleurs de l’accouchement : 5 techniques de relaxation

Bienfaits de l’accouchement dans l’eau

Selon la Fédération des Sages-femmes, les avantages de rester dans l’eau durant la phase de dilatation sont les suivants :

  • Une meilleure détente périnéale, vaginale et cervicale
  • De plus grandes mobilité et daptation des positions qui favorisent la descente du foetus (accroupissement).
  • L’hydrothérapie peut raccourcir la période de dilatation
  • Le foetus bénéficie d’une maman détendue, puisque la perfusion d’oxygène placentaire est maximisée
  • Cela facilite également la relaxation grâce à l’apesanteur. Par ailleurs, la vasodilatation légère qui se produit dans l’eau diminue la pression artérielle et augmente le pouls de la mère, provoquant ainsi une augmentation de l’oxygénation de l’utérus et du foetus
  • Dans le cas de l’accouchement, l’eau favorise le passage du bébé depuis le liquide amniotique vers le monde extérieur
  • La meilleure détente et le soulagement de la douleur permettent, dans la majorité des cas, un accouchement naturel sans besoin d’anesthésie

Quels sont les risques ou les inconvénients ?

Les inconvénients sont réellement peu nombreux. Parmi eux, on trouve :

  • Le risque dhémorragie post-partum est plus grand
  • En cas de complications, pour accéder aux soins médicaux, il faut sortir de l’eau
  • Il peut être inconfortable de rentrer et de sortir de l’eau

Lisez aussi : Qu’est-ce que la préparation à l’accouchement et quand a-t-elle lieu ?

Conclusion…

L’accouchement dans l’eau semble présenter plus d’avantages que d’inconvénients. Cependant, dans tous les cas, cela dépendra de chaque grossesse. De si elle est à risque ou de si elle présente des complications.En ce sens, le gynécologue sera la personne qui pourra déterminer si ce type d’accouchement est judicieux ou non.

Enfin, la naissance sous l’eau contient un avantage supplémentaire. Il s’agit de la capacité de la future mère à décider de la façon dont elle veut accoucher. Cela peut la rendre plus en confiance avec elle-même tout au long du travail.

 

  • Marrupe, L. H. (2010). La coronariografía. Libro de La Salud Cardiovascular Del Hospital Clinico San Carlos y de La Fundacio BBVA.
  • Fernández-Miranda, C., Luis Aranda, J., Paz, M., Núñez, V., González, P. G., Díaz-Rubio, P., … Gómez Izquierdob, M. T. (2001). Aterosclerosis subclínica de la arteria carótida en pacientes con enfermedad coronaria. Medicina Clínica. https://doi.org/10.1016/S0025-7753(01)71864-7
  • Alvarez, B. G., & Docampo, M. M. (2005). Arteriosclerosis. In Measuring Immunity: Basic Biology and Clinical Assessment. https://doi.org/10.1016/B978-012455900-4/50316-0