Addictions comportementales : définition, types et traitement

25 janvier 2021
Il existe de nombreuses formes de toxicomanie qui ne nécessitent l'utilisation d'aucun type de substance. Bien qu'elles soient moins connues ou acceptées par la société de manière tacite, elles restent un problème.

Les dépendances ne sont pas toutes liées à la consommation d’alcool ou de drogues. En réalité, il existe d’autres types de comportements beaucoup plus courants et même quotidiens que l’on en est presque venu à normaliser sans savoir que derrière eux se cache un problème psychologique clair. Les addictions comportementales en sont des exemples.

Une utilisation intensive du téléphone mobile au point de ne pas pouvoir s’en débarrasser est un comportement addictif. De même pour celui qui canalise ses émotions par la nourriture et les crises de boulimie.

Il existe de nombreuses formes et variantes de cette catégorie clinique. De plus, dans le domaine de la psychologie et de la psychiatrie, c’est une avancée que le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-V) intègre enfin cette nomenclature.

Ce n’est qu’en 2013 qu’une séparation a été établie entre les toxicomanies et les dépendances comportementales. Et quelque chose qui peut vous sembler hors de propos est en fait déterminant pour l’approche thérapeutique. Plongeons un peu plus profondément dans ce sujet.

Que sont les addictions comportementales ?

Jusqu’à il y a quelques décennies, on supposait que toute dépendance nécessitait la consommation d’un certain type de substance. Ainsi, un comportement préjudiciable qu’une personne ne pouvait cesser de répéter était considéré comme un problème de contrôle des impulsions.

Cependant, aujourd’hui, nous savons déjà que des faits tels que la dépendance aux téléphones portables ou la pornographie ne reposent pas uniquement sur un supposé « je ne peux pas me contrôler ». Le mécanisme cérébral de la dépendance ne nécessite pas l’utilisation de substances externes, telles que le cannabis, les amphétamines, la cocaïne, la caféine, la nicotine et l’alcool.

Il existe des habitudes de comportement apparemment inoffensives et sans conséquence qui peuvent créer une dépendance. La raison se trouve dans le cerveau. Les changements que ces comportements génèrent modifient le rapport au bonheur. La dopamine et les stimulants enrichissants mais brefs qu’elles nous donnent deviennent l’élément dont le cerveau a besoin pour se sentir bien.

Cet article pourrait vous intéresser : L’addiction à la pornographie : conséquences

Une personne retourne des cartes.
Le jeu est l’un des types de dépendance comportementale les plus courants.

Addictions sans drogue : comment est-ce possible ?

Les dépendances comportementales sont un ensemble de comportements qui échappent au contrôle de la personne et qui sont nocives. De même, elles partagent les mêmes caractéristiques que les toxicomanies. Mais dans ce cas, la consommation de tout produit ou élément externe n’a pas besoin de se produire.

En revanche, si l’on se demande pourquoi ces comportements apparaissent, la réponse réside dans l’émotion qu’ils peuvent générer : positive, réconfortante, agréable et toujours obsessionnelle. La personne concernée n’est pas toujours consciente de cette dépendance car, en général, il s’agit de comportements inoffensifs (comme jouer à des jeux vidéo).

Ces comportements addictifs sont activés par un mécanisme de renforcement positif, tel que le plaisir ressenti ou l’euphorie. Mais à mesure que le comportement devient obsessionnel, des symptômes d’inconfort et de sevrage apparaissent lorsque le besoin n’est pas satisfait.

Quels sont les principaux types de dépendances comportementales ?

Il existe de nombreux types de dépendances comportementales. De plus, depuis l’arrivée des nouvelles technologies, de nouvelles typologies ont vu le jour. Tout cela oblige les professionnels du domaine de la santé à développer des mécanismes de détection et de traitement. Beaucoup de ces conditions surviennent dans une population de plus en plus jeune.

Voyons maintenant quels sont les plus courants :

  • Trouble du jeu ou ludopathie : la pratique du jeu d’argent est très présente dans notre société. Sa pratique est encore plus importante depuis l’apparition des maisons de paris. Le manque de réglementation dans la protection des mineurs est aussi un problème.
  • Trouble du jeu sur Internet : Des études scientifiques, telles que celles menées à l’Université de Nottingham Trent, nous montrent que ce type de dépendance est très fréquent chez les adolescents.
  • Dépendance à Internet : il y a des milliers de personnes incapables de lever les yeux sur tout ce qui se passe sur les réseaux.
  • Addiction à la pornographie : la consommation de matériel audiovisuel à contenu sexuel est l’une des addictions comportementales les plus courantes.
  • Dépendance au mobile : il s’agit d’un autre phénomène récurrent dont beaucoup d’entre nous ne sont pas conscients. Le simple fait de séparer ou de perdre cet appareil déclenche une grande anxiété.
  • Dépendance sexuelle : le besoin de satisfaire le désir sexuel peut devenir obsessionnel et nuisible.
  • Troubles de l’alimentation : tels que la frénésie alimentaire ou l’obsession d’une alimentation saine.
  • Shopping compulsif.
  • Troubles de la dépendance affective ou addiction amoureuse : dans ces cas, des addictions comportementales peuvent également surgir dans la sphère relationnelle. Ce trouble définit les situations dans lesquelles il nous est impossible de quitter un partenaire, même si ce lien est destructeur.

Découvrez aussi : Troubles de l’alimentation chez les enfants autistes

Quels sont les symptômes d’une dépendance comportementale ?

Tout comportement addictif peut se manifester de plusieurs manières. Or, des experts dans le domaine des addictions comportementales, comme le professeur de psychologie Enrique Echebarrúa, explique dans son livre « Addictions without Drugs » que ces troubles se manifestent comme suit :

  • Désir intense et envie d’une activité agréable.
  • Perte progressive de contrôle sur l’activité, sans pouvoir arrêter de l’exécuter.
  • Négligence des activités quotidiennes : comme le travail, académique ou relationnel.
  • Lorsque l’entourage est conscient de ce qui se passe et avertit la personne, elle le nie et devient défensif.
  • Usure progressive des relations.
  • Lorsque la personne ne peut pas exécuter ce comportement, elle éprouve un syndrome de sevrage : anxiété, irritabilité, inconfort, colère, colère.
Deux adolescents jouant aux jeux vidéo.
La technologie a facilité l’apparition de comportements addictifs chez les plus jeunes de la société.

Comment ces types de dépendances sont-elles traitées ?

La manière de traiter les addictions comportementales repose toujours sur un fait : ces troubles présentent généralement une comorbidité avec dépression, anxiété ou troubles de la personnalité. Il est essentiel de réaliser un bon diagnostic et d’être attentif à la réalité particulière de chaque patient.

Généralement, une approche multidimensionnelle est appliquée qui combine l’approche pharmacologique et psychologique. Dans ce dernier cas, la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie motivationnelle, ainsi que les thérapies de groupe et familiales/conjugales sont efficaces.

D’autre part, les domaines sur lesquels nous devrions travailler en psychothérapie sont l’estime de soi, la rationalisation des pensées, le contrôle des impulsions, la gestion des émotions et les stratégies d’adaptation, ainsi que ceux visant à prévenir les rechutes. Il est important d’établir de nouveaux objectifs et de futurs projets .

Les addictions comportementales sont très courantes chez les jeunes et les adolescents. Nous avons donc besoin de la collaboration et de la sensibilisation des familles et des éducateurs pour prévenir et détecter ce type de réalité.

  • Echeburúa E, Corral P. Adicción a las nuevas tecnologías y a las redes sociales. Adicciones. 2010; 22, 91-96.
  • Echeburúa E. ¿Adicciones sin drogas? Las nuevas adicciones. Bilbao: Desclee de Brouwer; 1999.
  • Griffiths M. Does Internet and computer “addiction” exist? Some case study evidence. Ciberpsychology & Behavior.
    2000;3: 211-218.
  • López, A. Luengo. “Adicción a Internet: conceptualización y propuesta de intervención.” Revista Profesional Española de terapia cognitivo-conductual 2.1 (2004): 22-52.
  • Echeburúa, Enrique, Paz Corral, and Pedro J. Amor. “El reto de las nuevas adicciones: objetivos terapéuticos y vías de intervención.” Psicología conductual 13.5 (2005): 511-525.
  • Gossop M. Relapse and addictive behaviour. London: Routledge; 1989. 8. Marks I. Behavioural (non-chemical) addictions. British Jour- nal of Addictions. 1990; 85: 1389-1394.
  • Potenza M. Should addictive disorders include nonsubstance related conditions? Addiction. 2006; 10 (S1): 142-151
    Fairburn C. La superación de los atracones de comida. Barcelona: Paidos; 1998.
  • Labrador FJ, Villadangos S. Adicciones a nuevas tecnologías en jóvenes y adolescentes. En: Echeburúa E, Labrador FJ, Becoña E. (Eds.). Adicción a las nuevas tecnologías en adolescentes y Jóvenes. Madrid: Pirámide; 2009.p.205-220.
  • Davis RA. A cognitive-behavioral model of pathological Internet use. Computers in Human Behavior. 2001; 17: 187-195.
    22.