Alcoolisme chez les adolescents : tout ce que vous devez savoir

La consommation d'alcool chez les adolescents est de plus en plus fréquente, et peut avoir de graves conséquences. Découvrez ici comment prévenir ce problème.
Alcoolisme chez les adolescents : tout ce que vous devez savoir
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par la psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 25 novembre, 2022

La consommation d’alcool est normalisée dans notre société ; elle est même perçue comme une activité désirable. Les boissons alcoolisées sont présentes dans de multiples contextes et sont les protagonistes des célébrations et des rassemblements familiaux et amicaux. Or, si la consommation présente un risque pour les adultes, l’alcoolisme chez les adolescents peut avoir des conséquences bien plus graves.

On estime que plus de 76 % des adolescents ont consommé de l’alcool à un moment de leur vie et près de 28 % se sont enivrés au cours du dernier mois. La consommation de boissons alcoolisées est très fréquente chez la population adolescente et la première expérience commence de plus en plus tôt.

Au vu de ces données, il est impératif que les parents prennent des mesures préventives pour éviter que leurs enfants ne subissent des conséquences à court et à long terme. Si vous ne savez pas comment commencer à résoudre le problème, découvrez ici tout ce que vous devez savoir à ce sujet.

Quelles sont les causes de l’alcoolisme chez les adolescents ?

Pour que la prévention soit efficace, il est important de comprendre pourquoi les jeunes consomment de l’alcool. En premier lieu, il ne fait aucun doute que la normalisation de la consommation et la facilité d’accès sont des points clés.

En raison de cela, non seulement les jeunes sous-estiment les risques, mais ils peuvent aussi se procurer simplement des boissons alcoolisées. D’autre part, la nature même de l’adolescence peut contribuer à la consommation pour différentes raisons :

  • L’adolescent cherche à rompre avec les valeurs parentales et les attitudes de défi sont fréquentes. Ainsi, la consommation d’alcool peut être considérée comme un acte de rébellion.
  • Le besoin d’être accepté par ses pairs et de faire partie du groupe est renforcé. Par conséquent, la pression sociale exerce une grande influence.
  • L’adolescence est une étape de grands changements qui peut submerger les jeunes. Dans l’alcool, l’adolescent peut trouver un moyen d’éviter la souffrance et de surmonter ses peurs et ses limites.
  • Un sentiment d’invulnérabilité apparaît qui conduit l’adolescent à penser qu’il ne sera affecté par aucune des conséquences de l’alcool.

De plus, il existe certains phénomènes qui font que l’alcoolisme peut devenir chronique. Il a été constaté que les jeunes sont beaucoup moins sensibles aux effets sédatifs et aversifs de l’alcool. En effet, ils ressentent des effets de renforcement dans une plus grande mesure que les adultes.

Pour cette raison, ils n’ont pas les barrières qui limitent la consommation chez les adultes. Pour eux, à court terme, les avantages l’emportent sur les inconvénients.

Alcool normalisé chez les adolescents.
L’alcool est normalisé dans la société, sa consommation est donc plus fréquente, en raison de son acceptation.

Risques et conséquences sanitaires de l’alcoolisme chez les adolescents

Les dommages d’une consommation excessive d’alcool sur l’organisme sont bien connus. Cependant, quand on parle d’adolescents, les conséquences peuvent être plus néfastes, car ces derniers sonten développement.

Premièrement, l’alcool modifie l’action hormonale de la puberté et affecte la croissance. Mais surtout, les principales conséquences apparaissent au niveau psychosocial.

Le développement du cerveau n’est pas terminé, l’alcoolisme affecte donc les capacités cognitives. Le cortex préfrontal (responsable du raisonnement, de la planification et de la prise de décision) continue de mûrir pendant plusieurs années.

De même, l’attention, la mémoire et les apprentissages peuvent être gravement altérés, les conséquences étant d’autant plus importantes que la consommation d’alcool du jeune est plus fréquente et prolongée. De plus, certaines conditions psychologiques (anxiété, dépression et faible estime de soi) peuvent apparaître dans une plus grande mesure dans ces cas.

Comme si cela ne suffisait pas, il a été démontré que l’âge de la consommation d’alcool est significativement lié au risque de développer une consommation problématique ou une dépendance. Ainsi, plus l’ingestion commence tôt, plus le mineur risque de générer une dépendance.



[/atomik -lu-aussi ]

La consommation d’alcool peut déclencher d’autres problèmes

En plus des effets directs sur la santé physique et mentale des adolescents, la consommation d’alcool peut générer une série de problèmes indirects dérivés d’un manque de contrôle des impulsions :

  • Plus grande probabilité de comportements sexuels à risque et, par conséquent, de transmission de maladies (MST) ou de grossesses non désirées
  • Augmentation de l’agressivité et des comportements violents envers les membres de la famille, les collègues ou les partenaires sentimentaux
  • Risque accru de subir des accidents d’automobile ou autres
  • Plus grande possibilité de commencer à consommer d’autres substances ou drogues et de développer une dépendance à celles-ci.
Adolescents ayant une consommation problématique d'alcool.
La consommation problématique d’alcool est plus probable chez les adolescents qui commencent à un âge précoce.

Quelques données sur la consommation d’alcool chez les adolescents

Dans le monde, plus de 25 % de tous les jeunes consomment des boissons alcoolisées, ce qui représente, selon le Rapport sur la situation mondiale sur l’alcool et la santé 2018, 155 millions d’adolescents. L’Europe a les taux les plus élevés de consommation d’alcool chez les jeunes, à 43,8 %. Elle est suivie par l’Amérique, avec 38,2 % et le Pacifique occidental avec 37,9 %.

La consommation d’alcool débute avant l’âge de 15 ans et la consommation prévaut pratiquement à parts égales entre les filles et les garçons, oscillant entre 50 et 70 %.

Par rapport à la population totale, la consommation excessive d’alcool est plus faible chez les jeunes entre 15 et 19 ans, mais donnée inquiétante, de 20 à 24 ans c’est la tranche de population qui consomme le plus de boissons alcoolisées. Partout dans le monde, sauf dans la Région de la Méditerranée orientale, les épisodes de consommation excessive sont plus importants que dans la population totale, lorsqu’ils ont entre 15 et 24 ans.

Et en ce qui concerne les femmes, elles sont désormais moins nombreuses à consommer de l’alcool et dans de nombreuses régions, leur nombre est en baisse, sauf en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique occidental. Cependant, le nombre absolu de femmes qui boivent a augmenté.

Les Tendances de la consommation d’alcool chez les adolescents scolarisés en Espagne (2010-2018) sont plus prometteuses, puisqu’elles présentent une diminution globale entre 2010 et 2018. La tendance à la baisse est significative, “mais il convient de noter qu’entre 2014 et 2018, des niveaux similaires de consommation fréquente d’alcool ont été maintenus dans tous les groupes, à l’exception des garçons âgés de 15 à 16 ans.”

Les signes avant-coureurs de la consommation d’alcool chez les adolescents

L’adolescence se caractérise par des changements et un développement. Dès lors, certaines modifications du comportement  sont, jusqu’à un certain point, attendues.

Cependant, il existe des comportements ou des actions qui ne correspondent pas au processus normal de développement et qui peuvent indiquer des problèmes d’alcool. Par conséquent, les parents, les soignants et les enseignants doivent connaître et être très attentifs aux signes avant-coureurs pouvant indiquer la consommation d’alcool chez les mineurs.

Les plus courants sont les suivants :

  • Sautes d’humeur et irritabilité
  • Rébellion et désobéissance
  • Faibles niveaux d’énergie
  • Apparence moins soignée
  • Odeur d’alcool, problèmes de coordination et difficultés à parler
  • Présence d’alcool dans les affaires de l’adolescent.
  • Groupe d’amis qui consomme de l’alcool



[/atomik -lu-aussi ]

Comment prévenir l’alcoolisme chez les adolescents ?

Pour prévenir l’alcoolisme chez les adolescents, il est essentiel que certaines mesures soient prises à domicile. Malgré le fait qu’il existe des campagnes de prévention dans les médias ou dans les écoles, les parents ont une responsabilité.

  • Favorisez l’estime de soi et la sécurité de l’adolescent dès les premières années afin qu’il puisse prendre des décisions basées sur ses propres valeurs.
  • Travaillez sur les compétences sociales et la communication assertive, afin que l’alcool ne soit pas nécessaire comme moyen de se désinhiber et de se relier.
  • Parlez à l’adolescent des risques de la consommation d’alcool pour sa santé. Au lieu de le bannir et de le diaboliser, expliquez-lui pourquoi il est important de retarder la consommation au moins jusqu’à ce que son corps et son cerveau se soient développés.
  • Offrez des alternatives saines et favorisez la compagnie d’autres adolescents qui partagent les mêmes valeurs. Le sport ou l’art sont des activités très appropriées pour passer du temps libre.
  • Montrez l’exemple avec votre propre comportement. Il est incohérent d’expliquer à un jeune les risques graves de l’alcool alors que ses parents en consomment quotidiennement ou sans mesure.

Le rôle des parents face à la consommation d’alcool

Les parents et les soignants jouent souvent un rôle majeur dans la formation des attitudes concernant la consommation d’alcool. Il est donc important qu’ils :

  • Soient des modèles ;
  • Evitent que l’alcool soit facilement accessible aux mineurs ;
  • Supervisent les réunions et les fêtes pour éviter la consommation d’alcool ;
  • Encouragent les mineurs à participer à des activités saines et amusantes sans alcool.

En bref, l’alcoolisme chez les adolescents peut être extrêmement nocif, entraînant de graves conséquences à long terme. Par conséquent, si vous avez des enfants qui sont sur le point d’entrer dans la puberté, commencez à aborder le sujet. Avoir les informations appropriées leur permettra de prendre de meilleures décisions.

Cela pourrait vous intéresser ...
Alcoolisme : causes et conséquences
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Alcoolisme : causes et conséquences

L'alcoolisme est responsable de 5,3 % de l'ensemble des décès chaque année dans le monde. Quelles sont les causes de l'alcoolisme ?



  • Ahumada-Cortez, J. G., Gámez-Medina, M. E., & Valdez-Montero, C. (2017). El consumo de alcohol como problema de salud pública. Ra Ximhai13(2), 13-24.
  • Gómez, O. G., Vázquez, Y. E. G., Ojeda, M. A. R., Guerrero, J. L. P., González, E. H., & Carralero, W. J. R. (2019). Comportamiento del alcoholismo en adolescentes. Acta medica del centro, 13(3), 315-327. https://www.medigraphic.com/pdfs/medicadelcentro/mec-2019/mec193d.pdf
  • Leal-López, E., Sánchez-Queija, I., Rivera, F., & Moreno, C. (2021). Tendencias en el consumo de alcohol en adolescentes escolarizados en España (2010-2018). Gaceta Sanitaria, 35, 35-41. https://www.gacetasanitaria.org/es-pdf-S0213911119302237
  • Organización Panamericana de la Salud 2019 Informe sobre la situación mundial del alcohol y la salud 2018. Resumen OPS/NMH/19-012 https://iris.paho.org/bitstream/handle/10665.2/51352/OPSNMH19012_spa.pdf?sequence=1&isAllowed=y
  • Sánchez, L. (2002). Consumo de alcohol en la población juvenil. Adicciones, 14 (Supl. 1), 99-114.
  • Pautassi, R. M. (2013). Consumo de alcohol durante la adolescencia y el desarrollo temprano, causas y consecuencias.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.