Que sont les drogues de synthèse ?

La meilleure façon d'éviter les addictions est de prévenir leur apparition. Cela s'applique aux drogues de synthèse, qui créent également une dépendance.
Que sont les drogues de synthèse ?

Dernière mise à jour : 21 octobre, 2021

Les drogues de synthèse sont des substances psychostimulantes produites en laboratoire. Il serait plus exact de dire qu’il s’agit de drogues synthétiques ou fabriquées industriellement, mais elles sont connues sous le nom de drogues de synthèse.

La plupart de ces drogues de synthèse sont des dérivés des amphétamines. Elles ont l’apparence de comprimés colorés, elles sont donc très faciles à acheter et à transporter. Elles sont généralement consommées par les adolescents.

Les drogues de synthèse ont une apparence attrayante et sont faciles à prendre. Divers mythes ont été générés autour d’eux. Selon ces mythes, elles seraient inoffensives et ne provoqueraient pas de dépendance. De plus, elles sont devenues un facteur d’identité tout en favorisant la socialisation.

Que sont les drogues de synthèse ?

Les drogues de synthèse sont des substances qui, lorsqu’elles sont introduites dans l’organisme, provoquent une altération du système nerveux. Leur principale caractéristique est qu’elles sont préparées en laboratoire, à partir de substances chimiques qui ne se trouvent pas à l’état naturel.

Les drogues de synthèse ont le potentiel de produire une dépendance ou une accoutumance. Elles ont commencé à être produites après que l’interdiction de la consommation de certaines substances psychoactives aux États-Unis a été imposée dans les années 1960.

Cela a conduit à la création d’une série de laboratoires clandestins qui ont créé des variantes des drogues interdites. S’agissant de nouveaux produits qui ne figuraient pas sur la liste des produits interdits, ces laboratoires échappaient ainsi à la loi.

Aujourd’hui, les drogues de synthèse sont principalement utilisées par des personnes âgées entre 16 et 24 ans. Elles sont peu coûteuses, et c’est pourquoi elles sont devenues populaires.



Comment sont-elles obtenues ?

Les drogues de synthèse sont des préparations dérivées ou analogues de drogues existantes. Les concepteurs modifient la structure chimique de ces drogues, ou bien ils créent de nouvelles drogues grâce à des précurseurs pouvant être des médicaments.

Ces types de médicaments présentent un grave danger, car ils sont fabriqués dans des conditions non contrôlées. C’est pourquoi il est très difficile de savoir quel est le pourcentage de principe actif que contient chaque pilule.

Il n’y a pas non plus de réglementation sur la toxicité des précurseurs ou réactifs utilisés dans leur fabricatio, ni sur les produits intermédiaires. De même, il n’est pas possible de connaître le type de réactions chimiques qu’elles entraînent lorsqu’elles sont associées à l’alcool.

Drogues de synthèse.
Les laboratoires clandestins produisent une grande variété de dérivés.

Effets et conséquences des drogues de synthèse

Bien que toutes les drogues psychoactives comportent de grands risques, les drogues de synthèse sont plus dangereuses en raison des nombreuses variantes que chaque pilule peut avoir. Pour illustrer le problème, voyons la classification de ces types de médicaments, selon leur effet.



Phényléthylamines

Celles-ci correspondent aux amphétamines hallucinogènes, dérivées des méthoxyamphétamines. Au sein de ce groupe, la plus connue est l’ecstasy, que nous verrons séparément. Parmi ces drogues de synthèse populaires, figurent les suivantes :

  • MDMA ou drogue de l’amour
  • MDEA
  • Méthamphétamine ou crystal meth ou speed

En général, elles provoquent un état de vigilance accru, parfois prolongé. Elles suscitent également l’euphorie ou la joie dans un contexte de socialisation et réduisent la sensation d’épuisement, de somnolence et de faim. Elles augmentent aussi l’empathie et provoquent parfois une altération de la perception et des hallucinations.

MDMA ou ecstasy

C’est la plus connue des drogues de synthèse. Elle fait partie du groupe des phényléthylamines. Comme d’autres substances de ce type, elle augmente l’euphorie et l’empathie. Elle augmente également la libido et peut provoquer des altérations de la perception et des hallucinations.

Aryl-Cyclo-Alkyl-Amines

Dans cette catégorie, se trouvent les drogues de synthèse dites dissociatives. Elles reçoivent ce nom parce qu’elles génèrent un sentiment d’isolement et de séparation de l’environnement, et même de soi-même. Elles peuvent également provoquer des délires, des hallucinations, de l’agitation et des comportements violents.

Dans ce groupe, il existe des médicaments bien connus, tels que le chlorhydrate de kétamine et l’analogue de la phencyclidine, mieux connu sous le nom de PCP ou poussière d’ange. Ces médicaments sont très dangereux, car ils renforcent l’effet d’autres substances, telles que l’alcool et les benzodiazépines.

GHB – Acide gamma-hydroxybutyrique – Oxybate de sodium

Ces substances, comme les précédentes, sont des agents anesthésiques. Au sein de ce groupe, la plus importante est une drogue connue sous le nom d’ecstasy liquide. En réalité, il s’agit d’une poudre, mais elle est mélangée à de l’eau et vendue en bouteille.

Elle génère de l’euphorie, mais aussi une sensation d’ivresse, de relaxation et de somnolence. En même temps, elle aide à prolonger l’état de veille. Si elle est consommée avec de l’alcool, des sédatifs et des opioïdes, elle peut provoquer une overdose et entraîner la mort.

Poppers

Les poppers sont également très populaires. Ces drogues sont vendues en petites bouteilles, dont l’aspect est similaire à celui des boissons énergisantes. Les étiquettes portent souvent des noms comme encens liquide, assainisseur d’air, nettoyant pour cuir.

Elles ont une forte odeur et sont administrées par inhalation. Elles ont pour but d’augmenter le plaisir sexuel et de provoquer une explosion de sensations agréables. Les effets peuvent être très graves.

Jeune toxicomane.
La toxicomanie des créateurs est grave. Certaines personnes meurent en les consommant.

Drogues de synthèse : dangers et prévention

Toutes les drogues de synthèse sont dangereuses pour diverses raisons. Elles provoquent une forte stimulation du système nerveux et locomoteur. Cela se traduit par une augmentation significative de la température corporelle. À son tour, cette augmentation peut entraîner un coup de chaleur, une défaillance multiviscérale et la mort.

De plus, elles génèrent une dépendance physique et psychologique très puissante et à long terme. Une anxiété chronique, une dépression profonde et d’autres troubles mentaux peuvent se développer.

Au-delà de l’action des pouvoirs publics, le meilleur moyen de prévenir la consommation de drogues de synthèse passe par une action éducative conjointe entre la famille et l’école. Ces deux structures sociales devraient promouvoir l’éducation émotionnelle pour renforcer l’autonomie et développer les compétences psychosociales.

Souvent, les jeunes accèdent aux drogues de synthèse afin d’augmenter de manière trompeuse leurs compétences sociales. Aussi à cause de la pression de leurs pairs.

Ces drogues de synthèse sont très accessibles et donc très difficiles à éviter. C’est pourquoi les actions visant à éviter leur consommation devraient se concentrer sur le renforcement de l’information à cet égard.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment savoir si votre enfant consomme des drogues ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment savoir si votre enfant consomme des drogues ?

La consommation de drogues reste l’une des principales préoccupations des parents du monde entier et, malheureusement, les chiffres traités



  • Volkow, N. (2003). Alucinógenos y drogas disociativas. National Institute on Drug Abuse (NIDA), 1-22.
  • Royo-Isaach, J., Magrané, M., Vilá, R., & Capdevila, M. E. (2004). El «éxtasis líquido» (GHB): ¿una droga de uso recreativo? Clínica biopsicosocial del consumidor y algunas propuestas terapéuticas. Atención Primaria, 33(9), 516.
  • Chiossoni, M. F. (2019). Nuevas sustancias psicoactivas y drogas de diseño: ¿qué régimen de contralor? Revista de derecho penal, 27(27), 148-151.